« Mille Arbres », le Paris du futur

Infrarouge / Lifestyle  / « Mille Arbres », le Paris du futur

« Mille Arbres », le Paris du futur

Ce projet d’immeuble-pont végétalisé va transformer la porte la plus célèbre de l’Ouest parisien en vitrine de l’architecture écologique.

 

Le chantier s’annonce gigantesque, mais le résultat marquera les esprits. En 2022, il fera oublier, par son audace, l’enfer que, d’ici là, il va faire vivre aux automobilistes qui passeront Porte Maillot. Le projet « Mille Arbres », porté par la Compagnie de Phalsbourg, est disruptif. Au-dessus du boulevard périphérique, en face du Palais des Congrès, ses concepteurs, le Japonais Sou Fujimoto et le Français Manal Rachdi, ont imaginé une structure multifonctions. 127 logements, 27 590 mètres carrés de bureaux, un hôtel 4 étoiles de 250 chambres, une rue gourmande dessinée par le designer Philippe Starck accordant une large place à la cuisine des grands chefs, un espace dédié aux enfants… tout cela surplombera une gare routière installée au sous-sol permettant, comme aujourd’hui, mais de façon plus moderne et accueillante, de rejoindre en bus l’aéroport low-cost de Beauvais.

Mais c’est surtout la dimension verte de l’édifice qui l’emportera visuellement. « Avec “Mille Arbres”, vous voyez, comme dans un rêve, un village flottant au milieu d’une forêt », explique Sou Foujitomo. « C’est une nouvelle façon de faire découvrir la ville. Au niveau de la rue, nous avons aussi une forêt dans un parc public où l’on peut se sentir au calme dans une atmosphère fraîche. Cette forêt avec ses mille arbres crée une intégration tridimensionnelle de la nature et de l’architecture. Ce site est le meilleur emplacement pour montrer comment Paris peut créer un nouveau style de vie pour le XXIe siècle. » L’architecte Manal Rachdi apporte un éclairage complémentaire : « Ce projet, nous l’avons souhaité hybride et écologique », affirme-t-il. « C’est un concept innovant d’immeuble-ville, une cité verticale, une densité écologique. “Mille Arbres” est un écosystème naturel habité, où les logements, les bureaux, l’hôtel et le pôle enfance sont enveloppés de nature. »

Cette dimension écologique sera renforcée par la présence d’une Maison de la biodiversité, gérée par la Ligue de protection des oiseaux, où l’on pourra notamment participer à des ateliers créatifs. Quant aux arbres du parc, leurs essences ont été sélectionnées en fonction de leur capacité à vivre dans une grande ville. Ceux qui seront plantés sur le toit iront plus près du ciel.

À découvrir également