Top

Alice Pol

Alice Pol

Peu à peu, elle devient assurément une figure du renouveau du cinéma français. Elle joue désormais avec les plus grands et endosse des rôles forts comme celui d’Alexandrine Zola dans Cézanne et Moi où l’amitié, comme pour une passion amoureuse, est difficile à faire durer.

Cézanne et Moi est une histoire d’amitié entre deux artistes majeurs. Connaissiez-vous ce lien qui les unissait ?
Non, pas du tout. C’est d’ailleurs un lien quasi passionnel, assez rare entre deux artistes contemporains. Cela m’a touchée et j’ai beaucoup lu sur le sujet. Particulièrement sur Alexandrine Zola que j’interprète. Cette femme est le socle du couple, Zola le dit lui-même. Leur relation est très dense et le restera durant toute leur vie. On est écrasé par l’œuvre de Cézanne et de Zola, mais leur histoire personnelle a tout autant d’intérêt.

Parlez-nous d’Alexandrine.
C’est une femme très ambiguë. Elle dit une chose mais en pense une autre, elle a un côté très politique car elle vient d’un milieu simple et s’est très facilement faite à la bourgeoisie. Cette ambivalence est montrée dans les rapports qu’elle a eus avec Cézanne d’abord, qui la connaît telle qu’elle était quand elle se prénommait Gabrielle, il l’appelle d’ailleurs toujours par ce premier prénom. Puis avec son mari, Zola, qui, par sa réussite, leur apporte une vie bourgeoise. Elle est aussi érudite mais a conservé sa spontanéité. C’est une maîtresse femme qui acceptera jusqu’à la double vie de Zola car il a besoin d’elle malgré tout.

Cela vous a-t-il donné envie de vous replonger dans des pages de Zola ?
C’est un auteur très étudié, mais ayant grandi à Marseille, je le connaissais assez bien et j’avais déjà lu beaucoup de ses ouvrages. Pour le film, j’ai relu Nana avant le tournage, car la partie sur les femmes de l’époque est vraiment intéressante.

Canet, Gallienne, deux acteurs forts qui jouent deux immenses artistes. Qu’est-ce que cela donne sur un plateau ?
C’est très enrichissant car ils sont tous les deux aussi talentueux que différents. Ils ne se concentrent pas de la même façon, travaillent différemment, mais c’est évidemment un grand plaisir de partager l’affiche avec eux. D’ailleurs, je tourne dans le prochain film de Guillaume Gallienne. Il est très investi, fait confiance et possède une bienveillance rare.

Que retenez-vous de ce tournage ?
La relation que j’ai pu avoir avec Danièle Thompson. Je suis très admirative de son travail, de sa façon d’aimer à ce point les acteurs et de leur faire sentir. Elle est précise, aucun mot, dans les dialogues qu’elle propose, n’est là par hasard. Même dans l’image, elle parvient à transmettre des sentiments, suggérer la gravité des situations. Et puis jouer en costume était une première pour moi, cela aide vraiment à prendre le temps d’entrer dans son personnage.

Donnez-nous une anecdote vous concernant.
À la première lecture avec Danièle, j’étais un peu stressée et je m’étais fait un chignon un peu époque pour entrer dans le personnage. À la fin de la lecture, Danièle m’a demandé si j’avais les cheveux longs. J’ai proposé de défaire ledit chignon et là, impossible d’enlever rapidement les épingles, il devait y en avoir 300. Vingt minutes, montre en main, pour enlever les épingles face à une Danièle souriante, mais peut-être un peu inquiète de la tournure de la situation. Plus tard, elle m’a confié avoir retrouvé des épingles des mois après dans son bureau !

Qu’accepteriez-vous au nom de l’amitié ?
Beaucoup. L’amitié est un socle important. J’ai quatre amis que j’ai depuis toujours, d’autres sont des amitiés plus récentes mais chacune va durer car elles sont intenses. En amitié, on peut parfois faire des choses très fortes. Faire durer une amitié est un vrai challenge et c’est ça qui est fort et beau. Ce qui ne sera pas le cas entre Zola et Cézanne finalement.

Quel est pour vous le plus beau témoignage d’amitié ?
Rester toujours aussi proches. Parfois, la vie nous fait évoluer différemment et conserver des amitiés intactes est un vrai cadeau.
Qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas faire si l’on veut rester votre ami ?
Être malveillant. Un ami doit vous accepter tel que vous êtes et doit vous encourager.

Quels sont vos amis dans le milieu du cinéma ?
Dany Boon, Kad Merad, Hélène Fillières… Les artistes s’admirent souvent réciproquement et entretiennent des liens forts car ils partagent la même passion.

Une toile de Cézanne que vous aimez plus que les autres ?
La série d’œuvres représentant la Montagne Sainte-Victoire.

Quel est votre emploi du temps en ce moment ?
Je serai à l’affiche de Raid Dingue de Dany Boon, qui sortira en février prochain, et je tourne en ce moment dans Maryline, le prochain film de Guillaume Gallienne.

À découvrir également