Château d’estoublon

Un week-end pour les huiles au château d’Estoublon

Et s’il s’agissait du week-end d’une vie, où toutes les folies sont permises ? No limit question budget, privilégié que vous êtes, au comportement de seigneur, chic, élégant et raffiné. C’est la vie de château à Estoublon, pour des « grosses légumes » un rien épicuriennes, amatrices de bonnes tables, de bons vins et de bons moments partagés au sein d’une nature radieuse. L’occasion de fêter un mariage ou de recevoir quelques amis.

Le Château d’Estoublon se trouve en plein cœur de la Provence, entre Arles et Avignon. Pour le rejoindre, le TGV reste le moyen de transport le moins à la hauteur de la situation. Au train, même en première classe, on préférera la voiture décapotable voire l’hélico, pour un voyage en résonance avec le manoir qui déploie ses ailes sur 1 500 mètres ; offrant 22 pièces et 10 chambres et suites à vos invités, dans un écrin de verdure, d’oliveraies et de vignes de près de 300 hectares.

Ayant connu des fortunes diverses depuis plus de 500 ans, le bâtiment semble désormais à l’abri d’une mauvaise fortune. Au Château d’Estoublon, c’est comme dans les meilleures stations balnéaires ou de ski de la planète : les butlers des hôtels Les Airelles à Courch’, Pan Deï Palais à Saint-Trop’ ou La Bastide à Gordes connaissent le prénom de vos enfants par cœur. Ça tombe bien : le même proprio, Stéphane Courbit, est à la manœuvre. Il a même proposé au couple Carla et Nicolas Sarkozy une participation minoritaire ; s’offrant ainsi une touche glamour et une belle action de com’.

Mais revenons à nos moutons – il y a 650 agneaux et 800 brebis dans le parc ! L’endroit étant chaque week-end complet jusqu’en octobre, vous risquez de devoir passer votre tour d’ici à la fin de l’année. Mais, dès 2023, c’est promis ! La réservation de cette très belle maison de famille, désormais entre les mains archi-manucurées du LOV Group, vous sera acquise pour un minimum de trois nuits. À vous la vie de château ; la piscine ; le tennis ; les balades à cheval ; les jardins et le potager ; ainsi que les randonnées dans les Alpilles !

Il y a le vin…

Le domaine possède 17 hectares de vignes classées en AOP Baux-de-Provence et conduites en agriculture biologique. Roseblood, c’est son nom, se veut vibrant, avec une minéralité rafraîchissante, comme nous l’explique la solaire Anaïs Maillet, œnologue et directrice de l’exploitation. Un vin rosé que l’on trouve en exclusivité chez Laurent de Gourcuff (les restaurants de Paris Society) ou dans le groupe Bourdoncle (Sénéquier, La Palette, etc.).

Pour les amateurs de rosés, devant la carte des vins, choisir c’est renoncer, c’est bien connu. Eh bien, dans ces établissements, circulez, y a rien à voir ! Ou, plutôt, y a plus rien d’autre à boire ! C’est bien dommage, mais, au moins, ce Roseblood est très bon.

Lire aussi : Ça sent l’été et le rosé !

… Et l’huile d’olive

Moi qui fabrique modestement mes quelques litres d’huile d’olive dans un petit coin des Cyclades, je connais la difficulté d’élaborer une très bonne huile. Récolte manuelle ; nettoyage ; effeuillage ; pressage à maturité – lorsqu’elles sont de couleur verte et non de couleur noire –, le Château d’Estoublon ne rate aucune étape dans son propre moulin pour magnifier ces huiles douces et parfumées.

À la boutique du Château, elles sont toutes là, prêtes à s’offrir en guise d’apéritif à votre petit morceau de pain, avec du poivre et de la fleur de sel : Salonenque ; Bouteillan ; Grossane ; Béruguette et Picholine. Aromatisées également au citron, à l’ail, au thym ou au basilic, elles rivalisent d’élégance dans leurs flacons haute couture.

La Table d’Estoublon

Pour tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir cet hébergement ultra luxueux, il vous reste La Table d’Estoublon. Cette grande terrasse abordable voit les mains du cuisinier belge Wim Van Gorp façonner, entre autres, la meilleure gaufre de la région.

Au rendez-vous également, des cuissons précises et juteuses à la rôtissoire ou au Kamado – un type de barbecue venu du pays du Soleil-Levant. Et quelques plats qui valent le détour : brûle-main de coquillages, persil et poivre de Sarawak en entrée, puis carpaccio de betteraves multicolores du fameux potager et saumon mariné.

Château d’Estoublon, Route de Maussane, 13990 Fontvieille. chateau-estoublon.com
L’huile d’olive AOP bio, en vente en édition limitée sur shop.estoublon.com ; et en épicerie fine au prix de 34,50 € les 50 cl.
Le vin rosé Roseblood, en vente sur shop.estoublon.com ; et dans une sélection de cavistes au prix de 15 € les 75 cl.
Pour y aller : en hélico, c’est ce qu’il y a de mieux. Sinon, le TGV à la gare d’Avignon TGV ou à Arles.

Lire aussi : Terre Blanche, la Provence côté nature

Partager cet article

A lire aussi

48 heures chrono à Dakhla

Dakhla, le joyau du Sahara occidental, s’ouvre à l’écotourisme pour devenir une destination bien-être dont la « cooltitude » est contagieuse.