Ciao la côte amalfitaine, buongiorno les Dolomites

Loin des usines à touristes (3/6). Ne crachons pas sur Marrakech, Mykonos ou Formentera, qui restent des endroits merveilleux. Mais si on changeait notre boussole pour aller voir ailleurs, là où tomber sur des connaissances serait incongru, mais vivre l’aventure, la vraie, relèverait du naturel ?

Raphaël Turcat, Rémy Dessarts et Nicolas Imbert

OK, on adore Amalfi ; le Parco dei Principi de Gio Ponte, à Sorrente ; les criques aperçues dans le film Plein Soleil de René Clément… On aime moins les prix qui enflent et la surpopulation qui gangrène la côte amalfitaine les beaux jours venus.

Pour chercher une alternative sans changer de pays, les Dolomites se posent là. Au nord de l’Italie, les Alpes forment un écrin où la lumière transforme les aiguilles et flèches grises ou bleues en parures ocre, rose et jaune : on l’appelle la « Montagna Luminosa ».

La perle des Dolomites

La Méditerranée laisse place à des lacs à couper le souffle (Misurina, Sorapiss, Braies, Caressa…) ; les routes escarpées à des ascensions de cols aux vues époustouflantes ; le bombardino al limoncello (cocktail chaud à base de crème, de sabayon, de brandy et de café) et le farniente les pieds dans l’eau à une randonnée sur le plateau de l’Alpe di Siusi, la perle des Dolomites.

Plusieurs voyagistes proposent des circuits de sept jours à réaliser en voiture avec, en point d’orgue, une clôture du voyage à Venise.

donatello.fr

Lire aussi : Bye bye Marrakech, sabah el kheir l’Égypte

Partager cet article

A lire aussi