Le grand retour du Festival de Cannes

Après trois ans d’éclipse, le plus grand festival de cinéma au monde fait son retour. Trois années où il a dû se réinventer pour coller à une époque qui a bien changé et à une ville qui n’en finit plus de déclarer sa flamme au septième art.

Raphaël Turcat

Ça a été long, très long. Trois ans. Pas forcément pour la montée des marches, dont on arrive à se passer ; un peu plus pour le palmarès, qui donne le « la » de l’année cinématographique ; énormément pour l’industrie qui s’est vue privée de marché alors que, dans le même temps, les plateformes de streaming faisaient feu de tout bois.

En 2020 ? Confinement oblige, tout le monde est resté chez soi à regarder Netflix. En 2021 ? Décalé en juillet, l’événement a été privé de sa sève (le marché) et le label « Festival de Cannes » a été distribué à tire-larigot pour sauver de l’anonymat de multiples films en rade sur le marché international. En 2022, après ces deux années de disette, le Festival est donc devenu une sorte de « born again », loin des fastes passés, plus humble, riche de nouvelles sections plus populaires, pour redevenir à la fois le cœur et les poumons de presque toute une profession.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Festival de Cannes (@festivaldecannes)

« Le cinéma n’est pas mort, à condition qu’il se réinvente », avoue de lui-même Thierry Frémaux, délégué général du Festival. Il aura eu toutes les peines du monde à trouver son président du jury (Vincent Lindon) ; mais se réjouit de voir les professionnels du monde entier revenir sur la Croisette. Qu’on se le dise : après un président qui s’est fait élire sur cette promesse en 2012, le Festival de Cannes devient un festival « normal » dix ans plus tard.

Rien que du beau monde

Cette année, Cannes fête ses 75 ans, riche d’une histoire qui l’a vu naître juste après la Seconde Guerre mondiale ; mais dont l’idée a germé quelques années auparavant pour contrer la puissance de la Mostra de Venise, alors sous la coupe des fascistes de Mussolini et des nazis allemands. Ça, c’est pour l’histoire.

Pour les paillettes ; le glam ; les robes de folie ; les smokings impeccables ; les sourires aux dents très blanches ; les budgets coiffeurs qui explosent et les fans qui font coucou, se presseront donc du 17 au 28 mai sur les marches du Palais (dans le désordre) : Tom Cruise, de retour après 30 ans ; Tom Hanks ; Marion Cotillard ; Gilles Lellouche ; Anaïs Demoustier ; Virginie Efira (qui présentera les cérémonies d’ouverture et de clôture) ; Bérénice Bejo ; Romain Duris, on en passe et des meilleurs.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Festival de Cannes (@festivaldecannes)

Dans les salles obscures, l’excitation sera à son comble pour Les Crimes du futur de David Cronenberg, son premier film depuis huit ans et alors qu’il avait indiqué prendre sa retraite ; Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi, genèse eighties du théâtre de Nanterre période Patrice Chéreau ; Armageddon Time, autre chronique des années 1980 par un James Gray qui avait pourtant annoncé qu’il ne remettrait plus jamais les pieds à Cannes.

Les bouchées doubles sur le cinéma

Dans cette sélection où vont se croiser plusieurs réalisateurs déjà palmés (les frères Dardenne ; Cristian Mungiu ; Hirokazu Kore-eda), on guettera le Holy Spider d’Ali Abbasi, un thriller qui fout les jetons avec un père de famille cherchant à nettoyer sa ville de la prostitution, et Close du Belge Lukas Dhont, sur une amitié entre deux ados qui part en quenouille.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Festival de Cannes (@festivaldecannes)

Enfin, Michel Hazanavicius s’attaque au remake d’un film japonais de zombies qui connut un succès viral en 2019 malgré ses trois cacahuètes de budget. On ne comprend pas bien l’intérêt du réalisateur de multiplier les frais de production par 20 – un peu comme si Spielberg refaisait The Blair Witch Project avec la puissance d’Hollywood – ; alors que l’entièreté du charme de l’original résidait justement dans son peu de moyens.

Mais ne soyons pas mauvaise langue avant que ne débute la compétition et réjouissons-nous qu’une ville comme Cannes mette les bouchées doubles sur le cinéma. Ça, c’est une vraie love story !

Photo de Une : © Paramount Pictures Corporation – Jim Carrey, The Truman Show de Peter Weir / Graphisme © Hartland Villa

Lire aussi : Comment rester au top un lendemain de fête à Cannes ?

Partager cet article

A lire aussi
meilleures bûches noël 2022

Les meilleures bûches de Noël 2022

Chaque année, c’est le même casse-tête : quelle bûche choisir pour la soirée du 24 décembre ? Pour vous y aider, voici quelques créations aussi variées que savoureuses.