Didier Guillon, l’homme de Venise

Dans la cité des Doges, Didier Guillon présente au Palazzo Bonvicini le dernier opus de sa trilogie autour des contes, « Peter Pan, la nécessité du rêve ». Un temps fort du off de la Biennale de Venise, dont il nous livre également ses coups de cœur.

Catherine Jazdzewski

Comment définir Didier Guillon ? Curateur, esthète, collectionneur, artiste… Cet après-midi-là, dans le salon de sa résidence vénitienne, parmi les œuvres de Yves Lévêque ; Sophie Westerlind ; Judi Harves ou Jody Paulsen, il vous laisse décider. Et c’est impossible… Dans le monde de l’art, le fondateur et président des cosmétiques Valmont occupe une place à part. Il n’est pas spéculateur ; il est agitateur.

Cette passion, qui a baigné sa vision de la cosmétique puisque, chez Valmont, on parle de « The Art of Beauty », a pris récemment le pas sur le business. Didier Guillon laisse les commandes de la Maison à son épouse et partenaire, Sophie Vann Guillon, pour se consacrer à la mise en lumière de l’émotion et de l’humain qui se cachent dans les créations contemporaines.

Une fondation artiste

Après être tombé sous le charme de Venise et y avoir installé sa fondation en 2015, il y vit désormais à mi-temps. Aimer l’art chez les Guillon, c’est le partager. Et transmettre, toujours. Avec son fils Maxence, qui préside depuis peu la Fondation, il a créé cette année D&M Art Fund, un fonds qui soutient la jeune création. Avec sa fille Valentine, il signe Blessing in Disguise, l’un des quatre opus de l’exposition « Peter Pan, la nécessité du rêve ».

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fondation Valmont (@fondationvalmont)

Après Hansel & Gretel, Alice in Wonderland, Peter Pan est le dernier volet de cette trilogie consacrée à la mythologie des contes. « Peter Pan n’a pas de mémoire, il est détaché du temps, ce qui lui laisse une totale liberté. C’est cette notion d’infini, d’intemporalité, que j’ai voulu explorer avec la vidéo comme médium. »

Carte blanche à trois artistes

Il a donné carte blanche à trois artistes proches, mais, en préambule de l’exposition, c’est une installation signée Gayle Chong Kwan qui interpelle. Son Atlantis incarne le monde englouti de l’Atlantique et du Pacifique par l’invasion plastique. Peter Pan commence son errance avec Wings ; Wrecked ; Window de Stéphanie Blake ; puis Silvano Rubino confronte le présent et l’infini dans Le Cycle du temps avant que, dans la dernière salle, Isao emporte les visiteurs dans les ombres de Shadows and Forms.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fondation Valmont (@fondationvalmont)


Entre ces deux visions, on a le souffle coupé par Blessing in Disguise. « J’avais demandé à Valentine de réfléchir sur Peter Pan ; j’ai été bluffé par son montage d’images. » La jeune femme a repris des clichés de la guerre du Vietnam. Ensemble, ils les ont associés avec des éclosions en accéléré de fleurs aux couleurs vives. « C’est notre vision commune du Flower Power. »

Outre Venise, Blessing in Disguise est aussi à voir à Hydra. C’est d’ailleurs là, dans sa résidence insulaire, que Didier Guillon, avec les curateurs Francesca Giubilei et Luca Berta, planche sur les artistes associés à la prochaine exploration artistique. Elle aura pour thème « Ulysse ».

Peter Pan, la nécessité du rêve, Palazzo Bonvicini, jusqu’au 26 février 2023.

Blessing in Disguise, visible à l’Historical Archives Museum of Hydra, jusqu’au 31 juillet 2022.

La sélection de Didier Guillon à voir cet été

« Ces expositions font partie d’un parcours émotionnel. Devant les œuvres de l’artiste Jacques Martinez se dégage un sentiment de poésie visuelle. Issu de l’école de Nice, l’artiste français revient à Venise avec ses ”Papiers de paysage”, une série abstraite où les lumières du ciel de Lisbonne et de Palerme se mêlent aux décors des villes. »

Papiers de paysage, SPARC* Spazio Arte Contemporanea, Campo Santo Stefano 2828a, 30124 Venezia VE (Italie).

« On éprouve un sentiment d’émotion sincère devant les œuvres du pavillon Ouganda, qui a obtenu une mention spéciale à la Biennale de Venise : à côté des tableaux signés Collin Sekajugo, les œuvres d’Acaye Kerunen renvoient à une force d’expression pure comme je l’ai récemment rencontrée dans mon voyage en Ouganda aux couleurs intenses. »

Radiance : They Dream in Time, Palazzo Palumbo Fossati, San Marco 2597, 30124 Venezia VE (Italie).

Lire aussi : L’art en héritage

Partager cet article

A lire aussi

48 heures chrono à Dakhla

Dakhla, le joyau du Sahara occidental, s’ouvre à l’écotourisme pour devenir une destination bien-être dont la « cooltitude » est contagieuse.