Clément Noël, vitesse et précision

À 23 ans, il vient de survoler le premier slalom de la saison à Val d’Isère, écrasant la concurrence et s’imposant comme l’étoile montante du ski français. En 2019 et 2020, Clément Noël a remporté le prix Longines Rising Ski Stars, imaginé par la marque horlogère pour récompenser les meilleurs jeunes skieurs ou skieuses de la saison. Désormais ambassadeur de la griffe au sablier ailé, le prodige du slalom alpin affole les chronomètres de Longines, partenaire et chronométreur officiel de la coupe du monde et du championnat du monde de ski alpin. Interview « top chrono ».

Judith Spinoza

Clément Noël, vous êtes l’étoile montante du ski alpin français, spécialiste des épreuves techniques, et plus particulièrement du slalom. Vous souvenez-vous de votre premier chrono ?

Je devais être très jeune, car j’ai commencé la compétition dès que j’en ai eu l’occasion. Mais je n’en ai pas gardé un souvenir précis.

Vous souvenez-vous aussi du moment où vous avez remporté le prix Longines Rising Ski Stars ? Pour vous, jeune skieur, que représentait cette marque pionnière, partenaire et chronométreur officiel de la coupe du monde ?

Ça, je m’en souviens très bien ! J’ai gagné ce prix deux fois de suite et c’était vraiment un honneur d’être reconnu comme le meilleur jeune de la saison. Longines représentait déjà beaucoup pour moi. J’avais pour habitude de voir cette marque à la télévision en partenariat avec énormément de sports ; et notamment le ski alpin.

Entre les premiers systèmes de chronométrage datant de la fin du XIXe siècle et ceux des courses internationales de ski alpin d’aujourd’hui, il y a un monde (et des secondes) d’écart. En quoi ces (r)évolutions de chronométrage impactent-elles vos disciplines et vos entraînements ?

Je n’ai pas forcément connu cette grosse évolution, mais les systèmes sont effectivement de plus en plus précis et fiables en compétition ; même lors de nos séances d’entraînement avec du matériel de nouvelle génération.

En 2017, la Longines Live Alpine Data, une puce attachée à la chaussure du skieur, permettait d’afficher en temps réel et en continu la vitesse de ce dernier, ses accélérations et décélérations. Ce lien avec les spectateurs vous importe-t-il ?

Ce lien est la chose la plus importante pour notre sport. Nous sommes censés offrir un spectacle. Le public doit bénéficier du maximum de données pour bien comprendre notre discipline et pouvoir l’apprécier à sa juste valeur.

Qu’est-ce qui pourrait encore évoluer dans la mesure de la précision et la performance vécue en live ?

Je ne sais pas ce que nous pourrions ajouter, mais l’exemple à suivre pour moi est la Formule 1 ; avec notamment des comparatifs de temps sur une seule courbe entre deux pilotes ou beaucoup de données en temps réel.

Quels sont vos objectifs pour cette coupe du monde ?

Me donner au maximum, monter le plus haut possible dans le classement et produire mon 100 % en niveau de ski !

Lire aussi : Alexis Pinturault, un champion qui court après le globe

Partager cet article

A lire aussi