Un sacré numéro

Bien sûr, il y a dans ces pages le Spécial Cadeaux qui, par la force de l’écrit ou du pinceau, transforme les parfums en poèmes moléculaires ou la rue de la Paix en paysage alpestre. Bien sûr, il y a le Guide Montagne, chaussé de grands skis en bois, qui trace une autre appréhension du paradis blanc – le premier cadeau Bonux, c’est la blancheur. Bien sûr, il y a ces immenses chefs que l’on célèbre à travers le monde et qui nous livrent leur plus belle Leçon de piano.

Bien sûr, il y a Tokyo qui nous rend plus beau, ces SUV qui nous véhiculent plus haut, ces femmes qui vivent dans les pays chauds, une pléthore de nouveaux restos… et les bancs de Sciences Po. Bien sûr, on vous habillera aussi pour les fêtes, les filles ; on sabrera le champagne, on vous offrira, dans ce Paris où émerge une nouvelle Little Italy, des bijoux qui nous bottent. Ou, pourquoi pas, un dîner au cognac qui rosira vos joues pâles et incendiera vos prunelles.

Bien sûr, il y a le grand écran, les premiers pas d’Ewan McGregor comme réalisateur et le portrait sensible de la ravissante, double et très directe persane Golshifteh Farahani. Tout cela, vous le trouverez dans notre magazine vendu nulle part.

Mais nous, on s’est fait davantage plaisir encore : nous vous offrons Vonnie en une du magazine. Vonnie, qui nous avait scotchés en janvier 2016 : souvenez-vous, en jupette avec ses guiboles affolantes ou en très élégante robe de soirée dans Café Society. Vonnie dont L’Allure* aura traversé tout 2016 pour venir s’épingler comme un papillon Deyrolle sur la une d’Infrarouge.

Un choix évident, so glamour, dicté par la thématique du numéro, le Spécial Cadeaux, dont la date de parution épouse la sortie du dernier film d’Olivier Assayas, le bien nommé et surprenant Personal Shopper. Moi, Kristen Stewart, elle m’enchante, me redonne la vigueur du blé vert, du blé en herbe. Ce blé qui poussera à jamais dans la suite 201 du Ritz.
Éric Valz

* Livre de Paul Morand sur Gabrielle Chanel, chez Hermann, 1976.

À découvrir également