Chloé B, une artiste en 3D

Infrarouge / Culture  / Chloé B, une artiste en 3D

Chloé B, une artiste en 3D

Un blond solaire, un sourire angélique et des yeux de biche nous reçoivent dans les bureaux les plus dynamiques de la capitale : entrons dans l’univers exaltant de Chloé B.

Au cœur du très prisé XVIe arrondissement de Paris, un immeuble des plus banal renferme le studio de création de notre artiste de la semaine. Poussons la porte, ouvrons la boîte de Pandore et entrons dans l’univers exaltant de Chloé B.

Un blond solaire, un sourire angélique et des yeux de biche nous reçoivent dans les bureaux les plus dynamiques de la capitale. Chloé nous parle sans filtre, d’un ton posé et bienveillant. Thé à la main, l’artiste nous dit tout.

Créer par amour

Destinée à une carrière plus classique, dans la communication ou le management, Chloé a toujours été attirée par le pop art. Elle en fait une passion dans un premier temps, vouant une admiration sans limite aux œuvres de Vasarely. Puis à l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Chloé se découvre une réelle vocation.

Comme pour chaque occasion importante, la question du cadeau est cruciale. Cette année-là, Madame B. veut quelque chose de personnel, un cadeau DIY (Do It Yourself). « J’ai assemblé des dizaines voire une centaine de photos qui retracent notre histoire et j’ai essayé de les superposer en mosaïque. Je me suis rendu compte que la qualité des photos imprimées n’était pas suffisante et que le résultat final ne me convenait pas. J’ai trouvé un autre moyen d’arriver à mes fins ! » Ni une ni deux, Chloé se lance dans le montage de sa maquette grâce à un logiciel d’imagerie. Le résultat convient, le cadeau plaît et une idée germe…

Rapidement, Chloé se consacre à temps plein à sa vie d’artiste. Depuis ses premiers collages de photos, l’artiste a développé un réel modus operandi. Elle commence par choisir la forme de son support, le plus souvent un cœur, un bonbon ou une bouche. Puis vient la collecte. Une quête acharnée du logo, de l’icône suivant un code couleur et parfois un thème.

Art & Technologie

C’est alors que la technologie fait son entrée : Chloé assemble ses images et les positionne tant qu’elle le souhaite jusqu’à trouver la parfaite disposition. « En réalité, le plus gros défi est la 3D. Je place les images sur de petits pics en métal et il arrive qu’on ne se rende compte qu’au moment de l’assemblage d’un défaut de superposition. » Si de face, on plonge dans le pays de Candy, de profil on se croirait effectivement sur un tapis à clous de Fakir. Les images ressortent et « pop » vers le spectateur qui n’y voyait que du feu quelques mètres plus loin.

Chloé B. s’inspire de ce qui lui plaît : de sa pâte à tartiner préférée aux dessins animés de son enfance tout en passant par les classiques comics. « Comme beaucoup d’artistes, je trouve que mes créations me ressemblent. Elles sont pétillantes, dynamiques presque enfantines. » Elle a d’ailleurs profité du confinement sans même s’en rendre compte, en passant plus de temps qu’à la normale sur internet et en découvrant de nos univers.

« Le vrai luxe, c’est le temps »

Chloé B. reçoit de nombreuses commandes sur-mesure. Cependant, il faut s’y prendre tôt pour obtenir le Saint Graal : « Je déteste travailler dans l’urgence. Je choisis de prendre le mien pour produire des œuvres parfaites. » On vous aura prévenu, votre collage prendra du temps, mais n’en sera que mieux bichonné par la talentueuse et rayonnante Chloé B.

Les dernières créations 3D d’inspiration pop art de Chloé B. sont actuellement visibles au sein de la galerie Bel-Air Fine Art à Cannes ; Saint-Tropez ; Aix-en-Provence ; Genève ; Lausanne ; ainsi qu’en Belgique.

Retrouvez Chloé B. sur Instagram @chloepopart ou sur son site chloepopart.com

Lire aussi : Moodboard : la maison d’art d’Amélie du Chalard

À découvrir également