Klaus Busse, l’homme fort de Maserati

À la tête du design de Maserati chez le groupe automobile Stellantis, dont il est le Head of Design de la marque, cet Allemand d’origine, mais Italien de cœur depuis toujours, est en train de dessiner une nouvelle page au sein de l’écurie italienne. Rencontre.

Henri Bonchat et Lola Bondu

Depuis six ans, vous avez œuvré pour « revitaliser » Alfa Romeo, Fiat et Maserati. C’est une grande fierté pour vous ?

Je me sens plutôt libéré que fier. Il y avait de grandes attentes lorsque je suis arrivé il y a six ans au sein du groupe. Aujourd’hui, avec mon équipe, nous avons accompli des travaux importants qui sont reconnus, appréciés et parfois récompensés. Donc nous pouvons en effet être fiers.

Vous vouez une véritable passion pour le design italien, comment l’expliquez-vous ?

Lorsque je suis arrivé en Italie, j’ai rencontré Giorgetto Giugiaro, l’un des designers italiens les plus prolifiques de l’industrie automobile. Je lui ai demandé ce qu’est le design italien. Il a ri et m’a répondu que ça n’existait pas. Je n’étais pas d’accord. À mes yeux, le design italien est le fait de capturer la beauté accessible de l’Italie. L’Italie est un pays qui englobe beaucoup de choses à la fois exquises et abordables : la gastronomie ; la mode ; l’architecture que chacun peut apprécier… Le design italien développe cette essence, celle de créer quelque chose d’exceptionnel sans être hors de portée.

Avec la Supercar MC20, vous êtes-vous inspiré et nourri de l’ADN compétitif de la marque ?

Lorsque nous avons commencé à réfléchir à la Supercar MC20, nous voulions avant tout travailler sur ses performances. L’esthétisme est venu après. L’idée était de créer une voiture aussi pure et fonctionnelle que possible pour que le pilote, mais aussi les gens à l’extérieur, puisse apprécier son style unique. Lorsque nous créeons une Maserati, nous pensons et fabriquons d’abord une technologie avec un beau design, et non l’inverse. Le Maserati Innovation Lab, situé à Modène, est en ce sens très important pour nous assurer d’être toujours à la pointe de l’innovation. Sur la MC20, la plus grande innovation est sans aucun doute le moteur V6 Nettuno, équipé d’une préchambre de combustion ; une technologie issue de la Formule 1.

Comment se dessine l’avenir pour Maserati ?

L’avenir proche est le lancement de notre SUV Le Grecale au printemps prochain. Nous réfléchissons aux nouvelles technologies et à l’électrification. Avec cette dernière, la plupart des sons d’une Maserati disparaîtront. Il y a six ans, quand je suis arrivé en Italie, j’ai fait un point avec mon équipe de designers sur ce qu’une Maserati signifiait pour nous si elle n’émettait plus de bruit. Nous avons alors regardé une vidéo avec une Maserati A6GCS 1954 (ma préférée), en remplaçant le son par de la musique classique.

À ce moment- là, j’ai réalisé qu’elle était encore plus belle ainsi : la voiture était devenue une sculpture roulante, un chef-d’œuvre artistique. J’aimerais qu’on se souvienne des Maserati selon leurs performances d’abord, puis selon leur design. Ça peut paraître étrange d’entendre ça de la part d’un designer, mais une Maserati n’est pas seulement un exercice de style. C’est la combinaison de la performance et du style italien.

Lire aussi : Tecnomar for Lamborghini 63, un joujou pas comme les autres

Partager cet article

A lire aussi