Top
 

Robert

Robert

© Caspar Miskin

Une immense vitrine sur la rue et d’emblée une simplicité presque anglo-saxonne : une salle à manger aux murs blancs et baignée de lumière, une cuisine ouverte et le zinc à l’entrée, pièce conviviale par excellence. Une fois assis, on ne peut s’empêcher de zieuter la cuisine, où le chef australien tout sourire fait plaisir à voir. Peter Orr est visiblement heureux d’être là, et c’est contagieux. La température grimpe à l’arrivée des plats : ses ravioles de ricotta, noix et aubergine sont gonflées à bloc et légères comme un souffle. L’agneau de ferme arrive avec des courgettes au basilic, de la salicorne, et c’est parfait. Même la salade de légumes croquants (en direct du potager « maison » à Sancerre) au jaune d’œuf et ricotta (oui, le chef cuisine l’Italie à merveille, y compris la pasta) trouve grâce aux yeux d’un carnivore. On imaginait bien qu’on pouvait faire confiance à l’ancienne équipe d’Au Passage, mais cette petite table-là, mine de rien, c’est bien mieux que ça. C’est la définition même de la gastronomie sans chichi, telle qu’on l’aime, à la cool et avec le sourire.

À découvrir également