Liu Bolin ou l’art d’être invisible

L’artiste chinois Liu Bolin manie à merveille les techniques de camouflage. Il se fond dans le paysage tout en dénonçant les travers de la société.

 

[vc_row][vc_column]

[vc_empty_space height= »70px »][vc_column_text]

Où est Liu Bolin ? À première vue, ce rayon de supermarché très coloré semble banal. C’est en s’attardant un peu plus que l’on remarque l’anomalie : caché dans l’image, l’artiste chinois agit à la manière de Où est Charlie ?, ce célèbre livre-jeu où le lecteur doit réussir à retrouver un personnage à l’intérieur d’un dessin. Le photographe et performeur, adepte de l’escamotage, disparaît dans des paysages urbains. Une façon de dépeindre l’individu gommé par l’ampleur d’un phénomène collectif ou social.

Entré par la grande porte via la sculpture, Liu Bolin s’est lancé dans le camouflage en 2005. Sa première série de photos s’intéressait à l’expropriation et la démolition de maisons traditionnelles dans la banlieue de Pékin, en vue des Jeux olympiques de 2008. Dans Hiding in the City n° 2 , l’artiste disparaissait dans les ruines de son atelier, qui avait subi le même sort. Il exprimait ainsi son impuissance et son mutisme forcé devant la modernisation radicale de la capitale chinoise.

Jusqu’à 2008, les œuvres de Liu Bolin ont ainsi été marquées par des sujets politiques et sociaux, comme une autre série de photos devant des slogans de propagande du Parti communiste chinois. À 45 ans, celui que l’on appelle « l’ homme invisible » s’attache aujourd’hui à dénoncer la surconsommation, l’exploitation des ressources ou encore les excès de la finance, dans son pays natal comme partout à travers le monde.

Expo « Hiding in the City » à la galerie Paris-Beijing, 62, rue de Turbigo, 75003 Paris. Tél. : 01 42 74 32 36. galerieparisbeijing.com

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »70px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Carte blanche chez Ruinart

La Maison Ruinart a demandé à Liu Bolin de mettre à l’honneur la célèbre marque de champagne. Ce faisant, l’artiste chinois met ses pas dans ceux du sculpteur espagnol Jaume Plensa, du designer hollandais Maarten Baas, du peintre israélien Gideon Rubin ou encore du premier collaborateur de la marque, le graphiste tchèque Alfons Mucha. Son art du camouflage se fond à merveille dans l’univers « Ruinart ». C’est vert, c’est feuillu… Mais où est Liu Bolin dans ce champ de vigne ? À vous de le dénicher !

[/vc_column_text][vc_empty_space height= »70px »]

[vc_empty_space height= »100px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le backstage du shooting.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Partager cet article

A lire aussi
parfums printemps 2024

Parfums : quoi de neuf ce printemps 2024 ?

Le parfum devient historique, une Maison renaît, la génération Z veut être riche et on enfile les nouvelles créations comme des pulls sur une peau nue. C’est tentant, déboussolant, addictif. On aime.

bon marché tous fadas

Bon Marché : tous fadas sur la rive gauche !

On l’attend chaque année avec impatience : l’installation estivale du Bon Marché sera en place à partir du samedi 27 avril. Et cette fois, c’est dans la cité phocéenne qu’on est conviés à prendre nos quartiers d’été.

louise bourgoin

Louise Bourgoin en perd son latin

Dans Bis Repetita, Louise Bourgoin incarne un professeur qui, lassé par le niveau de ses élèves, perd toute motivation pour enseigner, jusqu’au jour où son lycée lui propose de participer à un prestigieux concours de latin. Rencontre avec une comédienne pleine d’esprit.

Christophe Pelé

De parfums et de goûts

Rencontre inédite entre le chef doublement étoilé du restaurant Le Clarence, Christophe Pelé, et le parfumeur-créateur Jean-Michel Duriez, ancien nez de Patou et de Rochas, aujourd’hui fondateur de sa Maison de parfums.