Fan des… abeilles

Fan des… abeilles

Durant l’incendie de Notre-Dame, le 15 avril dernier, les 200 000 abeilles de la cathédrale sont restées sur place pour protéger leur progéniture. Heureusement, le toit de la sacristie où résident les trois ruches a été épargné par les flammes, et elles ont juste été bien trempées par les lances des pompiers… Vive les abeilles de Paname !

 

Ca peut paraître anachronique, et pourtant, l’abeille des villes vit mieux que l’abeille des champs. Cette dernière prend cher, en première ligne face à la monoculture intensive et aux pesticides à fond la caisse. En 30 ans, la mortalité des essaims est ainsi passée de 5 à 30 %, voire 80 % dans certaines régions, alors que, dans la capitale, les populations ne cessent de croître : on compte aujourd’hui plus de 1 000 ruches ! La pollution atmosphérique garantit des températures plus douces (pour une fois que des Parisiennes voient le bon côté des choses) et, surtout, les produits phytosanitaires sont quasiment prohibés.

En arrivant à Paris, il y a dix ans, l’apiculteur Nicolas Géant a posé ses premières ruches sur le toit du Grand Palais. C’est aussi lui le « papa » des abeilles de Notre-Dame. Tant qu’à être dans la plus belle ville du monde, autant profiter de la vue ! Aujourd’hui, on lui confie l’installation de butineuses dans les jardins d’hôtels (ça fournit les tartines en direct et en local), sur les toits de banques (ça fédère à la machine à café depuis que Game of Thrones est terminé) ou encore dans des maisons d’arrêt (pour former des détenus à l’apiculture). Et pourquoi pas chez vous ou dans votre entreprise ?
Pour cela, il suffit de disposer de 4 m2 libres dans un jardin, sur un toit ou une terrasse. Nicolas et sa brigade de vingt apiculteurs s’occupent de tout, partagent leur savoir, récoltent « votre » miel (environ 25 kilos par ruche chaque année) et assurent un SAV à toute épreuve, intervention en 30 minutes, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ! On ne peut pas dire que l’uniforme d’apiculteur soit une machine à fantasmes, mais ça vous rappellera peut-être avec émotion le cours de SVT programme nectar et pistil de 4e B. Et ça fera du bien à la biodiversité.

La diversité de fleurs, justement, c’est ce dont raffolent les abeilles. Selon Nicolas, « les champs de monoculture de colza, pour les abeilles, c’est comme nous, les humains, si on mange de la choucroute à tous les repas : on n’est pas bien ! » (On visualise bien la situation.) Alors, plantez de la lavande, du thym, du romarin, elles adorent… L’association Agir pour l’environnement fournit également des sachets de graines biologiques particulièrement mellifères afin de créer une « zone de Bzzz » : un espace de protection pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. 13 000 zones ont ainsi été créées en trois ans. Quand on sait qu’elles peuvent porter une fois leur poids en pollen et qu’elles doivent butiner quatre millions de fleurs pour faire un kilo de miel, elles méritent bien qu’on leur offre une petite pause goûter dans nos jardinières… Parce qu’elles ont beau être courageuses, si elles venaient à disparaître, c’est 80 % des espèces végétales et 35 % de notre alimentation qui seraient menacés. Que vive l’abeille, dans les villes comme dans les champs !

Pour toute information complémentaire :

Location de ruches clés en main ruche-entreprise.com

Association de mobilisation citoyenne agirpourlenvironnement

Mes adresses

Association L’Abeille de Compagnie

Pour parrainer une ruche en région, seul ou à plusieurs copains, et recevoir en échange du « bon » miel, local et respectueux de l’abeille. Du coup, on évite de passer par la case miel de supermarché (la plupart du temps importé) et on participe au repeuplement de l’abeille européenne.

112, avenue de Paris, 94306 Vincennes Cedex. Tél. : 03.10.36.02.25. labeilledecompagnie.fr

Rucher du cimetière du Père-Lachaise

L’un des endroits les plus insolites à Paris pour observer des ruches en activité est sans doute le Père-Lachaise ! Au détour d’une visite à Frédéric Chopin, Jim Morrison ou Pierre Desproges, découvrez le rucher pédagogique de l’association Dardard, des ruchettes vitrées de démonstration et une présentation de l’histoire de l’apiculture.

Rucher : 8, boulevard de Ménilmontant, 75020 Paris.

Association Dardard : 9, rue de Clignancourt, 75018 Paris. Tél. : 06 14 42 35 54. assodardard.fr

La Maison du Miel

Cette maison centenaire, doublée d’un monument historique, mériterait de s’appeler « le temple du miel ». On y trouve une quarantaine de miels sublimes, de France et du monde entier, mais aussi de la cire antiquaire, des cosmétiques au miel, ainsi que tous les produits de la ruche : gelée royale, pollen et propolis aux puissantes vertus.

24, rue Vignon, 75009 Paris. Du lundi au samedi de 9h30 à 19h00. Tél. : 01 47 42 26 70. maisondumiel.fr

À découvrir également