La vodka ? Une question de goût désormais…

Infrarouge / Lifestyle  / Food & Drink  / Drink  / La vodka ? Une question de goût désormais…

La vodka ? Une question de goût désormais…

En créant deux Single Estate Rye, la maison Belvedere introduit une nouvelle notion dans la « petite eau » réputée pour sa neutralité, celle du terroir. Quésaco ?

 

La distillerie Polmos Żyrardów.

La Pologne produit de la vodka depuis plusieurs siècles. Les Polonais sont donc naturellement persuadés d’avoir inventé la
« petite eau ». Au Moyen âge, elle était considérée comme un médicament avant de se hisser au rang de boisson préférée des monastères ou des manoirs de la campagne. Alors distillée selon les méthodes de chacun, avec une matière première qui était souvent la pomme de terre, la vodka a depuis grandement évolué, devenant depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale l’un des spiritueux les plus consommés au monde. 

En Pologne, le seigle a désormais supplanté la pomme de terre et les autres céréales. En revanche, la vodka reste toujours plébiscitée pour son goût d’une neutralité absolue, idéale pour les cocktails, dont le fameux Bloody Mary. La « petite eau » est également sortie du créneau de l’alcool de base. Elle joue désormais pleinement sa partition dans la catégorie « premium ». Belvedere, la grande marque polonaise créée par un Américain en 1993 et aujourd’hui propriété de LVMH, en est le parfait exemple.

Nous sommes à Polmos Żyrardów, une distillerie historique en Pologne. C’est ici, au cœur de la Mazovie, qu’est fabriquée la vodka Belvedere. Le seigle utilisé est d’origine « Polska », une céréale dont l’origine remonte au XIXe siècle. Un responsable de l’entreprise nous explique les procédés de fabrication de Belvedere. Après cuisson et fermentation des grains, une distillation en continu extrait les impuretés puis une quadruple distillation donne un distillat à 96,4 % d’alcool. En parallèle, de l’eau provenant de puits artésiens est purifiée à l’extrême avant d’être additionnée au distillat jusqu’à obtention de ce côté crémeux – et aussi de ses 40 % d’alcool caractéristiques des vodkas Belvedere, dont la gamme s’est enrichie de deux Single Estate Rye… Autrement dit de deux vodkas de terroir. Une valeur assez peu inusitée dans le monde de la « petite eau ».

D’ailleurs, comment peut-on parler de cette notion intégrée depuis longtemps dans l’univers du vin par exemple ? Là encore, revenons sur le seigle. Pour Single Estate Rye, la maison Belvedere a planté du seigle de diamant de Dankowskie, une variété rare de cette céréale, dans deux régions différentes. La première au bord du lac Bartezek et l’autre en lisière de la forêt de Smogory, soit deux terroirs et surtout deux climats différents, celui du lac notamment avec ses hivers rigoureux et enneigés. Le résultat est assez confondant : la vodka acquiert une dimension que l’on ne lui connaissait pas. La Smogory Forest se distingue par ses notes de poivre blanc et une finale sucrée-salée persistante, tandis que la Lake Bartezek, plus crémeuse, délivre des touches de menthe verte. Des goûts originaux et le prélude peut-être d’une nouvelle histoire pour la vodka, qui, à l’instar du whisky ou du cognac, devient un spiritueux que l’on déguste…

De gauche à droite

Lac Bartezek

Sélection de seigle

Forêt de Smogory

Du sur-mesure au pays de la « petite eau »

Belvedere propose du sur-mesure aux grands amateurs de vodka : soit un coffret avec une bouteille mais aussi un ticket pour deux pour un voyage de trois jours et deux nuits au cœur de la Pologne. Élaboré avec Safrans du monde, spécialiste du voyage de luxe, ce périple propose des vols privés en hélicoptère au-dessus du terroir, une immersion dans la nature, une découverte de la Varsovie secrète et évidemment des expériences gastronomiques, mais aussi de mixologie, ponctuées de nuitées en palace.

En vente en exclusivité au Bon Marché (4 800 €).

À découvrir également