Bonnes adresses val d'isère

Nos bonnes adresses à Val-d’Isère

Départ imminent pour Val-d’Isère ! Chaussez vos skis et suivez-nous pour découvrir tout schuss nos adresses préférées de la station.

La rédaction

Cucùcina, tout pour l’Italie

Mamma mia, l’Italie s’invite à la Folie Douce de Val-d’Isère ! Au cœur de Cucùcina, c’est toute la culture italienne qui s’expose, avec une mise en scène digne d’un théâtre. Son point d’orgue ? La vue exceptionnelle sur le mont Blanc (côté italien, bien sûr !), que l’on observe depuis les larges baies vitrées.

En cuisine, le chef Francesco Ibba et sa brigade 100% italienne proposent chaque jour des plats à partir de producteurs locaux, français et italiens, dans des recettes simples et généreuses inspirées des quatre coins de la Botte. De quoi devenir cucù (comprendre fou en italien) sous la neige !

Carte : environ 40 €

Cucùcina, La Daille Gondola, 73150 Val d’Isère. lafoliedouce.com

Poya, la table des bons vivants

En flânant le long de la rue principale de Val-d’Isère, un établissement attire l’œil et nous fait l’effet d’un déjà-vu. Sans y avoir mis les pieds, subsiste pourtant l’impression de le connaître. Et là, c’est le flash : aujourd’hui devenu un restaurant branché, cet ancien magasin de ski a accueilli le tournage des Bronzés font du ski !

Chez Poya, on troque désormais le matériel sportif pour une cuisine de bons vivants. Oubliez le trio indétrônable raclette-fondue-tartiflette, le binôme formé par Loïc Renand (passé par Troisgros et Jean Sulpice) et Anthony Vial (ex-Chabichou à Courchevel) mise sur une carte moderne, entre croques truffe-jambon et buns façon pulled pork et des plats de résistance revigorants (volaille farcie aux champignons ; ravioles maison de homard, émulsion de crustacés et gingembre ; chou farci au foie gras et à la truffe). Ambiance conviviale et douceurs dans les assiettes garanties !

Carte : environ 60 €

Poya, 683 avenue de l’Olympique, 73150 Val-d’Isère. poyavaldisere.com

Altiplano 2.0, cuisine péruvienne au sommet

Le restaurant de l’hôtel Le K2 Chogori innove avec sa cuisine de partage d’inspiration péruvienne. Aux commandes, le chef italo-argentin Riccardo Berto. Au menu, on dégustera un original gaspacho de tomates anciennes et sa glace à l’ail ; et on aura l’embarras du choix avec une déclinaison impressionnante de ceviche, lesquels font ainsi une entrée remarquée à Val-d’Isère.

Carte : environ 70 €

Altiplano 2.0, 143 avenue du Prariond, 73150 Val-d’Isère. lek2chogori.com

Loulou, plaisirs régressifs

Après la frénésie de Paris et le soleil de Ramatuelle, Loulou pose ses bagages sous les flocons de Val-d’Isère. Au cœur des Airelles, le restaurant s’habille de vives couleurs mises en scène par l’artiste Jean-Charles de Castelbajac ; entre hommage à la Savoie et inspirations italiennes. Aux fourneaux, le chef Benoît Dargère travaille une carte qui sent bon le soleil et la Méditerranée, sans oublier la touche hivernale inhérente au lieu.

Mais si on va chez Loulou, c’est aussi pour se faire plaisir à l’heure du dessert. Sa version montagnarde fait frémir nos papilles avec son buffet de gourmandises, entre chouquettes au chocolat ; maison en pain d’épices ; glace à l’italienne à la noisette du Piémont ; panettone tiédi à tremper dans un sabayon… Quand vient l’heure de l’apéritif, on déchausse nos skis pour siroter un cocktail sur l’immense terrasse de 800 m², en nous dandinant sur les rythmes d’un DJ set.

Carte : environ 45 €

Loulou, 145 rue de La Poste Airelles, 73150 Val-d’Isère. airelles.com

Cocorico N’Co, quand sonne l’heure de la fête

La fusion entre le Doudoune Club et le bar d’après-ski Cocorico à Val-d’Isère donne naissance à un lieu de vie et de partage ouvert de 14h00 à 4h30. Un établissement festif de 900 m2 doté notamment de deux cabines DJ et de deux scènes dédiées à la musique live. Côté gastronomie, quatre chefs renommés ont imaginé une offre street food inventive.

Carte : environ 40 €

Cocorico N’Co, Chemin du Charvet, 73150 Val-d’Isère. cocorico-n-co.com

La Maison Benoît Vidal, sur la piste aux étoiles

Pour une soirée placée sous le signe des étoiles Michelin, cap sur La Maison Benoît Vidal ! Anciennement L’Atelier d’Edmond, ce deux-étoiles accueille les gourmets dans un cadre rustique et convivial. Aux fourneaux, le chef qui a donné son nom à l’établissement met en avant le terroir régional.

Il faut dire que Benoît Vidal est amoureux de ses montagnes : il va lui-même cueillir des aromates dans la nature et travaille directement avec les producteurs locaux, comme La Ferme de l’Adroit pour le lait et la boulangerie Maison Chevallot pour le pain. De quoi découvrir les sommets de la cuisine de montagne ! Notons qu’un bistrot est accessible à l’heure du déjeuner, pour bien manger sans faire exploser le porte-feuille.

Carte : menu à partir de 195 € (39 € pour le bistrot)

La Maison Benoît Vidal, 29 rue du Fornet, 73150 Val-d’Isère. atelier-edmond.com

Le Piaf Val-d’Isère, dernier-né des canaris les plus fêtards de France

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Piaf (@lepiaf_restaurant)

Après Megève et Courchevel, le Piaf se pose à Val-d’Isère la fêtarde. Le resto où l’on danse sur les tables au son d’un piano endiablé (et parfois assourdissant) prend donc place dans la station savoyarde dans un parfait timing entre le Cocorico (pour le before) et la Doudoune (pour l’after).

Ce « lieu d’encanaillement », comme il se proclame, promet une cuisine traditionnelle bourgeoise, agrémentée de produits d’exception, et un bar à cocktails qui devrait attirer les nombreux oiseaux de nuit des alentours.

Carte : environ 75 €

Le Piaf, 125 route de l’Eau Rousse, 73150 Val-d’Isère. lepiaf-restaurant.com

Et on dort où ?

Les Airelles, reconnexion à la nature

Avec son ambiance ultrachic à même les piste, Les Airelles place la nature au cœur de son atmosphère. Pour un séjour intimiste et confortable au plus près de la montagne. Le Spa Guerlain mérite à lui seul le séjour.

Chambre : à partir de 1200 €

Les Airelles, 145 rue de la Poste, 73150 Val-d’Isère. airelles.com

Le Refuge de Solaise, l’hôtel le plus haut d’Europe

Bienvenue dans l’hôtel le plus haut d’Europe, à 2 500 mètres d’altitude. Laurent de Gourcuff (Paris Society) et Jean-Charles Covarel (spécialiste de la construction de chalets haut de gamme) ont transformé une ancienne gare téléphérique en refuge élégant.

Y séjourner, c’est la certitude d’assister à des levers et des couchers de soleil inoubliables dans un décor de rêve. C’est aussi profiter d’installations incomparables comme le Spa Exertier et son incroyable piscine de 25 mètres.

Chambre : à partir de 362 €

Le Refuge de Solaise, Sommet de Solaise, 73150 Val-d’Isère. lerefuge-valdisere.com

Luxe et confort au K2 Chogori

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le K2 Chogori (@lek2chogori)

Avec une décoration sans ostentation, à la fois luxueuse et contemporaine, le dernier-né des hôtels 5 étoiles de Val-d’Isère est installé face à Bellevarde. Le confort et le raffinement de ses chambres garantissent un séjour de qualité avant et après le ski.

À disposition : le Goji Spa par Valmont pour le bien-être ; le restaurant péruvien Altiplano 2.0 pour se sustenter ; la boutique Bernard Orcel pour un shopping sport-chic ; et le bar 1954 pour un moment de détente.

Chambre : à partir de 644 €

K2 Chogori, 143 avenue du Prariond, 73150 Val-d’Isère. lek2chogori.com


Photo de Une : Val-d’Isère Tourisme

Lire aussi : Montagne : le top 5 des stations green

Partager cet article

A lire aussi
cerf voiture chambord

Le cerf et la voiture

La voie royale : se rendre à Chambord en Porsche Taycan pour écouter le brame du cerf. Voici le récit matinal d’une rencontre entre deux seigneurs.

dubai restaurants

Dubaï, la ville des Mille et Une saveurs

La mégalopole de tous les records fait encore parler d’elle en devenant la première ville du Moyen-Orient répertoriée au guide Michelin. Tour d’horizon de cette nouvelle scène culinaire.