Pouliche

Pouliche
Cuisine Française

Au cœur de l’ancien quartier des Petites Écuries du Roi, la talentueuse Amandine Chaignot fait cavalier seul dans ce tout nouveau Pouliche, qui, du coup, porte bien son nom. Avec un pedigree digne d’un pur-sang (Plaza Athénée, Bristol, Meurice, Raphaël, etc.), c’est donc au triple galop que nous avons réservé une table pour quatre chez cette cheffe qui revendique le plaisir et le partage. On arrête les vannes sur le cheval ? OK. Sinon, Amandine va me traiter de « bourrin ». On pénètre donc dans ce restaurant deux salles, deux ambiances, séparées par un étroit couloir. Dans la première, qui donne sur la rue, se trouve le bar à cocktails et, dans la deuxième salle, plus lumineuse, des tables d’où l’on peut voir s’affairer la brigade au sein d’une cuisine ouverte. C’est un spectacle salvateur quand on manque de conversation, mais, dans notre cas, et avec le casting de ce dîner, les dialogues furent magnifiés par deux Châteauneuf-du-Pape Mas Saint-Louis 2014 (86 euros x 2, si je compte bien) pour accompagner les petites entrées à partager :  ce soir-là, tempura de maïs doux et crevettes grises, « canassons » de pois chiches aux raisins et thym frais et encore crème glacée de persil et coco de Paimpol. Les propositions de menus changent constamment. Comme les plats d’ailleurs. Et c’est avec l’âme quelque peu embrumée qu’on s’est promis tous les quatre de revenir en trottant.

Carte : environ 55 €.

 

À découvrir également