Party à l’appart

Passé les virées en boîte de nuit et les bars à cocktails qui ont fait 2015 ? En ce début d’année frileux, on s’invite chez des particuliers pour des fêtes très privées qui peuvent durer jusqu’aux aurores. Comment entrer dans cette nouvelle bande appart ? Suivez le guide.

Appart2 appart3Le concept
Depuis quelques mois, des dizaines de sites pullulent sur Internet, proposant ce qui semble s’apparenter très fortement à des Airbnb de la fête. Le principe ? On s’inscrit et l’on attend d’être validé par l’hôte pour débarquer. Inspirés par le succès de l’économie collaborative, qui a vu naître de nombreux services de particuliers à particuliers, et lassés d’évoluer dans les mêmes lieux aseptisés et fatigués du sempiternel et coûteux schéma taxis/entrée de club/vestiaire/consos, des noctambules ont finalement trouvé le remède à leurs maux. En rejoignant le réseau judicieusement organisé par ces sites collaboratifs, ces oiseaux de nuit, appelés « les ambiancés », se retrouvent pour quelque 5 ou 10 euros chez l’habitant, désigné « l’ambianceur ». Excuse My Party, premier site à avoir imaginé le concept il y a un an via une plateforme de crowdfunding, revendique en ce mois de mars plus de 3 000 membres. Puis d’autres ont suivi. Ainsi ForMeetable dont la créatrice, Marjolaine Francis, justifie son projet à l’aide d’une étude de marché réalisée par Creatests : « Sur un panel de 500 personnes entre dix-huit et quarante ans, sans enfant, en couple ou célibataires, 65 % des gens sont prêts à participer à des soirées chez des inconnus. Et 45 % à recevoir chez eux. »
Et il faut dire que ces particuliers ont de quoi s’inspirer ! La chanteuse Beyoncé, par exemple, initiait l’année dernière la tendance en musique, dans le clip de son titre 7/11 où, invitant ses copines dans un magnifique appartement, elle remuait son célèbre popotin du salon jusqu’aux chambres, en passant par la salle de bains.
Après la musique, la mode ? À la Fashion Week de New York en février dernier, Calvin Klein privatisait un loft de l’Upper East Side pour fêter son défilé. Jeremy Scott célébrait sa marque Moschino dans un appartement loué pour la nuit, quand Diane von Fürstenberg présentait sa collection printemps-été 2016 en faisant danser les tops Karlie Kloss, Lily Aldridge et Kendall Jenner dans un petit salon reconstitué, cosy et ultraféminin. Pour leur emboîter le pas et faire la fête hors des sentiers battus (et pourquoi pas entre inconnus !), une myriade de sites offrent au commun des mortels la possibilité de s’amuser entre happy fews. Florilège.

Le plus avant-gardiste
Excuse My Party
Lancé par cinq amis en février 2015, ce site collaboratif réunit des ambianceurs, qualifiés sur la homepage de « Gatsby des temps modernes », qui reçoivent dans leurs appartements une multitude d’ambiancés inscrits. L’ambianceur fixe son prix et doit répondre sous quarante-huit heures à la requête des invités souhaitant participer à sa soirée. L’ambiancé est quant à lui tenu de « prendre soin du mobilier de l’ambianceur comme de la prunelle de ses yeux et laisser les voisins reposer en paix ».
Le + : les « boums » organisées par le site, en plus de celles des particuliers, qui permettent d’avoir toujours une fête à se mettre sous la dent.
Le – : peu d’ambianceurs pour un très grand nombre d’ambiancés !

Le plus connecté
ForMeetable
Il suffit d’un clic sur Facebook pour rejoindre le réseau de fêtards de ForMeetable, imaginé par l’entrepreneure Marjolaine Francis et le journaliste Fabien Mulot. Directement connecté au profil des abonnés, ForMeetable cible les centres d’intérêt des fêtards en leur proposant des soirées à thèmes : poker, apéro, dégustation de cocktails, soirées déguisées ou visionnage du dernier Star Wars… Au moindre événement Facebook créé entre amis, le site propose d’inviter également les personnes enregistrées comme présentant les mêmes centres d’intérêt.
Le + : son utilisation très facile.
Le – : le risque de dévoiler toute sa vie privée à de parfaits inconnus.

Le plus cocooning
Deliveroo
Fort de sa place de leader européen sur le marché de la livraison de plats aux particuliers, le site Deliveroo s’offre une parenthèse jusqu’au 24 mars pour surfer sur la tendance, en proposant plusieurs soirs thématisés en un unique lieu privé. Dans son appartement éphémère au cœur de Paris, le site propose à quelques invités tirés au sort de vivre une soirée casino, karaoké ou poker, en se faisant livrer des plats chauds par un de ses bikers.
Le + : la possibilité de choisir le thème de sa soirée.
Le – : beaucoup d’inscrits, très peu de tirés au sort !

Le plus complet
Les barrés
Initialement créé pour proposer des coupons de réduction dans les bars et restaurants, ce site fondé par Nicolas Perus, ancien élève de Dauphine, s’est peu à peu diversifié en offrant de privatiser de nombreux lieux privés dans Paris. Le grenier d’un particulier à Pigalle ou la cave d’un restaurant à Bastille comptent parmi les quelque 500 établissements publics et lieux privés référencés par le site, qui fidélise sa clientèle via un système de points lui permettant de bénéficier de réductions lors de ses futures soirées.
Le + : par un filtrage de tarifs, de quartiers ou de limitations horaires, les attentes des intéressés sont ciblées très précisément.
Le – : un vaste choix de lieux qui rend le tri difficile.

Le plus hype
l’hôtel Particulier
Parce que les propriétaires de cet hôtel confidentiel et branché du quartier de Montmartre ont compris le besoin de convivialité des noctambules, ils proposent, jusqu’au 26 mars, le concept de « mois Particulier ». Les chambres et suites, fermées à la réservation classique durant tout le mois, se transformeront en miniclubs privés, alimentés par des bars à cocktails et animés par les sets de plusieurs DJs jusqu’au petit matin.
Le + : la possibilité de découvrir les chambres de l’hôtel sans forcément avoir à y dormir.
Le – : le manque d’informations concernant les inscriptions à l’événement.

Le plus insolite
Snapevent
Imaginé comme un vrai Airbnb de la teuf, Snapevent propose des visites en 3D d’une multitude d’appartements privés disponibles à la location pour des soirées allant de 10 à 500 personnes. Entre l’hôtel Salomon de Rothschild et des usines désaffectées en banlieue parisienne, on trouve des perles immobilières, meublées ou pas, dont les descriptifs s’apparentent à des petites annonces dignes des catalogues Christie’s, l’unique but étant d’appeler le chaland à venir y célébrer l’événement de son choix.
Le + : des propositions de traiteurs, de location de mobilier ou de voituriers.
Le – : une assurance événement obligatoire et coûteuse.

À découvrir également