La guerre des roses

La guerre des roses

Portée par le retour aux belles matières premières, la rose incarne à elle seule le besoin de naturalité. Chaque maison cherche à dessiner sa propre rose, sa « championne » capable, qui sait, de produire un blockbuster. Voici sept variations sur le même thème, moins sages et moins classiques qu’on ne l’imagine.

 

Incarnation absolue de la féminité depuis l’Antiquité, présente dans presque tous les jardins et tous les bouquets, la rose n’a jamais autant distillé sa séduction dans le flacon. On fait appel à elle tantôt pour de mauvaises raisons (le jour où le parfumeur sèche, qu’il n’a plus la moindre idée), tantôt pour de bonnes (explorer une nouvelle facette d’une fleur aux 400 molécules odorantes dont on n’a jamais fait le tour). Cette reine est si multiforme qu’elle sait raconter toutes les histoires du monde. Selon qu’elle se présente en essence (légère), en absolu (plus capiteuse), de variété damascena ou centifolia, cette fleur généreuse se métamorphose et exprime sa facette la plus fraîche (citron, verveine), son aspect fruité (litchi, pêche), son caractère vert ou épicé (clou de girofle). Si on l’aime, universellement, de Paris à Shanghai, de Los Angeles à Dubaï, c’est que c’est une fille facile – ni trop animale (à la différence du jasmin ou de la tubéreuse), ni trop sensuelle. Voilà pourquoi chaque maison tente de marquer son territoire et d’inventer « sa » rose qui deviendra une signature, et même un peu plus : une véritable image de marque.

Hautaine

Le parfum chaud-froid d’un accord rose-oud exalté par le souffle brûlant de l’ambre gris. Les Sables Roses, eau de parfum, Vuitton, 290 € les 100 ml.

Insouciante

Le pamplemousse et le coing se marient pour le meilleur à une essence de rose translucide. Chance Eau Tendre, eau de parfum, Chanel, 93 € les 50 ml.

Voyageuse

Au milieu d’un jardin japonais minéral, une allée de rosiers qui sature l’air de ses effluves frais et lumineux. Mémoire de Daisen In, eau de parfum, Ella K, 70 ml, 195 €.

Androgyne

Un kaléidoscope de roses d’Isparta et de Grasse éclatantes de pureté, lovées sur un lit de muscs propres et cotonneux. Idôle, eau de parfum, Lancôme, 99 € les 75 ml.

Juvénile

Le secret de cette eau florale ? La mandarine qui éclaire une rose pour capturer ce moment suspendu du petit matin. Eau de Givenchy Rosée, eau de toilette, Givenchy, 73 € les 100 ml.

Clean

Variation sur la rose iconique, fraîche et propre, sublimée cette fois-ci par un magnolia vibrant. L’Eau, eau de toilette, Chloé, 80 € les 50 ml.

Champêtre

Une rose savoureuse et figurative ourlée de délicieuses notes abricotées. La Petite Robe Noire Plissée, eau de toilette, Guerlain, 85 € les 50 ml. 

À découvrir également