Top
Infrarouge / Cannes  / Moteur, ça tourne, action !

Moteur, ça tourne, action !

Renault, en prise directe à Cannes comme partenaire officiel du Festival depuis 1983, entretient depuis toujours des liens indéfectibles avec le septième art.

Depuis l’invention du cinéma en 1895 par les frères Lumière, le constructeur auto s’offre un road-movie ininterrompu dans le septième art. Parce qu’ils véhiculent des valeurs et des visions communes, le cinéma et Renault sont devenus d’inséparables compagnons de route – les studios de Boulogne-Billancourt voisinent dès les années 1920 avec l’usine de l’île Seguin. Chaque année, les voici réunis au carrefour planétaire du glamour : la Croisette. Où l’on parlera de passion, de beauté et de diversité.

De l’émancipation…

Le cinéma reflète la vie quand l’automobile, tout autant à l’écoute de la société, la facilite. Chacun y apporte « Un certain regard », section née au Festival de Cannes en 1978, année où la Renault 5 de Romy Schneider traverse l’écran dans Une histoire simple (Claude Sautet, 1978). La même R5, celle de Poupette, l’arrière-grand-mère de Sophie Marceau, apparaîtra dans La Boum (Claude Pinoteau, 1982), deux ans plus tard. Un seul et même modèle qui, dans la vie réelle, accompagnera l’émancipation des femmes et dans la fiction, celle de trois générations !

En pleine mer, c’est une fabuleuse Renault 35CV qui servira d’écrin à l’amour de Rose (Kate Winslet) pour Jack (Leonardo DiCaprio) dans Titanic (James Cameron, 1998), voire un Kangoo qui scellera l’amitié improbable entre François Cluzet et Omar Sy dans Intouchables (Olivier Nakache, Éric Toledano, 2011). Une histoire vraie, aussi réelle que les taxis Renault AG-1 (les « deux pattes ») qui monteront les troupes fraîches en septembre 1914 à la bataille de la Marne.

Un siècle plus tard, c’est Renault encore qui véhicule les stars sur le front… de mer. Ses carrosses, au pied des marches du palais, ont pour nom Talisman ou Espace, des modèles dont le sillage transmet une certaine idée de l’esthétisme et de l’art de vivre à la française.
Et qui font que, tout en célébrant le rêve, le glamour et la beauté, Renault contribue au soutien et au développement du cinéma.

… Aux partenariats

Il y a Cannes, bien sûr, mais pas que. En France, Renault est le partenaire du Festival international du film de comédie de L’Alpe d’Huez (depuis 1999), du Festival du cinéma américain de Deauville (depuis 2000), du Festival du film francophone d’Angoulême (depuis 2010), du Festival Lumière à Lyon (depuis 2010), du Festival du film romantique de Cabourg (depuis 2011). Hors frontières, accompagnant l’internationalisation de son groupe, Renault soutient le BFI London Film Festival (depuis 1995), le Festival du film de Marrakech (depuis 2008), la Mostra de Venise (depuis 2014), et encore, prête souffle à UniFrance dans le long run de ses 80 festivals du cinéma français à travers le monde (Festival du film de Pékin en Chine, Festival du film de Mumbai en Inde). Une magnifique Mélodie en sous-sol (Henri Verneuil, 1963) qui fait rayonner le septième art.

people-cannes-renault

À découvrir également