Boy & Girls 2018 !

Attention, les jeunes pousses sont dans la place ! À l’occasion du 21 juin, Infrarouge vous présente trois nouvelles voix dont les premiers albums comptent déjà parmi les meilleures ventes de l’année.

 

Eddy de Pretto

Il intrigue autant qu’il frappe fort.

la manière du poids léger qui monte sur le ring, Eddy de Pretto est précis, véloce, puissant et élégant. Il assène et balance ses mots chocs et cash avec lyrisme, comme des coups en réponse à ceux qu’il n’a peut-être pas toujours pu esquiver dans le passé. Il est l’enfant de Nougaro et du rap : un nouveau territoire qu’il ne se contente pas d’explorer, mais invente, aussi brillamment que l’alpiniste ouvre la voie qui portera éternellement son nom. Il dit avoir été « bercé » par Barbara, Brel et Brassens dans son enfance. Il partage avec nous ses goûts et influences du moment.

Qui est Eddy de Pretto ?

Un artiste de 27 ans, je crois. Pour le reste, je ne sais pas encore qui je suis… Je cherche la réponse et je chercherai jusqu’à la fin de ma vie.

Vous montez sur scène comme on va au combat ?

C’est exactement ça. C’est l’idée d’aller au challenge, pour conquérir les cœurs. Plus les thèmes sont vastes, plus les barres sont hautes, plus ça m’excite. Je veux tenter de les braver. J’aime cette idée de courage, de monter sur le ring et de tout donner.

L’artiste actuel qui vous inspire ?

Frank Ocean.

Qui suivez-vous sur Insta ?

Pas mal de monde, mais, en ce moment, je suis plutôt attentif à Candy Ken.

Le dernier album que vous avez téléchargé ?

Good Kid de Kendrick Lamar.

Un artiste pas encore assez connu à votre goût ?

Tommy Cash.

Si vous aviez carte blanche pour un plateau de rêve ?

Tommy Cash, Jorja Smith, Tyler, The Creator, Zola. Et tout ce beau monde sur la scène des Solidays !

Vous participez à la Fête de la Musique ?

Oui, mais plutôt en spectateur, avec quelques bières !

Le 15 juin au Festi’Neuch à Neuchâtel • le 17 juin à La Magnifique Society à Reims, le 22 juin à l’hippodrome de Longchamp • en tournée dans toute la France. eddydepretto.com

HOSHI1@Yann Orhan

Hoshi

Petite Hoshi deviendra grande.

À 20 ans, Hoshi est l’étoile tombée du ciel. Armée d’une simple guitare acoustique, elle balance tout, sans économie. Sa voix rauque, presque brute, nous attrape aussi vite que ses mots. Dans Comment je vais faire, elle livre ses doutes, dans Il suffit d’y croire, ses espoirs. À sa maman, elle chante Ma merveille. Brel veille également, non loin de Janis Joplin et de Noir Désir. Et puis, pour de vrai, il y a Gaëtan Roussel (Louise Attaque), qui succombe et lui écrit Je vous trouve un charme fou. Entre eux, la passerelle est évidente. Pour notre plus grand plaisir.

Le 4 juillet au FLOW Paris • le 18 décembre à La Cigale • en tournée dans toute la France.

KIMBEROSE1 - cr+®dit ISABELLE LEMOINE

Kimberose

Il faudra désormais compter avec elle.

On a bien failli ne jamais entendre Chapter One, son premier album, car Kimberly Kitson Mills a mis du temps. Si son talent n’échappe pas à l’évidence, il a fallu les arguments convaincants d’Anthony, son compagnon de vie et de musique, pour qu’elle se lance enfin et crée « Kimberose ».
Elle chante sa soul et ses feelings comme s’il fallait que ça sorte, absolument. En pansant ses blessures, elle nous réchauffe, nous. Forcément, on pense à Amy Winehouse et Billie Holiday. Il faut dire que le genre musical est exigeant en matière de références. Yann Moix a récemment qualifié son disque de chef-d’œuvre.
De quoi rendre curieux, non ?

En concert le 6 octobre à La Cigale et en tournée dans toute la France.

À découvrir également