Si Longchamp m’était conté…

Infrarouge / Lifestyle  / Shopping  / Accessoires  / Si Longchamp m’était conté…

Si Longchamp m’était conté…

La célèbre marque française de maroquinerie fête ses 70 ans. L’occasion de se pencher sur cette saga familiale qui a réussi à perdurer et, surtout, à se développer partout dans le monde en clamant de belles valeurs.

 

Tout a commencé en 1948. Philippe Cassegrain, fabriquant de pipes gainées de cuir, décide d’élargir son savoir-faire à quelques articles de voyage – sacs à main, mais aussi souliers. C’est en effectuant de nombreux trajets devant le moulin, encore existant, près de l’hippodrome de Longchamp, que lui vient l’idée du nom et du symbole : un cheval galopant. La marque Longchamp est née.

Passionné, il initie d’abord son fils aîné, Jean, aux joies de l’artisanat et lui apprend à fabriquer des étuis à cigarettes ou à passeport. Philippe n’a que 11 ans lorsqu’il rejoint son père dans l’atelier, chaque jeudi après-midi, et, très vite, il y prend goût.

À 17 ans, il débarque à Hong Kong, puis aux États-Unis, pour commencer à faire rayonner la marque hors des frontières. C’est ensuite au tour des petits-enfants, Jean, Olivier et Sophie, de rejoindre l’aventure auprès de leur père.

70 ans se sont écoulés, et les trois frères et sœur sont toujours aussi unis et complémentaires pour faire vivre leur belle maison et perpétuer le savoir-faire.

Tandis que les fonds d’investissement s’arrachent à prix d’or les plus belles maisons françaises, Longchamp résiste. Mieux que cela, la marque se développe, s’exporte et rayonne, sans jamais montrer une seule ride.

Après Kate Moss et Alexa Chung, la maison, visionnaire,  a choisi une star des réseaux sociaux à la silhouette sulfureuse pour incarner la femme Longchamp : Kendall Jenner. Un choix audacieux, qui laisse transparaître des ambitions bien campées. Pour tenter de percer le mystère de la dynastie Cassegrain, nous sommes allés rencontrer la fille et petite sœur : Sophie Delafontaine, née Cassegrain, directrice de la création.

Sophie Delafontaine (3)

Trois frères et sœur à la tête de l’entreprise, le pari était risqué. Quel est le secret de votre entente et de votre longévité ?

Nous avons tous les trois la même vision. C’est un héritage de nos parents, de nos grands-parents, nous avons chacun cette volonté commune de transmettre et de faire perdurer la marque. Nous souhaitons développer l’entreprise non pas à long terme, mais à très long terme. Mes parents, par l’éducation qu’ils nous ont donnée, les valeurs qu’ils nous ont transmises, ont réussi à fonder une famille très soudée. Nous sommes tous les trois en phase et travaillons main dans la main, chacun avec des compétences bien délimitées. Jean est en charge des investissements : il sait quelle boutique ouvrir, quel atelier développer, c’est l’homme de la stratégie. Parallèlement, il me fait entièrement confiance en ce qui concerne la création des collections et, si je me hasarde à concevoir un sac aux couleurs un peu trop vives, il pourra me dire qu’il n’aime pas, mais jamais de ne pas le produire.

Votre histoire ressemble à un conte de fées. Pensez-vous que la génération suivante en écrira les prochaines pages ?

Nos propres enfants ont été tous les trois biberonnés « Longchamp » et ils reproduisent, presque mécaniquement, le même enseignement. Dès leur plus jeune âge, ils ont été plongés dans cet univers : des ouvertures de boutiques aux secrets de fabrication, ils ont vécu l’entreprise de l’intérieur. Mais ils ne rentreront pas directement par la grande porte, ils ont besoin de faire leurs armes, de connaître autre chose, d’apprendre, tout simplement. Et si jamais ils en ont l’envie, et les capacités, ils pourront nous rejoindre dans l’aventure.

Kendall Jenner. Audrey Hepburn et son époux Mel Ferrer. Marlene Dietrich.

Vous n’avez jamais pensé qu’ils pourraient être tentés de vendre leur âme au diable, en acceptant l’une des nombreuses propositions de rachat ?

D’un point de vue économique, nous avons la chance d’avoir une entreprise qui se porte bien et qui continue de se développer. Nous avons la possibilité de rester indépendants. D’un point de vue plus personnel, encore une fois, tout vient de notre éducation, de cette volonté de transmission. Nous incarnons cette maison et, si nous vendions, nous perdrions une partie de nous-mêmes. Et puis, saurions-nous faire autre chose ? Je ne suis pas sûre.

Vous continuez d’effectuer une partie de votre production dans votre usine de Segré, dans le Maine-et-Loire. Est-ce que le « made in France » est important ?

Le « made in France » est important, mais c’est surtout le « made by Longchamp » qui prime. Nous avons aujourd’hui six ateliers en France, avec plus de mille artisans. C’est le berceau de notre identité et une source inépuisable de création. Mais, parallèlement, nous avons développé un vrai savoir-faire de fabrication, que l’on exporte aussi dans nos ateliers en Tunisie ou en Asie. Étant propriétaires de nos ateliers à l’étranger, il est plus facile pour nous de leur inculquer notre technique et nos exigences. Là aussi, tout est question de transmission. Nous n’aurions pas réussi à obtenir cette réussite internationale si nous n’avions conservé qu’une fabrication française. Il est très difficile de recruter dans les ateliers. Grâce aux bénéfices engrangés, nous avons désormais la possibilité de former. Nous venons d’ailleurs d’ouvrir de nouveaux ateliers-écoles pour permettre aux jeunes d’être initiés à nos techniques de fabrication.

Vous venez de défiler pour la première fois à New York. C’est votre cadeau d’anniversaire ?

C’était une année un peu particulière. Effectivement, il y avait cet anniversaire, que nous avons célébré au Palais Garnier autour de notre égérie Kendall Jenner. Nous n’avions pas du tout envie d’être dans la nostalgie, mais, au contraire, nous voulions nous projeter dans le futur. Ce défilé nous a permis d’ancrer la maison dans l’univers de la mode. Nous ne sommes pas uniquement une marque de maroquinerie mais une marque internationale, qui intègre entièrement le prêt-à-porter. Si nous avons ouvert une boutique sur la 5e Avenue, c’est que le choix de New York nous a paru une évidence pour défendre les couleurs de notre maison outre-Atlantique.

Est-ce que vous défilerez à nouveau ou n’était-ce qu’un « one shot » ?

Lorsque l’on a goûté aux podiums, il est difficile de faire machine arrière.

Avez-vous choisi Kendall Jenner pour le nombre de ses followers ou pour l’image qu’elle incarne ?

Lorsque l’on choisit une égérie, on choisit aussi un porte-voix. Kendall incarne la femme d’aujourd’hui : une femme en mouvement, dynamique, globe-trotteuse, qui peut s’adonner à plusieurs activités. Kendall est top model, photographe, DJ, elle a sa propre station de radio… En tant que mère de jeunes adultes, je pense que la femme n’aura plus un seul métier mais plusieurs, et elle sera plus que jamais cosmopolite. Le choix de notre égérie était donc une évidence.

Comment avez-vous personnalisé votre bureau ?

Les murs sont tout blancs. Je manipule beaucoup la couleur, les matières, les imprimés, j’ai donc besoin de surfaces immaculées. Côté déco, j’ai une photo de Kate Moss signée Hedi Slimane, des croquis de notre logo déstructuré par l’artiste Ryan McGinness, des bibelots, des mots de mes enfants…

Écoutez-vous de la musique en travaillant ?

Quand je travaille le week-end, oui. J’écoute parfois de la musique classique. Le disco et la variété me donnent la pêche, mais je ne mets jamais d’électro.

Longchamp en chiffres

70 : le nombre d’années de la marque.

1 600 : le nombre de personnes recrutées ces dix dernières années.

3 000 : le nombre d’employés dans le monde.

300 : le nombre de points de vente dans le monde.

80 : les pays où la marque est distribuée.

2000 : l’année où Longchamp a ouvert son site Internet. Un précurseur !

13 : le nombre de langues différentes dans lesquelles s’exprime Longchamp sur les réseaux sociaux.

98,4 millions : le nombre d’abonnés de Kendall Jenner, égérie de la marque, sur Instagram.

7 : le nombre de semaines nécessaires à la réalisation d’un sac unique et personnalisé dans une matière d’exception et selon le design culte du « Pliage », le modèle culte, pliable et léger. Un délai indispensable pour le choix du cuir, sa coupe, puis pour les étapes de piqûres, teinture, assemblage et finition.

25 : sur la quarantaine de pièces qui composent chaque exemplaire de sac, 25 sont en cuir, assemblées minutieusement dans les ateliers. Toujours en quête de finitions parfaites !

À découvrir également