Eugénie Derouand, sans peur et sans reproche

Remarquée dans la série Paris Police 1900, Eugénie Derouand endosse un premier rôle intense dans le film d’horreur Le Calendrier, réalisé par Patrick Ridremont, où il est question d’un calendrier maléfique. Rencontre avec une fille prête à tout.

Olivia de Buhren

Qui êtes-vous ?

Je suis Eugénie Derouand, comédienne. J’ai 28 ans. Je ne suis pas dans la demi-mesure. J’aime la vie. Je suis une vraie passionnée.

Pourquoi êtes-vous devenue actrice ?

Je n’avais pas envie de suivre une voie toute tracée. J’ai passé un bac S. Je suis allée à la fac de droit. J’avais du mal à trouver ma voie. Puis j’ai fait plusieurs stages de théâtre et, là, j’ai senti quelque chose en moi. La comédie est venue comme une évidence. Aujourd’hui, sur scène, je me sens vivre et je suis heureuse.

Êtes-vous trouillarde ?

Ça peut m’arriver. Je pense d’ailleurs que c’est bien d’avoir peur. C’est un moteur pour avancer.

Quel est le pitch du film Le Calendrier ?

Éva, une jeune femme paraplégique depuis trois ans, vit seule avec son chien. Le 1er décembre, sa meilleure amie lui offre un étonnant calendrier de l’avent. À ce moment-là, sa vie va être bouleversée.

Pourquoi avoir accepté ce rôle ?

Avant tout, c’était un challenge pour moi de porter un film pour la première fois. Puis le rôle est très fort. L’histoire d’une femme isolée, loin de tout. Ce personnage m’a touchée. Sa force, sa détermination m’ont donné envie de l’incarner. Le tournage était dense et très exigeant.

Est-ce la première fois que vous jouez dans un film d’horreur ?

Oui, mais je pense que ce n’est pas qu’un film d’horreur, c’est aussi et surtout un thriller, un film de genre où l’on parle d’isolement, de choix de vie et d’avenir.

Êtes-vous une fan de films d’horreur ?

Quand j’étais plus jeune, avec mes amies, nous passions des nuits entières à regarder L’Exorciste, Shining ou encore la série des Scream. Parmi les films qui m’ont fichu le plus les jetons, il y a Suspiria de Dario Argento et surtout Mister Babadook de Jennifer Kent !

Avez-vous tendance à vous affoler pour un oui ou un non ?

Non, mes exercices de respiration avec le bas du ventre m’aident à rester calme en toutes circonstances.

Petite, faisiez-vous des rêves horribles ?

Oui, souvent. Je pensais que la sorcière dans Blanche-Neige allait me capturer. Et ce n’est pas fini, je rêvais aussi qu’une moissonneuse-batteuse me poursuivait dans les champs. Tout un programme !

Racontez-moi votre plus grosse frousse.

J’ai le vertige. Dernièrement, j’étais à la fête des Tuileries. J’ai eu la mauvaise idée de monter dans les chaises volantes. J’ai eu si peur que j’ai pleuré comme un bébé.

Le moment de votre vie quotidienne où vous avez le plus la trouille ?

J’ai un mauvais sommeil. Dans mes nombreuses insomnies, je rêve que Le Calendrier est mon dernier film… et là je panique !

Une appréhension sur la sortie du film ?

Non, je suis sereine. J’ai aimé tourner le film, mais la suite de l’histoire ne m’appartient pas, donc je prends du recul.

Que peut-on vous souhaiter ?

Être heureuse et continuer à faire mon métier longtemps.


Le Calendrier avec Eugénie Derouand, réalisé par Patrick Ridremont. Sortie en salle le 1er décembre 2021.

Lire aussi : Constance Arnoult, touche-à-tout !

Partager cet article

A lire aussi