Gare au Gorille

Hommage « bistronomique » à Brassens
Gare au Gorille
Cuisine française

Si vous les appréciez chez Septime, vous adorerez Gare au Gorille où l’on retrouve Marc Cordonnier aux commandes des cuisines et Louis Langevin en maître de salle. Le décor est épuré et les tonalités sont pures, comme pour répondre à cette mode du brut pour sublimer peut-être le raffinement du contenu des assiettes. Preuve que cela plaît, la salle ne désemplit pas chaque soir et il faut parfois jouer des coudes au bar pour avoir le plaisir de s’installer quand on n’a pas réservé. La salle en longueur offre une perspective sur la cuisine ouverte, au fond du restaurant. Pour une ambiance conviviale et lumineuse, préférez la table d’hôte dressée près des baies vitrées donnant sur une petite cour arborée. Pour le déjeuner, un menu vraiment efficace à 25 €, laisse le choix entre une entrée, un poisson ou une viande, du fromage ou un dessert. Dans l’assiette, une cuisine de marché, franche et très bien exécutée : velouté de topinambour/œuf poché/haddock, mix de douceur et de chaleur apprécié en cette saison hivernale. Pour le plat, le cabillaud/cresson/lardo di Colonnata, superbement cuit et servi avec une déclinaison de choux crus et cuits nous a conquis. La crème chocolat à la cacahuète a achevé en beauté ce festin pour un déjeuner parfait. Le soir, on change de formule avec une version mini-plats et pièces de viande à partager. Forcément, c’est plus petit, alors on en redemande et là… l’addition grimpe. On salue la jolie carte des vins qui n’aurait certainement pas déplu à Georges Brassens.

Carte : environ 30 €.

À découvrir également