Serge Trigano : « La Grèce, c’est la bonne destination de l’été 2022 »

Infrarouge / Lifestyle  / Evasion  / Serge Trigano : « La Grèce, c’est la bonne destination de l’été 2022 »

Serge Trigano : « La Grèce, c’est la bonne destination de l’été 2022 »

L’ancien patron du Club Med et de Mama Shelter, Serge Trigano, proclame son amour pour Athènes et les Cyclades.

Pourquoi passer ses vacances en Grèce ?

On connaît les fondamentaux de cette destination : un décor sublime, une gastronomie simple et abordable et une dimension culturelle qui rajoute une petite dose supplémentaire d’émotions. C’est à mon avis la bonne destination de l’été 2022.

Pourquoi avez-vous décidé de vous installer un jour en Grèce ?

L’un de mes premiers métiers, c’était chef de village du Club Med à Corfou. J’éprouve un amour fou pour ce pays. J’y ai rencontré des gens formidables. Dès que je pouvais, j’allais en Grèce. Un jour, j’ai eu un coup de foudre pour l’île de Paros. J’essaie d’y aller le plus souvent possible.

Lire aussi : Nos meilleures adresses à Paros et Antiparos

Faut-il choisir les îles ou le continent ?

C’est ça, la beauté de ce pays. Moi, je suis plutôt îles : il y a Corfou, Paros, Mykonos, et toutes les autres… Mais il y a aussi quantité de belles destinations dans le Péloponnèse. Et puis, il y a Athènes, une ville que je trouve magique, qui gagne à être connue et qui s’est complètement transformée en gardant son âme. On y trouve un peu partout des petits cafés où on peut casser la croûte, lire son journal et respirer les vibrations
de la ville.

Comment réussir son séjour en Grèce ?

Un peu comme partout, il faut respecter les gens qui nous reçoivent, éviter toute arrogance mal placée. Les Grecs sont un peuple d’une grande sensibilité, d’une grande culture et riche d’une grande histoire. Il faut profiter de cette douceur de vivre. Il n’y a pas de code spécifique. Pas besoin de s’habiller le soir : on va dans des restaurants en jean avec un pull sur
les épaules. Il n’y a pas de restauration bling-bling. La Grèce reste encore le pays des tavernes avec la feta, les tomates et un bon poisson frais.

Dans ce monde en crise, ne faut-il pas redouter un trop grand afflux de visiteurs en Grèce ?

Même quand on est nombreux, on peut vivre en décalage, aller prendre un café tôt le matin ou déjeuner tard. C’est vrai qu’il y a du monde entre le 15 juillet et le 15 août. Mais c’est aussi le cas sur la Côte d’Azur, en Italie ou en Espagne. C’est une règle de notre métier du tourisme : il y a toujours des moments où c’est full partout.

Lire aussi : 48 heures à Hydra

À découvrir également