Le mythe Johnnie Walker

Le mythe Johnnie Walker

Mais d’où vient le personnage des whiskies Johnnie Walker, cet homme à la santé insolente vêtu d’un haut-de-forme, d’une redingote rouge, portant monocle et canne et marchant d’un pas alerte vers on ne sait où ? John Walker, le vrai, est un épicier de l’Ayrshire (sud-ouest de l’Ecosse) qui, dans la première moitié du XIXe siècle, vend quelques bouteilles de whisky dans sa boutique. Le breuvage n’est alors qu’une peccadille dans le chiffre d’affaires de celui que tout le monde surnomme « Johnnie » jusqu’à sa mort où son fils et son petit-fils reprennent l’affaire. Retour sur un succès.

En 1820, John Walker ouvre une épicerie fine à Kilmarnock, en Écosse. Passionné par le whisky, il révolutionne la façon de concevoir cette boisson afin de produire des breuvages de qualité constante. Pour cela, il sélectionne des barriques pour les conserver et les vieillir.

À l’image de ce qu’il entreprit dans l’univers du thé, impacté lors de son transport, il décide d’assembler les whiskies de malt et de grain les plus prometteurs de son étal comme il avait assemblé les thés pour qu’ils soient plus riches, plus complexes, plus constants afin de satisfaire sa clientèle exigeante.

C’est à cette époque, au milieu du XIXe siècle qu’il pose toutes les bases du succès de Johnnie Walker : la très grande exigence en matière de sélection de produits et la capacité à les assembler de la façon la plus précise. Tout cela pour donner à son whisky à la fois du goût, des arômes, un caractère émotionnel fort et une qualité suffisamment constante et transportable.

Bouteille carrée et étiquette de travers

À sa mort, son fils Alexander poursuit l’aventure en y apportant une vision entrepreneuriale. Le whisky devient alors le principal revenu du magasin. En 1867, il produit même son premier blended, le Old Highland Whisky, destiné à être bu dans le monde entier, transporté par voie maritime. Par bon sens et pragmatisme, la bouteille de formé carrée est inventée et facilite donc son transport.

Blue Label en coffret édition limitée 200e anniversaire.
Un coffret qui retrace les 200 ans de Johnnie Walker, des premiers pas de John Walker jusqu’au succès planétaire rencontré par la marque au XXIe siècle. Prix : 189 €.

Plus de place, moins de casse, la bouteille se distingue aussi de ses concurrentes par l’ajout d’une étiquette apposée « de travers » pour gagner, et c’est tout le paradoxe, en lisibilité. Les capitaines de bateaux, devenus les meilleurs ambassadeurs du whisky, participent à son essor et permettent au whisky de s’implanter dans le monde entier.

Lire aussi : Whisky, la force de l’étiquette

Obsédé comme son père et son grand-père par la qualité de son whisky, Alexander II a identifié des distilleries, comme Cardhu qu’il rachète, pour garder la maîtrise de ses approvisionnements et tendre vers une qualité toujours croissante.

L’arrivée du Dandy

Il va jusqu’à travailler avec le tiers des distilleries en Écosse (28 aujourd’hui) et écrit, avec son frère George, le style de Johnnie Walker au début du XXe siècle en inventant deux références. Les Red Label et Black Label sont aujourd’hui encore les blends les plus plébiscités à travers le monde.

C’est également à cette période, au début du XXe siècle, qu’est inventé le célèbre Dandy ou striding man, emblème de la marque. Né sous le crayon de l’ultra populaire dessinateur de bande dessinée Tom Browne, stylisé à l’extrême avec le temps, il assurera la promotion de la marque jusqu’à en faire le whisky le plus vendu dans le monde. Puis, deux ans plus tard, sa non moins célèbre devise Keep walking vient parfaire l’image.

Enfin, le dernier « Walker », c’et Jim Beveridge, l’héritier direct d’Alexander et instigateur de ce que Johnnie Walker perdurera pour son troisième siècle d’existence. Il crée le Blue Label en 1992 et réinterprète le Old Highland Whisky à travers son Celebratory Blend, le goût originel de Johnnie Walker.

johnniewalker.com


Johnnie Walker en quelques chiffres

200 Johnnie Walker célèbre ses 200 ans d’histoire et demeure le whisky le plus vendu au monde.

223 C’est le nombre de bouteilles vendues par an en million dans le monde, toutes références confondues.

6 Le nombre de maîtres assembleurs qui se sont succédé en 200 ans, ce qui témoigne de leur longévité.

28 Johnnie Walker s’appuie sur 28 distilleries ancestrales parmi les plus réputées d’Ecosse. On citera Talisker, Lagavulin, etc.

À découvrir également