braise paris

Restaurants : notre sélection de l’automne 2022

En octobre, les chaises en rotin des bistrots parisiens ont définitivement remplacé les transats de la Côte d’Azur, les cafés serrés, les Long Island sirotés au bord de la piscine et les parapluies les parasols en osier. Alors que l’automne prend ses marques, les restaurants entament le mois culinaire le plus chaud de l’année. Ça va dépoter !

Lucie Truchet

Bonhomme, petites assiettes, grande cuisine

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bonhomme (@bonhomme.resto)

Ouvert au début de l’été par trois copains amoureux des bonnes choses, Bonhomme a tout pour devenir notre chouchou du Xe arrondissement. Entre ses murs laissés bruts et sa joyeuse cuisine ouverte, le restaurant bistronomique propose une carte courte élaborée à partir des meilleurs produits de saison : soupe d’été rafraîchissante à la pastèque, tomates anciennes et huile de coriandre ; épaule d’agneau braisée ultra tendre, accompagnée de purée de brocolis, pois gourmands et pickles de piment ; chou gourmand à la crème infusée à la verveine, pêche rôtie et crue.

C’est simple, c’est (très) bon, et le rapport qualité-prix est imbattable. Point bonus pour les futurs habitués : les plats changent tous les jours, et les entrées et desserts toutes les semaines !

Carte : menu midi à 27 € avec entrée, plat, dessert

Bonhomme, 58 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris. Tél. : 09 87 71 69 17. @bonhomme.resto sur Instagram.

Braise, tout feu tout flamme

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Braise (@braise.paris)

Il y a comme une étincelle dans l’air, et pour cause : cette nouvelle adresse du Triangle d’Or se dédie à la cuisson au feu de bois. Cuisine trop souvent réduite au barbecue, la braise s’offre ici une revanche avec une carte audacieuse et de saison, qui laisse toute sa place à l’imagination du chef.

On se régale autant du poulpe à la flamme au poireau brûlé et lard de Colonnata que du bao d’agneau confit à la sauce herbacée, sans oublier les intemporels : la côte de bœuf limousine et le tomahawk de cochon – sans autre artifice que la maîtrise de la flamme. À déguster à point ou saignant dans une élégante salle aux vieilles pierres apparentes. Le pairing avec un grand cru bordelais est chaudement recommandé.

Carte : environ 60 €

Braise, 19 rue d’Anjou, 75008 Paris. Tél. : 06 89 68 81 80. @braise.paris sur Instagram.

Le Petit Rétro, la grande Histoire

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Petit Rétro (@lepetitretroparis)

Pâté en croûte ; œuf cocotte aux champignons ; tartare de bœuf au couteau ; clafoutis aux mûres et crème brûlée : c’est toute la tradition bistrotière française que l’on retrouve, magnifiée, à la table d’Irwin Durand. Jeune chef talentueux officiant déjà au restaurant une étoile Le Chiberta, aux côtés de Guy Savoy, il reprend cette fois une institution centenaire, figure parisienne de l’Art nouveau.

Boiseries classées, faïences fleuries et miroirs encadrés de laiton nous plongent dans un décor délicieusement rétro, où l’on se plaît à remonter le temps entre amis autour d’un verre de chablis.

Carte : environ 45 €

Le Petit Rétro, 5 rue Mesnil, 75116 Paris. Tél. : 01 44 05 06 05. @lepetitretroparis sur Instagram.

Dante, l’exquise comédie

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Dante (@_danterestaurant_)

Loin des cercles des enfers, le Dante de Rebecca Beaufour nous conduit définitivement au paradis culinaire. Jeune cheffe talentueuse (ancienne de l’Arpège), elle orchestre au sein de son jeune restaurant une cuisine conviviale, centrée autour du partage et des bons produits. Ceviche de daurade aux jus de citrons vert et jaune, oignons rouges et chips de riz ; ravioles fondantes garnies de pata negra et pomme de terre, beurre noisette, piment d’Espelette.

En dessert, ne manquez pas le maritozzo, une petite brioche italienne imbibée au sirop citron-vanille et fourrée à la chantilly – on est sur un petit nuage. À déguster dans un cadre de bois blond illuminé par de larges baies vitrées. Si ce n’est pas le jardin d’Éden, ça y ressemble.

Carte : menu midi à 25 € avec entrée-plat-dessert

Dante, 14 rue de Paradis, 75010 Paris. Tél. : 01 45 23 57 98. @_dantereataurant_ sur Instagram. 

Café de l’Alma : welcome back !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cafe de l’Alma (@cafedelalmaparis)

Voici le retour d’une adresse immanquable pour tout habitant du VIIe arrondissement qui se respecte. On retrouve avec autant de plaisir la terrasse avec ses coussins aux tissus fleuris, entre tables rondes et chaises de bistrot en bois clair, que l’intérieur authentique, entre matériaux bruts, bain de lumière et moquette en léopard.

Quitte à faire peau neuve au niveau de l’ambiance, le Café de l’Alma rénove également sa carte. Guacamole maison, falafels de pois chiches aux herbes, houmous ou gambas croustillantes avec sa sauce aigre-douce, tous ces délices vous feront passer un moment charmant et exotique.

Heureusement pour les habitués, les classiques du menu sont eux aussi de retour. On savoure donc toujours les fameuses coquillettes-jambon-truffe façon risotto crémeux ou encore la pizzet’ à la crème truffée. Vous l’aurez deviné, le Café de l’Alma est revenu pour en régaler plus d’un !

Café de l’Alma, 5 avenue Rapp, 75007 Paris. Tél. : 01 45 51 56 74. @cafedelalmaparis sur Instagram.

Brasserie Martin, tiercé gagnant

Dernier-né du groupe Nouvelle Garde, Brasserie Martin vient compléter sa collection de brasseries françaises modernes et festives avec un cadre toujours plus flamboyant et une bonne humeur contagieuse. Sa spécialité : la cuisson à la broche, qu’on peut voir tourner depuis la cuisine, avec au choix l’agneau du Bourbonnais, les travers de porc ou le poulet rôti – à partager pour plus de convivialité.

Les incontournables du bistrot sont également de la partie, entre saucisse-purée, œufs mayo et tartare de bœuf, toujours « fait maison », avec des produits bien sourcés. Côté dessert, on craque pour le croustillant du mille-feuille vanille et caramel beurre salé, absolument décadent. Vive la french touch !

Carte : environ 25 €

Brasserie Martin, 24 rue Saint-Ambroise, 75011 Paris. Tél. : 01 48 05 34 36. @nouvellegardegroupe sur Instagram.

Les Fous de l’Île, joyeux bons vivants

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Les Fous de l’Ile (@lesfousdelile)

Nichés sur l’île Saint-Louis dans le IVe arrondissement, Les Fous de l’Île sont une véritable institution. Et depuis le début de l’été, le restaurant entame une nouvelle page de son histoire avec l’arrivée aux fourneaux d’un nouveau chef : Jonathan Lafon, ex-sous-chef au Relais Plaza.

Généreuse et conviviale, sa cuisine évolue chaque semaine, en fonction des saisons et de l’arrivage de ses producteurs : volaille jaune des Landes, gnocchetti et crème au vin jaune ultra gourmande ; bar croustillant, courgettes violon et ricotta au citron confit ; pour finir en beauté, une charlotte aux fraises twistée au shiso rouge.

Afin de parfaire le tout, les Fous de l’Île sont également toqués de bons vins, qui se dégustent au verre ou à la bouteille au cours du repas, mais aussi au sous-sol dans le cadre de dégustations
intimistes. De quoi nous rendre fadas.

Carte : menu midi à 26 € entrée-plat-dessert

Les Fous de l’Île, 33 rue des Deux Ponts, 75004 Paris. Tél. : 01 43 25 76 67. @lesfousdelile sur Instagram.

Mais aussi…

Lenôtre, quand l’école se réinvente

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lenôtre Paris (@lenotre)

Pour les 50 ans de son École des arts culinaires, la Maison Lenôtre ouvre un nouveau lieu de formation dans la Silicon Valley de la gastronomie, à deux pas du marché de Rungis. « Apprendre en faisant », le crédo de Gaston Lenôtre depuis 1971, est plus que jamais d’actualité avec 200 m2 de jardins en bioponie et 2 300 m2 dédiés à la formation. « Pour la rentrée, nous proposons de nouvelles master class avec visite du marché, sensibilisation aux produits, puis moment de cuisine suivi d’une dégustation », confie Gérald Gand, directeur de l’école.

Tout est mis en œuvre pour transmettre le savoir-faire de la Maison et promouvoir la gastronomie française dans une démarche écoresponsable. « Notre école est la traduction d’une ambition forte : permettre à tous les passionnés de vivre de leur passion et d’en apprendre plus sur le monde de la gastronomie et sur ses techniques », explique Guy Krenzer, directeur de la création et chef exécutif. On court découvrir ces nouvelles formules qui s’adressent aux professionnels comme aux amateurs soucieux de se perfectionner ou en reconversion.

École des arts culinaires Lenôtre, 9 rue de Villeneuve, 94150 Rungis. Tél. : 01 86 93 04 00. ecole-lenotre.com

Nos coups de cœur take away et livraison

Maison Kalios : manger Kalios jusqu’à la lie

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maison Kalios (@maisonkalios)

La maison familiale, qui nous fait découvrir depuis plus de 12 ans le meilleur du terroir grec, a enfin son pied-à-terre à Paris. Une épicerie méditerranéenne au décor contemporain, qui propose l’ensemble de l’offre Kalios – la célèbre bouteille blanche, mais aussi des olives gorgées du soleil de Kalamata, de délicieux poissons marinés ou fumés, des fromages ultra frais –, ainsi qu’une large offre traiteur à déguster sur place ou à emporter. Une part de moussaka, quelques mezzés, et vous voilà transporté au cœur des Cyclades !

Carte : environ 30 €

Maison Kalios, 54 rue des Martyrs, 75009 Paris. @maisonkalios sur Instagram.

On est passé chez Shosh

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SHOSH (@shosh.paris)

Après Shabour (une étoile), Balagan et Tekés, Assaf Granit dévoile dans le Sentier un nouveau deli baptisé Shosh – abréviation de « Shoshana », qui désigne la « grand-mère » en hébreu. Lieu aux multiples facettes mêlant restaurant, épicerie fine et traiteur, on s’y sent définitivement comme à la maison.

Au menu, des plats traditionnels de la cuisine jérusalémite qui mijotent tranquillement au milieu de la pièce principale : un ragoût de viande sautée préparé avec un bouillon au citron ; des salades matbucha ou encore des sandwichs préparés à partir de pain brioché au zaatar. On rentre chez soi les bras chargés et le cœur gonflé d’émotions.

Carte : environ 20 €

Shosh, 14 rue Saint-Sauveur, 75002 Paris. @shosh.paris sur Instagram

Mantchouk, retour en enfance

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mantchouk (@mantchouk.paris)

La famille Petrossian prend ses quartiers dans le XVIIe arrondissement avec son petit dernier : Mantchouk, ou « mon petit chéri » en arménien. La boutique à manger remonte le temps avec des plats faits maison tout droit sortis des carnets de recette de la grand-mère, aux saveurs méditerranéennes, levantines et slaves.

On y retrouve les soubeureg (généreuses lasagnes au fromage), les manti (délicieux raviolis de bœuf) ou encore le pain lavash moelleux à déguster avec de la charcuterie arménienne épicée. En bref, une cuisine de souvenirs empreinte de voyage.

Carte : environ 30 €

Mantchouk, 106 boulevard de Courcelles, 75017 Paris. Tél. : 01 44 90 00 90. @mantchouk.paris sur Instagram.

MPépite x Jérôme Banctel, ramener l’étoile à la maison

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MPépite (@m_pepite)

En cette fin d’été, le chef doublement étoilé Jérôme Banctel signe pour le concept de gastronomie nomade MPépite un menu exclusif en quatre temps, inspiré de la carte de son restaurant signature, Le Gabriel. Depuis notre canapé, on peut ainsi remonter aux racines bretonnes du chef, d’abord avec un subtil feuille à feuille de saumon miso accompagné de coulis de cresson et salicornes, le tout suivi d’un cabillaud vapeur fondant, relevé d’un voile de guanciale de coco de Paimpol et de tomates épicées. Son amour du beau produit se retrouve également à l’étape du dessert, avec de sublimes figues au coulis de fruits rouges façon Melba. Irrésistible !

Prix : 89,00 €

Commande sur mpepite.fr, livraison dans tout Paris. 

Pour continuer à voyager

Jujube, à la recherche de la saveur perdue

Au pied de la butte Montmartre se joue un spectacle culinaire haut en couleur : cuisines française, africaine et italienne se rencontrent à la table de Senda D. Waguena, un chef togolais amoureux des épices et des associations étonnantes qui, tel un Indiana Jones des temps modernes, défriche le terrain du goût avec un menu changeant toutes les semaines.

Ceviche de perles blanches aux reines-claudes ; polenta de manioc et sauce gboma ; filet de bœuf laqué sauce arachide et café et, pour finir, riz au lait au poivre de Selim et au dikath. Chez Jujube, on voyage à chaque bouchée et, surtout, on expérimente. De quoi contenter nos âmes d’explorateurs.

Carte : environ 50 €

Jujube, 4 rue Dancourt, 75018 Paris. Tél. : 09 74 97 40 02. @jujube_paris sur Instagram.

Selva, Le Livre de la jungle

Un décor luxuriant et des plats colorés : bienvenue chez Selva – littéralement la « jungle » en espagnol –, un petit restaurant situé dans le Ve arrondissement qui propose une cuisine bistronomique sud-américaine inspirée de la Colombie – d’où est originaire le chef – et du Pérou – où il a affûté son amour pour la cuisine Nikkei.

Les associations sont originales et font voyager, à l’image du ceviche de lieu jaune, patate douce et graines de maïs grillées, ou encore du paleron de bœuf cuit huit heures et servi avec une sauce demi-glace au sucre de canne et une purée de panais. À ne pas manquer : les tequeños, également appelés « deditos de queso », une mise en bouche vénézuélienne ultra sexy à base de pâte de blé au fromage frite. Il en faut peu pour être heureux…

Carte : environ 40 €

Selva, 22 rue du Sommerard, 75005 Paris. Tél. : 09 81 10 21 88. @selvarestaurantparis sur Instagram.

La Main noire : Sea, sun and brunch

Petit resto aux airs de coffee shop australien, La Main noire puise dans les meilleurs souvenirs de voyage de ses cofondateurs pour nous transporter des pavés du XVIIIe arrondissement aux plages ensoleillées de Melbourne.

La carte fait la part belle aux produits frais, locaux et de saison, avec des plats originaux qui changent de ce que l’on trouve habituellement sur la table des brunchs, à l’image du grilled cheese revisité avec du pain pita, un œuf au plat, des champignons et une sauce au pesto, et des latkes servies avec un spread avocat-feta, des fèves et des radis croquants.

Les options végétariennes sont à l’honneur, ainsi que les boissons chaudes, absolument incontournables – ne passez pas à côté du chai latte ! –, qui sont d’ailleurs reproductibles à la maison grâce à des kits haut de gamme vendus sur place. Là aussi, organic ingredients and good vibes only.

Carte : environ 30 €

La Main noire, 12 rue Cavallotti, 75018 Paris. Tél. : 09 88 37 78 89. @la.main.noire sur Instagram.


Lire aussi : Le top 9 des restaurants japonais à Paris

Partager cet article

A lire aussi