Essence française

Essence française

S’il est un territoire où le luxe parisien s’exprime pleinement, c’est bien celui de Parfums de Marly. Rencontre avec Julien Sprecher, son fondateur, à l’occasion de la sortie de sa dernière création Kalan. Notre favori de l’hiver…

Qu’est-ce qui vous a motivé à fonder une maison de parfums ?

La parfumerie de niche est née en réaction à une standardisation olfactive de la parfumerie traditionnelle. J’ai souhaité participer à ce mouvement, convaincu que je pouvais y apporter quelque chose. Le règne de la parfumerie commerciale a duré bien trop longtemps sur un fonctionnement qui ne m’a jamais plu…Le parfum est avant tout un art, un travail de fourmi, de passion, de « niche » par définition.

D’où vient votre goût pour les odeurs ?

J’ai eu la chance de grandir dans une famille de professionnels du parfum. Mon père a sillonné le monde et travaillé pour les plus grandes marques de parfumerie française. Attiré très tôt par les odeurs, j’ai vite compris que c’était un métier fait pour moi. Enfant, j’ai très vite su reconnaitre les parfums puis, leurs matières premières. Aujourd’hui, ma partie préférée du travail de création réside dans l’échange avec les grands parfumeurs avec lesquels j’ai la chance de collaborer. Il nous amène à rendre des visions réelles, tangibles. La première « accroche olfactive », les allers et retours avec les parfumeurs sont mes moments favoris et in fine, les plus importants dans mon métier.

Quel est l’esprit, la signature olfactive de la maison ?

En lançant Parfums de Marly, je voulais insuffler une part de rêve qui manquait cruellement dans une certaine parfumerie, en proposant des jus “signés“, avec un parti-pris fort. J’aime produire des formules courtes et percutantes où l’on peut lire, comme des citations, mes ingrédients préférés : la vanille, la fleur d’oranger, l’héliotrope, le bois de santal et les notes ambrées. J’ai voulu construire une maison où la tradition s’accorde avec le présent, preuve en est le look & feel de nos boutiques, lesquelles, au sein d’une enveloppe parfaitement haussmannienne, mettent en exergue des moments de l’époque des rois, revisités avec des codes couleurs et des sculptures modernes.

La maison a 10 ans ? Comment se fête une décennie de parfums ?

Nous célébrons une décennie d’aventure. Depuis nos débuts, en 2009, nous avons développé 27 créations olfactives pour hommes et femmes, dont certaines sont des fragrances unisexes. Aujourd’hui, nous avons la chance de compter parmi les grandes maisons de parfumerie de niche. Cet anniversaire, bien que symbolique, constitue une étape importante à laquelle il faut prêter attention. A cette occasion, j’ai notamment décidé d’injecter un nouvel esprit à nos boutiques du 26, rue Cambon à Paris et du Meatpacking à New York.  Un anniversaire se fête aussi en regardant vers l’avenir, en évoluant.  De ce fait, nous étendons notre gamme à d’autres univers olfactifs. Après nos
« french orientals », nous lancerons une Cologne Masculine en février 2020.

Je crois que la maison connaît un grand succès aux USA ?

Elle est distribuée dans 70 pays au travers d’un réseau exclusif qui compte trois Flagships (nos boutiques de Paris, New York et Dubaï). Nous sommes également présents au sein des magasins Tsum à Moscou, Selfridges et Harrods à Londres. La marque vit un développement particulièrement florissant aux Etats-Unis chez Nordstrom et Bloomingdale’s. Les américains sont particulièrement friands de nos créations et toujours réceptifs, au-delà de la qualité de nos jus, à une belle histoire…

Vous avez retravaillé la boutique Parisienne ?

Notre dixième anniversaire marque notre âge de raison. Nous avons donc souhaité insuffler une énergie nouvelle, en affinant nos codes et notre identité tout en conservant notre héritage. La boutique a été repensée par Hubert de Malherbe qui a su produire l’alchimie que je recherchais : une image à mi-chemin entre héritage et modernité, et une nouvelle façon d’aborder l’univers de la parfumerie française. Afin de célébrer cet anniversaire symbolique, j’ai également décidé de lancer une création masculine exceptionnelle, Kalan, qui je pense deviendra un « emblématique » des Parfums de Marly.

Justement, parlez-nous de Kalan…

Il représente un retour aux sources, et capture ce que nos clients apprécient chez Parfums de Marly. Quand je construis un parfum, je veux qu’il ait de la rondeur, c’est-à-dire une tête présente, séductrice, en même temps qu’un fond immédiatement perceptible. On pourrait aussi parler d’aura. L’harmonie entre les matières, entre les accords, crée cette musique olfactive qui est notre signature. Un départ ultra-frais d’orange sanguine, de poivre noir et d’épices, un accord lavande et absolu de fleur d ‘oranger en cœur, et en fond, un santal blanc drapé de mousse, de bois, d’ambre et de tonka torrifiée. Ce sillage très reconnaissable est aussi facile à apprivoiser. Vous remarquerez comme il réhausse la peau sur laquelle il est posé…

Parfums de Marly, 26 rue Cambon,

75001 Paris. Tél. : 01 85 09 49 49.

parfums-de-marly.com

À découvrir également