Château Saint-Maur, le rosé de Roger Zannier

Infrarouge / Lifestyle  / Food & Drink  / Drink  / Château Saint-Maur, le rosé de Roger Zannier

Château Saint-Maur, le rosé de Roger Zannier

La vie de Roger Zannier, c’est l’incroyable success story d’un fils de maçon qui a bâti un groupe leader de la mode enfantine, puis développé sa passion du bon vin.

« Quand j’ai voulu visiter, on me l’a interdit, car, à ce moment-là, moi et les propriétaires n’étions pas d’accord sur le prix d’acquisition du domaine. Pour m’en faire une idée, j’ai donc dû effectuer le tour en voiture, de l’extérieur », raconte Roger Zannier. Des traits aquilins, une voix charismatique et joyeuse, ce self made man, fondateur en 1962 de Kidiliz, fleuron de la mode pour enfants (cédé en 2018 à des Chinois), et accessoirement 113e fortune française, en a vu d’autres.

Il sait, il sent qu’il tient là son nouveau projet. En entrepreneur averti aux multiples métiers – 50 ans d’expérience dans l’habillement, 17 ans dans le pétrole à Cuba époque Castro par l’entremise de Gérard Bourgoin, numéro deux européen de la volaille, dix ans d’exploitation du domaine viticole portugais Quinta do Pessegueiro –, son intuition le porte. L’amour du terroir aussi.

Sur les vestiges du Château de Grimaud

Nous sommes en 2011. N’ayant rien perdu de son esprit franc-tireur, le patriarche grand patron souhaite racheter Château Saint-Maur, un vignoble situé à Cogolin, à dix kilomètres de Saint-Tropez, entre chênes-lièges et garrigue, au pied du massif des Maures. Il souhaite surtout troquer les fringues contre le pétrole, puis l’or noir contre l’or ardent du raisin. Bâtir autre chose avec la même force, la même énergie qu’imposent ses 67 ans de l’époque – il en a 77 aujourd’hui.

Quand le prix approche celui qu’il pense être juste et qu’il peut enfin
découvrir les 42 hectares d’un seul tenant, flanqués d’une imposante
bâtisse mauresque du XIXe siècle, que son regard porte sur les vestiges du Château de Grimaud et sur la chaîne de montagnes rouges des Maures, Roger Zannier sait qu’il ne s’est pas trompé.

Objectif Chine

« Je suis un habitué, j’ai l’œil !, lance-t-il avec malice. Il y avait beaucoup de choses à faire, mais quel potentiel : d’abord la taille du domaine, sa proximité à Saint-Tropez et, surtout, le fait qu’il soit un cru classé alors qu’il n’y en a que 18 en Provence ! »

Zannier a un temps d’avance, mais il est attendu au tournant. « Quand j’ai racheté, on me disait que l’appellation Côtes-de-Provence suffisait. Que ça ne servait à rien d’être un cru classé. Moi, j’étais persuadé qu’il y avait quelque chose de grand à faire. »

Pour cause, l’appellation lui permet de se faire un nom dans le club restreint des grands de Provence et lui ouvre les portes de la Chine. « La première fois où mon gendre, Marc Monrose, a fait un salon à Hong Kong, les Chinois s’arrêtaient devant notre stand à cause de cette appellation. »

« Quoi que vous fassiez, faites-le avec passion ! »

Nouveau challenge, mais une seule recette. « C’est dans tous les métiers la même chose : je suis passé des usines de fabrication au commerce, puis des vignes à la distribution. Le vin, c’est la même histoire, mais avec plus de temps, comme l’exigent les raisins. »

La méthode Zannier ? D’abord un leitmotiv – « Quoi que vous fassiez, faites-le avec passion ! » – doublé du sens du travail. Mais tout cela ne vaudrait rien sans la qualité, principe constitutif de toute action Zannier : « Avant de pouvoir vendre, il faut un bon produit. Avec la terre, on y ajoute le temps », martèle le bonhomme.

Et ce temps-là se mesure en années. Quatre, très exactement, pour arracher et replanter 35 hectares de vigne, bâtir le chai et atteindre aujourd’hui environ 100 hectares. Puis, en bout de course, imaginer la bonne bouteille et le bon marketing, à la mesure de la sublime cuvée lancée en 2015 après deux ans d’élaboration.

Excellence façon Roger Zannier

Salué par les professionnels du monde entier, ce premier millésime, baptisé fort justement « Excellence », est l’ADN de Château Saint-Maur. Frappée des initiales RZ, c’est une bouteille-signature à la forme pas comme les autres. Comme un rappel que, dans la famille Zannier – dans laquelle le fils, Arnaud, a créé un groupe hôtelier autour du luxe expérientiel et la fille, Émilie, est à la tête de Tartine et Chocolat, la marque française de vêtements pour enfants –, on ne fait pas les choses comme les autres.

En plus de la gamme « Excellence Cru Classé », Château Saint-Maur, c’est aussi Clos de Capelune, un rosé racé avec sa bouteille noire, issu de 12 hectares acquis en 2012, les cuvées Saint M, tout en rondeur et en élégance, ainsi que You Are Maur, un rosé fruité à la robe cristalline, issu des parcelles classées en IGP Pays-du-Var et très prisé par les plus jeunes.

La pandémie n’a rien changé au pouvoir dionysiaque des crus. « Rien que depuis le début de cette année, les ventes de Château Saint-Maur vont au-delà de mes espérances avec +53 % », s’enthousiasme Roger Zannier. Le secret de cette attraction fatale ? « On a vendu le rosé comme du champagne », confie son gendre, Marc Monrose, en charge du domaine, avant de conclure : « À château Saint-Maur, nous voulons que le rosé symbolise un moment de convivialité, de partage, de découverte, d’expérience… Nous ne vendons pas du vin, mais du rêve. »

Château Saint-Maur, 535 route de Collobrières, RD48, 83310 Cogolin. Tél  : 04 94 95 48 48.
chateausaintmaur.com
zannier.com

Lire aussi : Taittinger, une irrésistible envie de rosé

À découvrir également