La vague des parfums unisexes

Infrarouge / Lifestyle  / Beauté  / La vague des parfums unisexes

La vague des parfums unisexes

Fille ? Garçon ? Ou les deux à la fois ? Comme en mode, les frontières entre les genres disparaissent. On partage les mêmes fragrances sans pour autant y perdre sa masculinité ou sa féminité.

 

Eau pure

Précurseur du no gender, Serge Lutens n’a jamais voulu donner de sexe à ses parfums. Cet anticonformiste éclaire son registre oriental avec des Eaux de Politesse que les anges apprécieront. À voler à l’autre. Eau d’Armoise, 120 €, Serge Lutens.

Duo/Duel

Un parfum comme un miroir dans lequel chacun peut se retrouver. C’est l’art des bois et des épices de se coller à chaque peau et de s’y fondre pour s’y distinguer. C’est pourquoi le sentir, c’est l’adopter. Irish Leather, 205 €, Memo.

Eau universelle

C’est l’eau de Cologne la plus personnelle qui soit, que le couturier Thierry Mugler a voulue en pensant d’abord à lui. Reste que l’on se retrouve toutes et tous dans cette fraîcheur étonnamment charnelle et indifféremment féminine et masculine. Come Together, 60 €, Mugler Cologne.

Au bon plaisir

C’est inconvenant, mais c’est ainsi. Deux corps qui se rapprochent finissent par avoir la même odeur. Une odeur de peaux. Un erotissimo tout en vanille noire, cannelle, poivre et tabac. À tester, bien sûr. Herod, 160 €, Parfums de Marly.

Fumé/fumée

C’est un jardin extraordinaire qui pourrait être celui de la tentation originelle, mais revu et corrigé. Y poussent maté, bergamote et lemongrass. Pour éviter d’aller au clash, humez sans modération. Cactus Garden, 210 €, Louis Vuitton.

Chevauchée fantastique

Chez Tom Ford, à défaut de se rassembler, les hommes et les femmes partagent les mêmes rêves et les mêmes effluves. Ce qui rend ces derniers particulièrement forts, narcotiques, à base de cardamome, safran, jasmin et patchouli. Comme toujours, on adore. Ombré Leather, 102 €, Tom Ford.

Vibration personnelle

C’est parti d’une musique, d’une chanson et du désir d’une femme de porter un parfum aussi viril que féminin. C’est frais, ça pétille à coups de violette, de fleur d’oranger, cela s’incruste grâce au vétiver et au patchouli. À partager évidemment. In The Wood for Love, 195 €, Roos & Roos.

Tenue de soirée

50 ans après sa création, Céline Ellena retravaille ce parfum mythique autour du jasmin et de bananes confites. C’est joyeux, chaleureux. Bien sûr qu’on le porte ! Bana Banana, 125 €, L’Artisan Parfumeur.

À la garçonne

Un hommage aux filles et aux garçons qui s’amusaient déjà à brouiller les codes dans les années 20. Soit un cocktail frais de gin, d’angélique et de brandy sur un fond gourmand de sucre roux et de cerise noire. C’est enivrant. Juniper Sling, 158 €, Penhaligon’s.

Homme de son temps

Gentle Fluidity est le nom des deux nouvelles eaux de parfum de Francis Kurdjian. Un nom, oui, et deux créations qui ont en commun les mêmes ingrédients, comme la noix de muscade, le genièvre ou la coriandre, mais architecturés différemment. Ce qui donne deux personnalitésbien différentes. Gentle Fluidity, 150 €, Maison Francis Kurkdjian.

À découvrir également