Top
Infrarouge / Autos  / Thierry Neuville, la bête de course

Thierry Neuville, la bête de course

Le pilote belge Thierry Neuville roule pour la gagne au volant de sa Hyundai i20 WRC. Et ça lui réussit !

Actuellement premier au championnat du monde des rallyes WRC à l’issue de ses deux victoires consécutives, au Portugal et en Sardaigne, le prodige belge, qui vient de fêter ses trente ans, s’est accordé une pause au stand avec Infrarouge pour une interview tirée à quatre épingles. Moteur !

Faut-il être étonné de vous voir sur la première marche du podium ?

Clairement non, c’est le fruit d’un gros travail collectif de la part du team. Depuis mon arrivée dans l’équipe Hyundai, il y a cinq ans, on a tous beaucoup travaillé pour que la voiture progresse, année après année.

Quels sont vos points forts ? 

Je suis un perfectionniste. Je ne veux rien laisser au hasard. Je connais bien la mécanique et le courant passe très bien avec mes techniciens.

Comment devient-on un jour pilote de rallye ? 

Je suis né à côté du circuit de Spa-Francorchamps, dans les Ardennes belges. Tout petit, mon papa m’emmenait voir les courses. Je crois que ça vient de là. Je m’étais promis de devenir pilote un jour… j’ai gravi les étapes. Et puis il y a le jeu Colin McRae Rally, sur PlayStation. J’étais imbattable, je connaissais déjà toutes les spéciales des rallyes !

Avez-vous une devise ?

Qui veut aller loin ménage sa monture.

S’il fallait retenir une anecdote ou un souvenir important dans votre jeune carrière ? 

C’était au rallye d’Allemagne. Lors d’un essai préparatif, je suis parti en tonneaux avec ma Hyundai. Toute la nuit, l’équipe a bossé et ils ont réussi à la réparer. Le lendemain, on gagnait la course. C’était un souvenir extraordinaire. Plus récemment, mes deux dernières victoires, au Portugal et en Sardaigne, où je devance de très peu Sébastien Ogier.

Le rallye que vous aimeriez remporter ? 

Celui de Corse. J’aime tellement la beauté de cette île, sauvage et préservée. Il y aussi la Finlande, qui est un parcours rapide exceptionnel. Enfin, pour l’ambiance, le rallye du Mexique.

Quand vous n’êtes pas au volant de votre Hyundai i20 WRC, que faites-vous ? 

Pour me détendre, je ne peux m’empêcher de passer d’un engin mécanique à un autre et, pour cela, le Jet Ski est grisant. Je viens d’obtenir mon brevet de pilote d’hélicoptère, une autre de mes passions. Dès que je le peux, je m’envole !

Que peut-on vous souhaiter pour cette fin de saison ? 

Remporter le titre pour la première fois et le titre constructeur pour Hyundai, ce serait formidable. C’est une très belle aventure humaine et sportive que nous partageons tous ensemble. Mais, comme on dit, « step by step ». Nous nous rendons en Finlande fin juillet, puis en Allemagne. Après, on verra. Ce qui est sûr, c’est que je ne lâcherai rien.

À découvrir également