Le Dr Olivier Courtin-Clarins nous met l’eau à la bouche

Infrarouge / Lifestyle  / Beauté  / Le Dr Olivier Courtin-Clarins nous met l’eau à la bouche

Le Dr Olivier Courtin-Clarins nous met l’eau à la bouche

Dans Belle dans mes recettes, son dernier ouvrage illustré par Fabienne Legrand, le directeur général du groupe cosmétique Clarins nous dévoile ses recettes de cuisine beauté et feel good. Nous nous sommes amusés à le cuisiner.

 

Dans quel secteur avez-vous le plus de « pain sur la planche » ?

Dans les gestions humaines. Je pense que c’est ce qui me prend le plus de temps : communiquer avec les équipes, gérer les formations, les carrières…

La dernière fois que vous avez « coupé la poire en deux », était-ce à votre avantage ou pas ?

Je coupe toujours la poire de façon à avoir l’avantage. Et la poire, c’est facile, je garde toujours la queue pour moi.

Quand était-ce la dernière fois ?

Récemment, chez moi. Cela concernait la gestion du chalet à Méribel. Et je l’ai coupée en ma faveur.

La dernière fois que vous avez « raconté des salades » professionnelles, à quel sujet était-ce ?

D’abord, j’en raconte très peu professionnellement parlant et, si j’en raconte, c’est parce qu’en face il y a un mauvais état d’esprit. Si on me raconte des salades, alors j’en raconte des plus grosses encore.

Avez-vous déjà « craché dans la soupe » ?

Je ne crache jamais dans la soupe. Je suis heureux, toujours content de ce que j’ai. Je suis un éternel positif et optimiste.

De quel « pain » ne mangerez-vous jamais ?

Du pain de l’arrogance. Je déteste l’arrogance.

Un moment de bien-être dont vous n’avez « pas perdu une miette » ?

Je l’ai vécu récemment dans un de mes Spas à Chamonix, à l’Hôtel Mont-blanc.

Un moment particulier dans votre métier où vous n’y êtes pas allé « avec le dos de la cuillère » ?

Dans la répartition des bureaux.

Jusqu’où iriez-vous pour « faire bouillir la marmite » ?

Au sommet du mont Blanc.

À quelle occasion avez-vous « bu du petit lait » dernièrement ?

Lorsqu’une journaliste m’a dit : « Savez-vous pourquoi je vous ai réclamé d’autres produits ? Pour la première fois, mon mari m’a dit que je sentais bon. » Elle me parlait du produit Plant Gold, de l’huile d’orchidée avec une émulsion 100 % naturelle.

La dernière fois que vous avez eu du mal à « tenir votre langue », à propos de quoi était-ce ?

J’ai toujours du mal à tenir ma langue. La dernière fois, c’était à propos de notre chiffre d’affaires 2019. On a fait environ deux milliards d’euros.

Citez-nous trois aliments qui illustrent le « gâchis Parmentier » ?

Les aliments que je déconseille, c’est avant tout le sucre raffiné, le sel et, de manière générale, tout ce qui est industriel.

Racontez-nous la dernière fois que vous avez bien fait de « tourner sept fois votre langue dans votre bouche ».

Cela m’arrive très souvent de devoir faire attention à ce que je dis, car je parle en général un peu trop. La dernière fois, j’étais avec le patron d’un grand groupe et il me racontait qu’il avait investi beaucoup d’argent sur une égérie. Je n’ai rien dit pour ne pas le vexer, mais je n’étais pas d’accord avec cet investissement.

Vous préférez généralement « mettre les pieds dans le plat » ou « en avoir gros sur la patate » ?

Les pieds dans le plat, mais avec humour. J’aime bien perturber les choses, dire la vérité, même si ça peut parfois gêner.

Et la dernière blague en date où vous avez mis « les pieds dans le plat » ?

C’est toujours des histoires avec des copains. Je suis capable de dire « c’est normal que tu ne gagnes pas ta vie, tu ne travailles pas, tu passes ta vie à boire ».

Quel a été votre plus « beau four » ?

Lorsque j’ai repris la marque Kibio. Je l’ai encore en travers de la gorge.

Que faites-vous pour aller mieux lorsque « vous n’êtes pas dans votre assiette » ?

Je fais du sport, essentiellement du vélo, et je profite de la salle du Royal Monceau.

Votre domaine d’activité, est-ce vraiment, comme on l’entend parfois, « un panier de crabes » ?

Non. Il y a beaucoup de marques qui sont honnêtes et qui font un bon travail. Les marques classiques ne sont pas un panier de crabes.

Quels sont les plats qui vous font « saliver » d’avance ?

J’aime beaucoup de choses. J’apprécie tout ce qui est à base de truffes, mais aussi les asperges blanches et le chocolat noir. J’adore cuisiner, donc ça me fait saliver. Il n’y a qu’un seul aliment que je n’aime pas, ce sont les endives cuites.

La cuisine rend belle !

Avec son nouveau livre, le Dr Olivier Courtin-Clarins nous prépare des beautyfood recettes pour une beautyfood attitude ! Il nous invite à découvrir les quatre saisons de la peau d’une manière aussi savoureuse qu’inattendue. 48 recettes organisées par menus, avec entrée, plat et dessert, et classées par mois, dont 12 recettes de chefs pour préparer des plats savoureux, bons pour la peau et pour le moral. En achetant cet ouvrage, vous contribuez à financer la recherche contre les maladies articulaires via un don à la Fondation Arthritis.

Belle dans mes recettes d’Olivier Courtin-Clarins, éditions du Cherche Midi, 20 €.

Avocado toast végétarien

Pour 2 personnes. Préparation 10 min :

• 2 avocats à maturité • 4 tranches de pain au levain • 3 ou 4 radis selon leur taille • 30 g de graines • Sel, poivre • Huile d’olive • Citron • Graines germées.

Récupérez la chair d’avocat, écrasez-la grossièrement avec un peu de jus de citron pour que la chair ne s’oxyde pas. Découpez l’autre avocat en jolies tranches. Toastez légèrement votre pain. Déposez-y la purée d’avocat, puis recouvrez-la avec les tranches d’avocat. Ajoutez les radis coupés à la mandoline, les graines. Salez, poivrez, ajoutez un filet d’huile d’olive et un peu de jus de citron. Parsemez de graines germées.

À découvrir également