Stefano Colombo, DG de Colmar : « L’éco-durabilité est un chemin que nous devons emprunter »

Infrarouge / Interviews  / Stefano Colombo, DG de Colmar : « L’éco-durabilité est un chemin que nous devons emprunter »

Stefano Colombo, DG de Colmar : « L’éco-durabilité est un chemin que nous devons emprunter »

LE BUSINESS DE LA MONTAGNE (4/4). Eux ne partent pas en vacances à la montagne, ils y vivent et fabriquent les vêtements et matériels des skieurs, amateurs comme chevronnés. Rencontre avec 4 acteurs majeurs de l’économie de montagne.

Quelle est votre plus belle innovation respectueuse de l’environnement ?

L’éco-durabilité devient de plus en plus pertinente pour chaque marque et c’est une tendance venant directement des consommateurs. C’est un chemin que nous devons emprunter, mais en même temps, nous devons savoir qu’il ne s’agit pas d’un sprint, mais d’un marathon car il implique toute la chaîne logistique.

Au cours des dernières années, nous avons accéléré considérablement vers cette voie et je suis très heureux des premiers pas et des résultats obtenus. Je pense qu’à l’avenir, le plus grand défi sera l’économie circulaire, qui nous permettra de préserver l’environnement sans sacrifier la croissance économique.

Quel est le produit que vous avez créé et que les autres vous envient ? 

Nous sommes très fiers de la technologie du graphène, une feuille d’atomes de carbone disposée dans un treillis en forme de nid d’abeille qui offre le meilleur traitement thermique et antibactérien. Nous avons été la première marque du segment de l’habillement à expérimenter cette technique innovante et nous sommes très fiers de cette innovation.

Quelle est votre adresse préférée en montagne ?

Madonna di Campiglio et les Dolomites où j’ai grandi tiennent une place importante dans mon cœur. J’ai eu la chance dans ma vie de visiter de nombreuses belles stations de ski à travers le monde et je suis tombé amoureux des magnifiques spots de montagne en France de la région Rhône-Alpes. Et si je devais mentionner un domaine, je dirais Les Trois vallées.

Comment imaginez-vous la montagne dans 10 ans ?

Économiquement, je vois un grand potentiel. Dans les Alpes avant la pandémie, toutes les meilleures stations enregistraient de meilleurs résultats. Les technologies nous donnent la possibilité d’améliorer la capacité et la vitesse des infrastructures et installations de ski.

Cette croissance doit s’accompagner d’une exploitation responsable de l’environnement, axée sur les ressources durables, le respect de la nature et la préservation du paysage.

Le plus grand défi reste le changement climatique et les conséquences auxquelles nous devons faire face en raison du réchauffement climatique. Pour préserver la beauté et la valeur de la montagne, nous devons agir rapidement avec de forts investissements pour réduire notre impact sur l’environnement, mais c’est aussi un changement culturel car à notre manière, nous sommes tous responsables grâce à notre comportement proactif.

Avez-vous des rêves encore à accomplir en montagne ?

Oui, j’aimerais faire du free-ski au Japon dans la région d’Hokkaido.

Lire aussi : Le ski est-il en train de muter ?

À découvrir également