Infrarouge / Editorial  / Les lève-tôt se resserrent

Les lève-tôt se resserrent

Dîner tranquille un samedi soir dans un appartement bourgeois près du Palais Royal. Vue bien dégagée sur le Conseil d’Etat et « le Français », le théâtre, entendez la Comédie Française. De là s’est joué un acte plutôt en vogue sur la scène des privés. Les invités, admirant la vue, lâchèrent un envieux « on adorerait habiter là, quelle chance…», jusqu’à l’inévitable : « en ce moment c’est bien d’acheter ». Comme lors d’un dîner précédent, c’était LA conversation du moment, tout le monde y allant de ses velléités immobilières, de ses besoins, de ses recherches du mouton à cinq pattes en pierre de taille.

Le graal ? « Profiter des taux ». Tout d’un coup, comme sur le plateau des Chiffres et des Lettres qu’affectionnait ma grand-mère, chacun lançait son résultat. « 1,2 », « 1,5, mais avec assurance », « nous, 1,3 ». Vous avez remarqué cette obsession ? L’étau se resserre sur le portefeuille des acquéreurs et la montée des taux s’observe comme le lait sur le feu.

S’ils se réveillaient d’une humeur variable, sans être fixés sur un thé ou un café, c’est désormais le thermomètre des finances qui a remplacé la météo. La baisse ou la montée ? Plus haut ou plus bas ? À force d’y penser, ils ne dormaient plus. Dans une parenthèse intimiste au moment du dessert, ils nous ont confiés qu’à force de se lever tôt pour surveiller les taux, leur libido remontait aussitôt. L’humeur au beau fixe, ils se resserraient de plus en plus.

Et voilà comment la météo du couple supplantait les meilleures plus-values.
Vite vite tout flambe, surtout dans les coeurs. N’oubliez pas qu’ainsi, le monde vous appartient !

À découvrir également