expos janvier 2023

Les expos à voir en janvier 2023

Parce qu’une œuvre d’art n’existe qu’à partir du moment où elle est regardée, voici notre sélection des expos les plus affriolantes.

Fabrice Bourland

Artiste chaman

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Moderna Museet (@modernamuseet)

Sensible aux dualités telles que la vie et la mort, le passé et le présent, le rêve et la réalité, la réflexion et le ravissement, Korakrit Arunanondchai – né à Bangkok en 1986 – met en scène ses questionnements à travers des œuvres hybrides à la confluence du film documentaire ; de l’installation ; de la peinture et de la sculpture. Ses créations, où l’animisme, les sciences naturelles, la philosophie et la poésie jouent un grand rôle, interrogent sans tabou la question de l’entre-deux, de l’indicible et des identités dissoutes.

Korakrit Arunanondchai, jusqu’au 9 avril 2023 au Moderna Museet (Stockholm). Plein tarif : 150 couronnes suédoises (13,50 €).

Nostalgie

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MAD PARIS (@madparis)

Le musée des Arts décoratifs nous invite à nous remémorer l’effervescence des années 80 grâce à 700 œuvres et objets – affiches, photographies, clips, pochettes de disques, meubles design, silhouettes de mode – qui furent les témoins de cette époque frénétique où le postmodernisme semblait ouvrir tous les possibles artistiques.

Sous des airs de musique new wave ou hip-hop se déploie l’histoire de cette décennie ardente, forgée dans quelques lieux parisiens emblématiques, comme Le Palace et Les Bains Douches.

Années 80 : mode, design et graphisme en France, jusqu’au 16 avril 2023 au musée des Arts décoratifs. Plein tarif : 14 €.

Aux armes, et cætera !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Musée Carnavalet (@museecarnavalet)

Une synthèse inédite et réjouissante sur l’histoire et la mémoire des luttes pour l’émancipation des femmes, et plus particulièrement l’histoire des féminismes à Paris. Aux côtés de certaines figures incontournables – d’Olympe de Gouges à Gisèle Halimi –, une large place est faite aux militantes féministes moins connues ou anonymes : citoyennes révolutionnaires de 1789, de 1830 et de 1848 ; communardes ; suffragettes ; pacifistes ; résistantes ; femmes politiques ou syndicalistes ; artistes et intellectuelles engagées ; travailleuses en grève ; collectifs de femmes immigrées…

Parisiennes citoyennes ! Engagements pour l’émancipation des femmes (1789-2000), jusqu’au 29 janvier 2023 au musée Carnavalet. Plein tarif : 11 €.

Coups de pinceau à Whitechapel

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Petit Palais (@petitpalais_musee)

Entouré d’une réputation d’anticonformiste au sein d’une société victorienne corsetée, Walter Sickert (1860-1942) raffolait des sujets jugés trop audacieux à l’époque, qu’il s’agisse de scènes de music-hall ou de nus exhibés crûment dans des intérieurs crasseux de Camden Town ou Whitechapel.

Ses choix de couleurs aussi virtuoses qu’étranges, hérités de son apprentissage auprès de Whistler (1834-1903), ainsi que ses cadrages déroutants ont frappé ses contemporains. L’occasion de redécouvrir cet artiste singulier qui eut un impact décisif sur la peinture figurative européenne.

Walter Sickert, peindre et transgresser, jusqu’au 29 janvier 2023 au Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris. Plein tarif : 11 €.

Et au milieu coule une rivière

Zoe Leonard compte parmi les artistes influentes de sa génération. Initié en 2016, « Al Río/To the River » est l’un de ses projets les plus ambitieux, qui tourne autour des quelque 2 000 kilomètres de frontière fluviale que partagent les États-Unis et le Mexique.

À travers le prisme de son objectif, la photographe voit dans les méandres de ce fleuve mythique, connu sous le nom « Río Bravo » au Mexique et « Río Grande » aux États-Unis, comme un leitmotiv protéiforme dans lequel les préoccupations culturelles, écologiques, historiques, sociales, politiques et économiques des deux pays s’entrecroisent.

Zoe Leonard : Al río/To the River, jusqu’au 29 janvier 2023 au musée d’Art moderne de Paris. Plein tarif : 11 €.

Mais aussi…

Edvard Munch, un poème de vie, d’amour et de mort, jusqu’au 22 janvier 2023 au Musée d’Orsay (16 €) ;

Füssli, entre rêve et fantastique, jusqu’au 23 janvier 2023 au Musée Jacquemart-André ;

Mimèsis, un design vivant, jusqu’au 6 février 2023 au Centre Pompidou Metz (12 €) ;

Frida Kahlo, au-delà des apparences, jusqu’au 5 mars 2023 au Palais Galliera ;

Turner: The Sun is God, jusqu’au 6 février 2023 à la National Gallery of Ireland (Dublin) ;

I-Mucha Exhibition, jusqu’au 28 février 2023 à la Maison Municipale (Prague) ;

Pharaohs Superstars, jusqu’au 6 mars 2023 au Museu Calouste Gulbenkian (Lisbonne).


Photo de Une : Korakrit Arunanondchai & Alex Gvojic, Songs for Living, 2021 (détail)

Lire aussi : Chanel fait son numéro au Grand Palais éphémère

Partager cet article

A lire aussi
cerf voiture chambord

Le cerf et la voiture

La voie royale : se rendre à Chambord en Porsche Taycan pour écouter le brame du cerf. Voici le récit matinal d’une rencontre entre deux seigneurs.

dubai restaurants

Dubaï, la ville des Mille et Une saveurs

La mégalopole de tous les records fait encore parler d’elle en devenant la première ville du Moyen-Orient répertoriée au guide Michelin. Tour d’horizon de cette nouvelle scène culinaire.