Miss Kô

Ici, rien n’est formaté, vive la liberté!
Miss Kô
Cuisine Asiatique

Attention, Miss Ko n’a rien de ces restos de food fusion, dont le terme est devenu ennuyeux. Miss K?, c’est un mélange d’Asie moderne, «d’Asie multiple ».  Un melting pot où tous les asiats d’Asie y retrouveraient leurs petits, c’est dire !  Quand on y entre, il faut s’imaginer comme dans une rue, avec son brouhaha, ses affiches sur les murs de béton, ses éclairages indirects, son art, ses chinoiseries…  On s’attarde sur le bar long aux multiples écrans qui rediffusent en boucle des news des JT nippons. « J’avais envie de relaxer l’atmosphère un peu guindée du quartier, et d’en faire un lieu inétiquetable, on pourrait le définir comme un joyeux bordel » explique Philippe Starck.
Côté carte, c’est un vrai délice : des plats asiatiques revisités aux saveurs européennes, des créations à tomber comme les Sashizzas, des gyozas version boeuf bourguignon ou foie gras, des rouleaux de printemps atypiques, des bo-bun(s) ou des sushis qui changent aussi pour plus de fantaisie.  Une carte signée à six mains, par Fabrice Monot, Chef exécutif, qui a invité Linda Rodriguez (Bond Street New York, Hachi Las Vegas) et Martin Swift (Nobu Londres).  D’autres chefs viendront y faire des happenings comme Thierry Marx prochainement.  Ici, rien n’est formaté, vive la liberté. On y projettera même des films le lundi soir !

Carte : environ 50 €.

À découvrir également