Top

L’Access Prime Time

Voici venue l’ère du mieux-être à petits prix. Le marché horloger s’étant rétréci sur le très haut de gamme, il se recentre aujourd’hui sur l’access.

C’est l’heure du branle-bas de combat industriel et technologique dans les industries horlogères suisses et japonaises, qui développent de nouveaux calibres mécaniques automatiques ou quartz haute précision. Des trois aiguilles-date aux chronos, les montres font aujourd’hui leur cinéma à prix ténu et s’emparent de prestigieux territoires de marque comme le silicium, la fibre de carbone ou le titane. Du pays du Soleil Levant avec Seiko au lac de Bienne avec le Swatch Group (ici, Longines et Tissot), on jouera sur les synergies groupe pour démocratiser l’offre. Mais les indépendants du Jura suisse, comme l’entreprise familiale Edox (40 collaborateurs aux Genevez, dans les Franches-Montagnes), ne sont pas en reste : Alexandre Strambini, son jeune patron, signait en février dernier un contrat de sponsoring avec l’écurie de F1 Sauber.

Longines Conquest VHP

Quartz nouvelle génération
Si 80 % de ses ventes sont assurées par les mouvements mécaniques, le surpuissant Longines (1,4 milliard de francs suisses de chiffre d’affaires) impose aussi un nouveau référent quartz avec la Conquest V.H.P. (Very High Precision), qui abrite un mouvement ETA aux nouveaux standards techniques – les dernières nouveautés en la matière remontaient à trente-trois ans, nous assure-t-on. Soit une précision de deux à trois secondes par an, un calendrier perpétuel valable jusqu’en 2400, une batterie dont la longévité est portée à cinq ans et un réétalonnage automatique des aiguilles dit « GPD » pour Gear Position Detection, après un choc ou une exposition aux champs magnétiques. Dans sa belle robe sport et acier de 41 mm ou 43 mm, la trois aiguilles-date se négocie à partir de 880 €. Comptez 1 440 € pour le chrono en 42 mm, 1 740 € pour la version 44 mm.
Longines Conquest V.H.P. à partir de 880 €.

Seiko Presage

Blue Lagoon
Regarder l’heure comme on sirote un Blue Lagoon, c’est-à-dire avec délice, Seiko le rend possible à prix très doux avec la ligne Cocktail de la collection « Presage » lancée en 2016. Disponibles à partir de juillet 2017, ces montres à l’excellent rapport qualité/prix sont équipées de calibres mécaniques à remontage automatique d’entrée de gamme 4R. Soit 21 600 alternances par heure et 41 heures de réserve de marche. Ici, le 4R35 (23 rubis) pour le trois aiguilles-date et le 4R57 (29 rubis) avec indicateur central de réserve de marche. Ces montres de 40,5 mm de diamètre sont étanches à 5 bars (50 mètres).
Seiko Presage à partir de 399 €.

 Edox Chronorally Sauber F1

Fibre de carbone et titane
La marque au sablier Edox (« heure » en grec ancien) gagne en lisibilité cette année comme « premium partner » de l’écurie de F1 Sauber et vient donc de lancer une édition limitée à 555 pièces, la Chronorally Sauber F1. Un méga chrono quartz (47 mm de diamètre) qui affiche ses fonctions sur un cadran avec tachymètre en fibre de carbone, équipé de boutons-poussoirs surdimensionnés – utilisables avec des gants – sur un boîtier en titane. Donc plus léger et moins sensible aux rayures… Heureusement, vu le format !
Edox Chronorally Sauber F1- 1 620 € (édition non limitée à 1 520 €).

 Longines Record

Silicium
Portée par le bel acteur et chanteur canado-taïwanais Eddie Peng (Peng Yu-yen) pour franchir La Grande Muraille (2016), la collection « Record » de Longines célèbre le 185e anniversaire de la maison horlogère de Saint-Imier. Les versions homme 38,5  mm et 40 mm de diamètre sont en acier et disponibles en six versions de cadran avec aiguilles en acier bleui ou rhodiées polies et bracelet acier ou alligator noir ou brun. Mais la réelle plus-value de la montre est son mouvement dédié : le nouveau calibre L88.4, produit par la manufacture horlogère ETA (Swatch Group) avec 25 200 alternances/heure, 21 rubis et 64 heures de réserve de marche. Appelé aussi ETA A31.L11, ce mouvement mécanique à remontage automatique est certifié par le COSC grâce à son spiral en silicium monocristallin, qui lui permet de gagner en précision et longévité. Auréolée de son label Chronometer, la Record devient le nouveau canon classique de l’enseigne.
Longines Record à partir de 1 850 €.

tissot-ballade

Démocratisation antimagnétique
Le spiral du balancier en silicium s’introduit dans le mouvement phare de Tissot, le Powermatic 80 : un mouvement mécanique à remontage automatique de 3 Hz (21 600 alternances/heure), 25 rubis et 80 heures de réserve de marche. Le silicium, ultrarésistant et insensible au magnétisme, introduit Tissot dans une qualité horlogère supérieure (longévité et stabilité dans la précision), offrant à cette gamme Ballade la certification chronomètre (COSC). Le tout serti dans un modèle homme aux proportions idéales de 39 mm ou 41 mm, avec boîtier acier, glace saphir, fond transparent et Clous de Paris sur la lunette.
Tissot Ballade, 890 €.

Edox Delfin Fleet 1650 Limited Edition bronze

Le bronze accessible
Plus ténue chez Edox – 43 mm de diamètre –, la très réussie Delfin Fleet 1650 Limited Edition s’affiche en plongée (20 bars ou 200 mètres) et version bronze à 1 990 € (200 pièces) ou acier à 1 730 € (300 pièces). Elle est équipée du calibre 88 qui anime aussi sa Grand Ocean. Un mouvement développé à partir du calibre SW220-1 de Sellita, manufacture horlogère qui alimente les marques qui ne font pas partie du Swatch Group.
Edox Delfin Fleet 1650 Limited Edition bronze, 1 990 €.

 Tissot Everytime

Swissmatic
Tissot lance une Everytime équipée d’un mouvement automatique à trois aiguilles-date, trois jours de réserve de marche, à prix très serrés  : de 390 € (bracelet Nato) à 450 € (bracelet acier). Le secret : le mouvement dit « Swissmatic produit sur chaîne », un nouveau mouvement ETA aux composants en métal, dérivé du fameux System 51 de Swatch.
À partir de 390 €.

À découvrir également