Infrarouge / Culture  / Le mille-feuille du mois

Le mille-feuille du mois

Une petite sélection qui vous aidera à bien choisir votre livre de chevet.

Découvrez notre sélection livres

_sylvie-lebihan-quil-emporte-mon-secret-art-record-covers

ROMAN

Qu’il emporte mon secret.
Sylvie Le Bihan.
Seuil, 17 euros.
Comment croire en l’Homme quand on a subi le viol et les foudres d’un pervers narcissique ? Sylvie Le Bihan écrit toujours avec justesse, pointe sa plume accusatrice et tire à boulets rouges sur l’indicible. Avec ce troisième roman confession en forme d’enquête, elle plonge, et nous avec, son héroïne Hélène, dans sa propre intimité et retrouve par le biais de l’écriture salvatrice, force et dignité. Doucement, elle lève le voile qu’elle avait déposé sur un lourd secret. Des années à vivre en parallèle jusqu’au jour où il faut oser regarder le passé pour revivre réellement. Ce livre se lit d’une traite parce que nous avons tous quelque chose à taire. Bouleversant. ABT

MUSIQUE

Art Record Covers.
Taschen, 49,99 euros.
Vous avez forcément déjà vu la pochette de Menlove Ave., mythique album de John Lennon. Saviez-vous qu’Andy Warhol était passé par là ? L’artiste a effectué des transformations sur une photo d’Iain MacMillan, déjà photographe de la pochette d’Abbey Road. Art Record Covers compile toutes ces collaborations entre musiciens et artistes dans une exceptionnelle anthologie de pochettes de disque, de 1950 à aujourd’hui. Vous y retrouverez des artistes comme Jean-Michel Basquiat, Banksy, Hirst ou encore Dalí. MA

100-manga-artists-culottes-penelope-bagieu

ART

100 Manga Artists.
Taschen, 14,99 euros.
Depuis la première édition Taschen de Manga Design, il y a plus de dix ans, la culture manga s’affiche partout. 100 Manga Artists présente les grands noms de la bande dessinée japonaise – d’Osamu Tezuka, créateur d’Astro Boy, à Katsuhiro Ōtomo, dessinateur du légendaire Akira – mais aussi de nouveaux talents.
Avec des informations biographiques, les descriptions des principaux personnages et des reproductions de pages et de couvertures, vous découvrirez comment le manga a influencé la publicité (lire aussi « Du 9e au 7e art » dans ce même numéro). MA

HUMOUR

Culottées. Pénélope Bagieu.
Gallimard « Bande dessinée », 20,50 euros.
C’est le grand retour en librairie de Pénélope Bagieu avec la suite de Culottées, des portraits drôles et sensibles de femmes « qui ne font que ce qu’elles veulent » et qui ont fait voler en éclats tous les préjugés. Dans cet ouvrage, vous retrouverez Sonita, rappeuse afghane et exilée militante, Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle, Cheryl, athlète marathonienne, ou encore Phulan, reine des bandits et figure des opprimés en Inde. En tout, quinze portraits de femmes contemporaines, toujours accompagnés des splendides illustrations de l’auteure. MA

lart-hygge-il-etait-combien-de-fois

 

PRATIQUE

L’Art du Hygge.
Anne-Sophie Monod.
Leduc.S éditions, 15 euros.
Grâce à l’ouvrage de Malene Rydahl paru en 2014, Heureux comme un Danois, on apprenait que le peuple danois était le plus heureux du monde. Et si le Hygge (prononcez Hoo-ga) y était pour quelque chose ? Mais qu’est-ce que le Hygge ? On pourrait le définir comme un art de vivre, l’art du confort, du bien-être profond et du vivre ensemble. Un art où il faut profiter à fond de l’instant présent et des petits bonheurs quotidiens. Ce livre nous apporte quelques conseils pratiques pour suivre les enseignements Hygge, à lire confortablement installé dans son canapé, en compagnie d’une tasse de thé bien chaud. MA

SOCIÉTÉ

Il était combien de fois.
Hélène Couturier.
Le Dilettante, 15 euros.
« Combien de fois tu m’as trompé ? » . La question est posée, froidement, brutalement, alors que l’héroïne du roman ne l’attendait pas. Mathilde panique, évite la question, répond autre chose, mais son compagnon insiste ; alors elle ment, comme elle l’a toujours fait. Tiraillée entre la culpabilité de l’infidélité et la monotonie de la monogamie, Mathilde, cinquante ans et quelques problèmes de couple au compteur, se réfugie dans la nuit de Barcelone, celle où tout est permis. Une réflexion juste sur le couple moderne, et plus que jamais d’actualité. MA

chronique-france-blessee-croire-au-merveilleux

ESSAI

Chronique d’une France blessée. Anne Sinclair.
Grasset, 22 euros.
De juillet 2015 à janvier 2017 : une période d’un an et demi durant laquelle Anne Sinclair a pris des notes. Sans filtre, sa vision est plutôt juste ; en bonne journaliste, elle livre ses pensées, analyse et cette fois prend parti. Nul besoin d’être historien pour constater que le monde change et se cherche une transition qui semble parfois malheureuse. Le ton est libre et sa jolie plume fait parfois sourire, comme lorsqu’elle commente le départ de Claire Chazal et son dernier journal (on sait qu’elle est bien placée pour comprendre sa consœur) : « après vingt-quatre ans de présence souriante sur la Une. Elle est belle, digne et ses adieux ont de l’allure, alors qu’elle est congédiée avec brutalité. Elle n’est pas à plaindre et pourtant, encore une fois, TF1 agit avec grossièreté et désinvolture. » Un tacle par-ci. Ou sur Hollande, un 14 juillet, quand il dit : « Je suis un président audacieux. » « Ah non, Monsieur le Président ! Sympathique, honnête, drôle, intelligent, sans doute, mais audacieux, vous galéjez ! ». Et un autre tacle par-là. À bon entendeur… Un livre intéressant et surtout irrésistible. ABT

ROMAN

Croire au merveilleux.
Christophe Ono-dit-Biot.
Collection « Blanche » Gallimard, 20 euros.
Presque quatre ans après Plonger (grand prix du roman de l’Académie française en 2013, prix Renaudot des lycéens 2013), que l’on avait adoré, on retrouve la plume délicate de l’auteur, à la hauteur de l’attente de ses lecteurs. Paz est morte et César veut la rejoindre, mais leur fils est là. Dans cette suite, qui peut aussi se lire comme un commencement, l’auteur aborde le deuil et la paternité, l’héritage et la transmission. « Si tu ne transmets pas, tu meurs deux fois », entend-on souvent. Cet adage résonne à chaque page. C’est peut-être cela qui va faire prendre conscience à César qu’il est impossible de partir sans livrer beaucoup de soi-même et que son devoir de père est d’abord d’élever au plus haut son petit garçon. Un voyage solaire entre la Grèce antique et l’Italie. Magique. ABT

 

 

 

À découvrir également