Napoléon intime, par Stéphane Bern

Infrarouge / Culture  / Napoléon intime, par Stéphane Bern

Napoléon intime, par Stéphane Bern

S’il n’a aimé véritablement que deux femmes, Joséphine de Beauharnais et Marie Walewska, le premier Empereur des Français dont on fête cette année le bicentenaire de la mort, a eu une vie intime aussi dense qu’intense. Stéphane Bern détaille la petite histoire de la grande histoire de l’Ogre corse.

Quelles sont les 3 dates intimes de Napoléon ?

Le 15 octobre 1795, la rencontre avec Joséphine de Beauharnais, née Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie, qui a six ans de plus que Napoléon Bonaparte. Il tombe fou amoureux de cette fille de béké à l’enfance créole et aura cette phrase douce : « Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœur. » Elle, en revanche, est moins éprise que lui, mais rapidement conquise par sa fougue. Napoléon lui demandera d’ailleurs de troquer Rose pour Joséphine, car il refuse de susurrer le même prénom que celui qu’ont prononcé ses amants passés…

Le 9 mars 1796, le mariage avec Joséphine de Beauharnais. Lui, le général Napoléon Bonaparte, 26 ans, épouse Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie, 32 ans, veuve d’Alexandre de Beauharnais, devant un officier d’état-civil.

Le 15 décembre 1809, le divorce entre Napoléon Bonaparte et Joséphine de Beauharnais, qui ne peut lui donner d’enfant. C’est l’un des rares divorces où la raison d’État l’emporte sur l’amour. Pour assurer sa lignée, Napoléon épousera Marie-Louise de Habsbourg. L’ironie de l’histoire, c’est que les descendants des enfants de Joséphine (Hortense et Eugène) règnent aujourd’hui sur les trônes d’Europe alors que le propre fils de Napoléon, l’Aiglon, est mort à 21 ans… Ce n’est pas la fin d’un amour, mais le sacrifice d’un amour pour la raison d’État.

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804, Jacques-Louis David

Napoléon, homme public, diffère-t-il beaucoup du Napoléon dans le privé ?

Oui, absolument ! Le meilleur exemple, c’est la naissance de l’Aiglon, le 20 mars 1811. Napoléon est tellement heureux qu’il se comporte en « papa gâteau ». En revanche, là où il y a une ressemblance entre l’homme public et l’homme privé, c’est lorsqu’il part à la conquête du cœur de Joséphine comme d’une forteresse assiégée. Dans sa vie privée, il n’est pas l’homme de la puissance ou de la conquête, mais colérique, hésitant, parfois aux prises avec des accès dépressifs, comme en avril 1814, quand il tente de se suicider après avoir été contraint d’abdiquer. « Sans force, sans enjeu, il n’est ni vertu ni bonheur », dira-t-il !

Quelle était la vie sexuelle de Napoléon ?

Il a une sexualité assez banale. Ce n’était pas un génie de la galipette !

Napoléon faisait-il aussi bien la guerre que l’amour ?

Je crois qu’il préférait la guerre à l’amour ! Il était surtout conquérant dans son impatience…

Avait-il, en plus, beaucoup de maîtresses ?

On lui en connaît une soixantaine, essentiellement des actrices ou cantatrices, car il était très sensible à la voix. Ses bonnes fortunes amoureuses étaient en partie liées à sa condition de Premier Consul puis d’Empereur. On peut citer Giuseppina Grassini, une beauté de théâtre à la voix sublime à laquelle Napoléon loue un appartement avenue Caumartin. Lassée d’attendre l’homme de guerre, elle partira avec un violoniste. Ou encore Carlotta Gazzani, Mademoiselle Mars, comédienne en vue, La Duchesnois, Mademoiselle Georges…Toutes les jolies filles de la Comédie française de l’époque !

Quelle a été l’influence intime marquante de chacune des femmes de Napoléon ?

Il n’a aimé que deux femmes, Joséphine de Beauharnais et Marie Walewska, et respecté Marie-Louise, parce qu’elle lui a donné un enfant. Joséphine de Beauharnais a eu une grande influence. S’il a pu prendre le pouvoir, c’est grâce à elle puisqu’elle lui a présenté le Tout-Paris et mené campagne pour le Consulat. En matière de politique internationale, cette femme, restée profondément royaliste dans l’âme, a toujours prôné l’apaisement. Mais Joséphine a surtout fait de Napoléon un homme civilisé en lui apprenant les bonnes manières.

Enfin, le style Empire, c’est elle ! Elle a mis de la grâce dans la vaisselle, les tissus, les tenues, participé à l’essor de la maison Chaumet, place Vendôme, insufflé de l’élégance à Fontainebleau, aux Tuileries et à Malmaison. Marie Walewska, de son côté, a obtenu l’indépendance de la Pologne ! Enfin, Marie-Louise de Habsbourg, élevée dans la haine de l’ogre corse, a finalement appris à assurer la continuité du pouvoir. Elle n’a pas eu d’influence réelle, mais elle a donné un fils à Napoléon et donc ancré en Napoléon l’idée d’une dynastie.

A-t-il eu un geste amoureux extraordinaire avec l’une d’entre elles ?

Oui ! Entre 1795 et 1797, il accepta de dormir avec Fortuné, le chien de Joséphine, connu pour l’avoir mordu au mollet ! Pour Marie-Louise, Napoléon eut ce joli geste au château de Compiègne, tout juste redécoré : la jeune femme se plaignant de ne pas voir l’horizon, Napoléon fit abattre les arbres sur une largeur de 60 mètres et une distance de 4 kilomètres durant le jour, sauf la première rangée. La nuit venue, l’Empereur fit couper ces derniers arbres, et le matin venu, Marie-Louise découvrit une nouvelle perspective… Aujourd’hui encore, on appelle cela l’avenue des Beaux Monts.

Le château de Malmaison, Isola Bella ou d’autres… Quel lieu associeriez-vous au « Napoléon intime » et pourquoi ?

Indiscutablement, Malmaison est le lieu de l’intimité. Napoléon travaille dans le bureau-bibliothèque et peut emprunter un petit escalier qui lui permet de monter sans déranger son épouse. C’est une maison à taille humaine. Ils y mènent une vie bourgeoise, très simple, celle d’un couple qui s’aime.

Stéphane Bern (©Laurent Menec/SEP)

30 novembre 1809. Pouvez-vous raconter la scène durant laquelle Napoléon annonce à l’impératrice Joséphine, qui ne peut lui donner d’héritier, mais dont il est fou amoureux, qu’il souhaite divorcer ?

Cela se passe à Fontainebleau. Joséphine sait que Napoléon voulait épouser un « ventre royal » et qu’elle a échoué. Fouché l’a déjà avertie des intentions de Napoléon et lui explique que le divorce est inévitable pour assurer la continuité de l’Empire. Quand l’Empereur annonce néanmoins la nouvelle à Joséphine, elle s’effondre en larmes et feint, dit-on, de s’évanouir. Le divorce se fait, elle retourne à Malmaison, mais ils continueront à s’écrire, à se voir et resteront proches. Elle deviendra sa « douce amie ».

Comment s’est-il rendu compte que c’est Joséphine, et non lui, qui est stérile ?

D’abord en 1806. Léon (ainsi baptisé en référence à la moitié de Napo/léon) naît de sa liaison avec Éléonore Denuelle. Une femme volage, si bien que Bonaparte n’est pas convaincu que cela soit son fils. La naissance, en 1809, de son fils avec Marie Walewska lève le doute et c’est ainsi qu’il prend la décision de divorcer.

Lui connaît-on d’autres enfants illégitimes ?

Il aurait eu une fille naturelle, Charlotte, en 1895, avec une prostituée, mais il y en a beaucoup d’autres…

On sait que Napoléon était un père très aimant. Que connaît-on précisément de son rapport à l’Aiglon ?

Il a toujours un portrait de son fils avec lui. Napoléon adore cet enfant qui n’est jamais puni, qui adore jouer au militaire et qui veut suivre son père sur les champs de bataille. Pourtant, entre 1811 et 1821, sans compter l’exil sur l’île d’Elbe en 1814, Napoléon ne verra pas son fils, retiré avec sa mère dans sa famille autrichienne. À 21 ans, l’Aiglon décède de tuberculose à Schönbrunn. Napoléon aura l’impression d’avoir été trahi par son fils et sa femme, qui ne l’ont pas rejoint dans son exil. Il en gardera une blessure profonde. Marie-Louise refait d’ailleurs sa vie avec le comte de Neipperg, dont elle aura plusieurs enfants.

Quelle citation de Napoléon exprime le mieux l’homme, et non le chef d’État ?

La phrase qui résume le mieux Napoléon est celle qu’il aura à Sainte-Hélène : « Ma vie est un roman » ! Car au fond, sa vie est un roman. Privé ou public, tout est romanesque chez lui, rien n’est prévisible. Napoléon a été le continuateur de la Révolution qu’il a couronnée en créant l’Empire. Il est le résumé de toutes les contradictions françaises, entre élan révolutionnaire et conservatisme dynastique.

Laissez-vous guider, 13 avril à 21h05 sur France 2

Secrets d’Histoire, 19 avril en prime sur France 3


2021, l’année Napoléon

À lire ou à voir, Infrarouge vous propose son best of autour du bicentenaire de la mort de Napoléon.

3 livres napoléoniens

Voici le coup de gueule d’un historien en colère : un essai dans lequel Thierry Lentz, également directeur de la Fondation Napoléon, bat en brèche les idées reçues et les faux procès sur Napoléon et l’esclavage, l’Empereur et la misogynie. Avec intelligence, l’historien rappelle la place essentielle de cet homme d’État dans l’histoire de France.

Pour Napoléon, Thierry Lentz, éditions Perrin, 15 €.

Charles Bonaparte, le descendant direct de Jérôme Bonaparte, le plus jeune frère de Napoléon Ier, raconte pourquoi et comment il a changé de nom et renoncé à toute prétention dynastique.

La Liberté Bonaparte, Charles Bonaparte, éditions Grasset, 23 €.

Le directeur du patrimoine de la Fondation Napoléon livre ici 600 pages incroyablement documentées sur le combat rude et solitaire contre la fatalité que mena le confiné le plus célèbre du monde, sur son rocher, au milieu de l’Atlantique Sud.

Napoléon à Sainte-Hélène, Pierre Branda, éditions Perrin, 27 €.

Lire aussi : Livres : le mille-feuille du mois

3 expositions à ne pas manquer
Napoléon, l’exposition

Entre reconstitutions et dispositifs numériques, c’est un parcours immersif spectaculaire. Il réunit pour la première fois plus de 150 pièces originales et retrace les moments clefs de la vie de Napoléon, de son ascension au déclin de l’aventure impériale.

À la Villette jusqu’au 19 septembre 2021. expo-napoleon.fr

Une saison Napoléon

Expositions, conférences, visites guidées, concerts… Le Musée de l’Armée se dédie à l’Empereur en proposant de tout connaître sur ses derniers instants (visite guidée « Napoléon n’est plus »), de plonger au cœur de l’épopée napoléonienne ou encore de tout apprendre sur l’action et la stratégie de Napoléon (cycle de conférences). Enfin, pour les plus jeunes, de décrypter l’image officielle et les « looks » de Napoléon…

Aux Invalides jusqu’au 30 janvier 2022. musee-armee.fr

Un palais pour l’Empereur, Napoléon Ier

La veille de son sacre, en 1804, Napoléon Bonaparte fait du château de Fontainebleau l’une de ses résidences et le remeuble en dix-neuf jours seulement. Pour partir à la rencontre de l’homme d’État, du chef de guerre, du chef de famille et du promoteur des arts, le château vous invite à découvrir les pièces et le parc somptueux de ce lieu que Napoléon appela « la vraie demeure des rois, la maison des siècles ».

Au château de Fontainebleau jusqu’au 4 janvier 2022. chateaudefontainebleau.fr

À découvrir également