L’art dans les vignobles

Infrarouge / Culture  / L’art dans les vignobles

L’art dans les vignobles

La recherche de l’œuvre, cette quête de l’excellence et de l’esthétique préside depuis toujours aux destinées des hommes. Cette quête se retrouve aussi bien dans l’art que dans la conduite des vignobles. Le choix des meilleurs terroirs, la création de vins rares, la culture pionnière et la beauté des bouteilles. La démarche se veut très concrète puisqu’elle concerne la terre, la vinification, l’assemblage, les vins … elle se révèle aussi éminemment abstraite et poétique puisqu’elle induit aussi une idée du temps, du plaisir et de l’émotion.

La Forêt des Sens à Smith Haut Lafitte

L’art comme composant majeur du Château Smith Haut Lafitte, c’est le mécénat important que constitue la collection de sculptures de Florence et Daniel Cathiard ; s’inscrivant ainsi dans le patrimoine culturel du château, enrichissant ainsi l’univers de la propriété.

Visite baptisée « Atelier Terre de vins et d’art », parcours Land Art au sein de la « Forêt des Sens » ou chai furtif accompagné d’une dégustation, l’art se décline dans tout le château. Smith Haut Lafitte invite aussi un artiste résident, José le Piez, qui contribue pour beaucoup aux sculptures bois et au parcours de la « Forêt des Sens » ; y donnant occasionnellement des concerts où il fait « chanter les bois ».

Picasso et le vin

Chaque printemps, la Fondation pour la culture et les civilisations du vin élabore une grande exposition autour d’une thématique spécifique liée au vin. Après les expositions Bistrot, de Baudelaire à Picasso en 2017 ; Musique et vin, accords et désaccords en 2018 ; Renversant, quand le design s’empare du verre en 2019 et Boire avec les dieux en 2021, la Fondation présente en 2022 une exposition ambitieuse et originale sur Picasso.

Regroupant près de 60 œuvres de Picasso, cette exposition constitue la première exploration de la place du vin dans l’œuvre du peintre. Quant aux espaces de la Cité du Vin, on ne saurait trouver lieu plus adapté pour cette mise en lumière. L’exposition bénéficie de l’appui des deux principaux musées à Paris et à Barcelone dédiés à Picasso et de la générosité de collections privées.

Château La Coste, l’art au cœur de la Provence

Entre Aix-en-Provence le Lubéron, le Château La Coste propose une expérience unique au cœur d’un vignoble de 130 hectares. Le Domaine permet de découvrir 30 œuvres contemporaines majeures, installées en plein air. Cette expérience artistique résolument unique accueille depuis 2017 l’hôtel Villa La Coste et le restaurant gastronomique Louison ; dont la cuisine est signée par Gérald Passedat. Unir tous les arts en un même lieu, où la créativité peut s’exprimer en toute liberté, est la raison d’être de Château La Coste.

Avec une cuverie nouvelle génération, élaborée par Jean Nouvel et inaugurée lors des vendanges de 2008 ; cette toute nouvelle technologie assure l’expression naturelle du vin et apporte un souffle nouveau à une longue tradition.

La Fondation Carmignac, l’art dans les vignes de Porquerolles

Depuis son rachat en 2013 par la famille Carmignac, le domaine de La Courtade est devenu une vitrine de l’art contemporain. La Fondation Carmignac s’installe au cœur du Parc national de Porquerolles avec 300 œuvres de la collection privée ; un jardin de sculptures ; une programmation culturelle et un prix annuel de photo-journalisme y sont programmés. Esthète et passionné d’art et de vin, Édouard Carmignac a créé un lieu unique sur l’ile.

Non loin de là, avec 10 ha créés dans les années 1980, le domaine Perzinsky, reconnaissable aux armoiries des familles Perzinsky et Kopteff ; toutes deux originaires de l’aristocratie russe. Il participe au développement du destin viticole de l’île en s’inscrivant lui aussi dans l’histoire des paysages du parc national de Port-Cros.

D’abord installés en Bourgogne, les enfants se sont passionnés pour la vigne puis le mourvèdre de Bandol, avant de venir à Porquerolles. Les deux frères Cyrille et Alexis géraient le domaine avec leur beau-frère Richard Auther et viennent de vendre à la famille Wertheimer (Chanel); déjà propriétaire du Domaine de l’Ile. L’île rayonne par ses plages, une végétation luxuriante et l’art contemporain.

La collection d’étiquettes de Mouton

Chaque année depuis 1945, l’étiquette de Château Mouton Rothschild est illustrée par l’œuvre originale d’un grand peintre contemporain. Déjà, en 1924, pour saluer sa première « mise en bouteilles au château », le Baron Philippe de Rothschild avait demandé au fameux affichiste Jean Carlu de réaliser l’étiquette de Mouton. Cette initiative, trop précoce, était restée sans lendemain. C’est en 1945 pour célébrer la paix que le Baron Philippe décida de couronner l’étiquette du millésime par le « V » de la Victoire, dessiné par le jeune peintre Philippe Jullian.

D’une circonstance exceptionnelle naquit une tradition, et à partir de 1946, tous les ans, un artiste différent est invité à créer une œuvre originale pour l’étiquette. Au début, le Baron Philippe choisit les peintres parmi ses amis personnels : Jean Hugo, Léonor Fini, Jean Cocteau… En 1955, Georges Braque accepta d’illustrer le millésime. Il fut alors rejoint par les plus grands créateurs de notre époque : Dali ; César ; Miró ; Chagall ; Picasso ; Warhol ; Soulages ; Bacon ; Balthus ; Tàpies ; Jeff Koons…

Belle Époque Society, un nouveau concept autour de la Restauration et de l’Art

La Maison Perrier-Jouët a inauguré Belle Époque Society, en juin, sur son site historique de l’avenue de Champagne à Epernay. Un événement marqué par deux temps forts : l’ouverture du Cellier Belle Epoque et de son parcours d’expériences ; ainsi que la création d’une offre gastronomique pour la Maison Belle Epoque qui accueille pour la première fois du public.

Les visiteurs sont appelés à vivre, en fonction du moment ou de leur envie, deux expériences différentes, complémentaires ; mais toutes deux articulées autour de la nature et l’art – les deux piliers fondateurs de Perrier-Jouët – du champagne et de la gastronomie. Perrier-Jouët a souhaité s’entourer de ses Ambassadeurs pour le lancement de Belle Époque Society ; notamment les artistes Bethan Laura Wood, Andrea Mancuso et Tord Boontje ; le chef trois étoiles Michelin Pierre Gagnaire ; la designer culinaire Laila Gohar et la chorégraphe Blanca Li, ont accompagné Séverine Frerson, Chef de caves de Perrier-Jouët, et Sébastien Morellon, chef exécutif de Perrier-Jouët.

« Équilibre Divin » au Château Les Carmes Haut Brion

Depuis la création du chai en 2016, la famille Pichet et le Château les Carmes Haut-Brion ont fait le choix d’ancrer l’art en ses lieux ; en soumettant chaque année l’une de ses 13 cuves en béton au talent d’un artiste de renom. Initié depuis 2016 et après les réalisations des artistes Ara Starck, Sergio Mora, Beniloys et le Collectif La Douceur, c’est au tour de l’artiste Gwendoline Finaz de Villaine de s’associer avec le Château et de créer une œuvre unique pour la cuve du millésime 2019.

Cette année, le Château a été accompagné par KAZoART, entreprise bordelaise dédiée à l’Art en ligne et à la recherche de talents, de coordonner un appel d’offre aux artistes. Une dizaine d’artistes a été sélectionnée afin de proposer leur interprétation de la cuvée 2019. Tous créatifs et originaux, c’est la proposition de Gwendoline qui a fait l’unanimité !

Ross Lovegrove et Mumm Grand Cordon : l’esthétisme ne serait rien s’il n’avait une réelle utilité technologique

Mumm positionne l’Art au centre de sa stratégie. Mumm et l’Art entretiennent ainsi un lien fort qui n’a jamais cessé d’exister depuis le début du siècle dernier. Dès 1958, René Lalou, alors président de la maison, demande à son ami, le peintre japonais Tsuguharu Foujita, de lui souffler une idée pour l’une de ses bouteilles, le Cordon Rosé. L’artiste dessinera la célèbre rose de champagne qui sera utilisée pour coiffer la collerette de la bouteille.

Depuis cette collaboration, des couturiers célèbres ont apposé leur griffe sur les coffrets cadeaux en édition limitée. Ce fut le cas en 2000 lorsque Thierry Mugler repensa pour le passage du millénaire un écrin regroupant une bouteille de Mumm Cordon Rouge Cuvée Limitée et un bougeoir. Une manière de souffler la fin du siècle.

Aujourd’hui, Mumm Grand Cordon est la preuve que ce travail entamé depuis plus de 100 ans se poursuit. Pour ce flacon, la maison a collaboré étroitement avec le designer Ross Lovegrove ; à qui l’on doit entre autres objets révolutionnaires la conception des baladeurs walkman de la marque Sony dans les années 80, l’ergonomie des ordinateurs « iMac » chez Apple en 2000.

Lire aussi : Vin : notre sélection de la rentrée

À découvrir également