Jeunes hommes à suivre

Qu’ils se soient retrouvés par hasard ou par la force de leur ambition sur le devant de la scène, ou qu’ils soient la digne progéniture de parents célèbres, ces jeunes acteurs, mannequins ou chanteurs attirent sur eux tous les projecteurs ! La preuve par six.

Lucky Blue Smith
le mormon modeux
Connu en tant que « Justin Bieber du mannequinat » ou « Cara Delevingne version mec », cet Américain blond platine de dix-sept ans, au look mi-David Bowie, mi-vampire de Twilight, réunit déjà 2,1 millions d’abonnés sur son profil après six mois d’inscription. Représenté par l’agence Next Models, ce fils de mormons, partis d’Utah pour Hollywood afin que leurs quatre enfants réalisent leurs rêves de mannequinat, vient d’être embauché par L’Oréal, a posé pour Hedi Slimane et Annie Leibovitz et défile régulièrement pour Versace et Balmain. Afin d’entretenir le désir, cet as de la communication n’hésite pas à publier son emploi du temps sur son profil Instagram, pour le plus grand bonheur des « Lucky Charms », petit surnom donné à ses milliers de fans !
Sa phrase : « Je ne comprends pas pourquoi les filles m’aiment tellement, mais si je peux les rendre heureuses en traînant avec elles, qu’est-ce que représentent trente minutes de plus dans ma vie ? »

1Scott Eastwood
le cinéma pour ADN
Parce qu’il ne doit pas être facile tous les jours de vivre avec le patronyme du Dieu du cinéma américain, le fils de Clint Eastwood, qui entamait une carrière d’acteur en 2006 dans Mémoire de nos pères, réalisé par… son père, se présente désormais aux producteurs et aux journalistes sous le nom de Scott Reeves. Pourtant, ce beau brun ténébreux n’a pas à rougir de son parcours, mené de front et sans piston. Après un rôle dans Fury au côté de Brad Pitt en 2014, puis dans Snowden d’Oliver Stone en 2015, on le retrouvera en 2017 sous la direction de Ben Affleck dans Live by night. En attendant, Scott s’offre quelques pauses : ainsi cette apparition dans le clip Wildest Dreams où il roule une pelle à Taylor Swift. Malin !
Sa phrase : « Lorsque je travaille avec lui, mon père est très exigeant. Il est le premier à dire qu’il ne m’embauchera pas s’il trouve mieux que moi. »

6J.W. Anderson
le designer précoce
Devenu directeur artistique de la maison Loewe à trente ans (soit l’équivalent de dix ans dans le cercle très élitiste des créateurs de mode !), Jonathan William Anderson, Irlandais pure souche, peut déjà se vanter d’avoir attiré Anna Wintour à son premier défilé londonien pour la marque. Repéré par le bras droit de Miuccia Prada alors qu’il travaillait au département Homme d’un magasin anglais, ce passionné de mode, qui avoue n’avoir jamais su coudre, est embauché pour réaliser le merchandising visuel des boutiques. Cet apprentissage le pousse à créer en 2008 sa première marque de prêt-à-porter homme, à seulement vingt-quatre ans. Désormais chargé de dépoussiérer la marque espagnole de cuirs, ce jeune prodige multiplie les odes à la confusion des genres dans des vêtements et des défilés aux looks androgynes, qui lui valent le surnom mérité de « cool kid » de la mode.
Sa phrase : « J’ai compris que je n’allais jamais être un très bon comédien, mais ma formation d’art dramatique m’a servi car dans la mode, il faut savoir aussi se créer un personnage. »

2Gabriel-Kane Day-Lewis
le chanteur émancipé
Fils d’illustres acteurs du cinéma international, Isabelle Adjani et Daniel Day-Lewis, Gabriel-Kane aurait pu aisément choisir la voie toute balisée que lui proposaient ses parents. Pourtant, à seize ans, ce Parisien de naissance mais qui a déménagé à New York pour vivre avec son père, entame une carrière de mannequinat en posant pour Chanel et de nombreux magazines, avides d’anecdotes croustillantes sur papa et maman. Mais alors que tout le monde l’imagine passer ses premiers castings pour le cinéma, Gabriel-Kane surprend en sortant en septembre 2015, avec son demi-frère Barnabé Nuytten, son premier single, Ink in My Veins. Encensée par la critique, cette petite perle pop-soul permet au fils d’acteurs, désormais âgé de vingt et un ans, de se faire un nom sur la scène musicale américaine.
Sa phrase : « Longtemps, j’ai cherché à exister par moi-même. J’ai traversé une crise d’adolescence et d’identité qui m’a éloigné de mes parents Et puis j’ai compris que c’était une chance d’être le fils d’Isabelle Adjani et de Daniel Day-Lewis. »

3Rod Paradot
l’acteur authentique
La vie de ce jeune homme de dix-neuf ans, originaire de Stains, a basculé avec un casting sauvage. Totalement étranger au cinéma, Rod Paradot voit débarquer en 2014 dans sa classe de CAP de menuiserie Elsa Pharaon, la directrice de casting d’Emmanuelle Bercot, à la recherche d’une « gueule » pour incarner Malony, ado turbulent qui tient tête à un éducateur pugnace dans son film La Tête haute, en ouverture du Festival de Cannes l’an dernier. Propulsé devant la caméra face à Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Sara Forestier, Rod remporte haut la main le César du meilleur espoir masculin et séduit le grand public dans un discours à pleurer de naturel et de charme.
Sa phrase : « Je voudrais remercier ma maman parce qu’à la fin, c’est elle qui tous les jours croit en moi et je ne sais pas comment ! »

5Jaden Smith
le it-boy multitâches
Frère aîné de la chanteuse Willow Smith, biberonné au star system par ses parents Will et Jada Pinkett-Smith, le petit Jaden, dix-sept ans aujourd’hui, se cherche. Si dans sa biographie, les mentions « acteur, rappeur, danseur, designer, auteur-compositeur-interprète » prêtent à confusion, on lui reconnaît avant tout quelques rôles sympas au cinéma (Le Jour où la Terre s’arrêta, Karaté Kid…). À la tête de MSFTS, sa marque de vêtements créée en 2012 et portée par ses amis Justin Bieber ou les One Direction, Jaden alimente désormais surtout les colonnes de la presse people. Sa relation tumultueuse avec Kylie Jenner et son amitié avec toutes les tops du moment, qu’il relaie constamment sur les réseaux sociaux, sont la preuve que le marketing de soi requiert aussi un certain talent !
Sa phrase : « J’œuvre à réparer la Terre. Je veux créer une utopie sur cette planète : les gens devraient travailler pour vivre et faire les choses qu’ils aiment faire. »

À découvrir également