Une nuit au refuge

Si vous avez encore Les Bronzés font du ski comme souvenir d’une nuit en alpage, vous avez tout faux. Le refuge, c’est une expérience 100 % nature, un peu roots, authentique, totalement inoubliable et qui fait de plus en plus d’adeptes.

 

 

La tête dans les étoiles au lac du Lou

Des Menuires comme de Val Thorens, partez tôt pour profiter de la vue et de la terrasse, qui se trouve en plein soleil l’après-midi. Vous vous imprégnerez du calme qui règne à 2 300 mètres d’altitude. Tout est suspendu, bienfaisant… Après deux ans de travaux (et de fermeture), le refuge rouvre cet hiver. Tout en pierre et bois, cosy et nature à la fois, son nouveau bâtiment perpétue le style des chalets de la vallée des Belleville. Vous ne dormirez à la dure dans aucun de ses trois dortoirs, mais dans des lits confortables, les étoiles plein les yeux. La voûte céleste est d’une époustouflante pureté. Si vous venez entre amis, réservez l’ancienne petite maison d’alpage, elle peut accueillir douze personnes.

lesbelleville.fr/refugedulou/

Rendez-vous à Terre Rouge

À Valmeinier, au cœur de la vallée de la Neuvache, ce refuge est un nouveau point de passage pour faire le tour du mont Thabor. Si vous êtes des marcheurs confirmés, vous pouvez aussi rejoindre le sentier de la Grande Traversée des Alpes (GTA). Construit sur un ancien chalet d’alpage – c’est son premier hiver –, il rappelle par son architecture les hôtels perdus dans la neige du Grand Nord. D’où ses petites touches de modernité qui contrastent avec l’esprit local. En préparant votre couchage dans l’un des six dortoirs de quatre à huit places, vous aurez l’impression d’être ailleurs, de vivre une aventure en totale symbiose avec les sommets. Sachez aussi que Marie-Paule Faugeras, qui veille sur le refuge, est un cordon bleu. À toute heure, assiettes de charcuteries, de fromages et crêpes maison sont à disposition des affamés des cimes.

refuge-terre-rouge.fr

Vue panoramique au Bostan

On y monte de Samoëns ou de Morzine. Prévoyez deux heures en ski de fond ou en raquettes, avec un dénivelé de 450 à 700 mètres selon l’itinéraire. Le parcours est facile, même pour les débutants. Cette randonnée très agréable – en toute saison – s’achève sur un panorama fantastique. Outre le fait qu’il est situé sur l’adret de la montagne, donc baigné de soleil, il fait face aux Dents d’Oddaz, dans les Dents Blanches occidentales, et à la Tête de Bostan d’un côté, et, de l’autre, au Bargy et à la chaîne des Aravis. Il met à disposition 70 couchages, en sept dortoirs de cinq à douze lits. Si, jusqu’à l’été dernier, l’eau y était précieuse, il vient de subir un
« lifting » énergétique, le rendant autonome pour sa production d’eau chaude et d’électricité.

lerefugedubostan.com

Une étape spa en Vanoise

Autrefois, il était tenu par des moines. La petite chapelle qui le jouxte le rappelle et vous fait plonger dans l’histoire de la Savoie. Après leur départ, il a été transformé en fruitière avant de donner refuge aux randonneurs. À deux heures de marche de Pralognan-la-Vanoise, ce confortable chalet peut servir de campement pour des marches courtes. On s’y sent bien. Ses chambres de quatre à six lits sont presque luxueuses, car équipées de douches et de toilettes indépendantes. Après l’effort, les réconforts du hammam, du jacuzzi et du spa sont les bienvenus. Une remise en condition parfaite pour un dîner typiquement savoyard.

lerocdelapeche.com

Refuge du Plan, un bon plan

Que vous soyez skieur de l’extrême ou randonneur du dimanche, rendez-vous au Refuge du Plan. Méribel oblige, on craque pour son esprit déco qui joue par petites touches l’esprit maison de vacances. On y est bien. C’est un lieu vrai, au-dessus du lac de Tueda. Sa vue sur le mont Vallon est superbe. On peut y venir juste pour dîner ou dormir. Il faut impérativement réserver à l’avance, et être quatre au minimum. Ici, pas de dortoirs, mais trois chambres pour un total de douze personnes. Sa table, qui n’offre que le dîner, est réputée pour ses trois plats uniques : raclette, fondue savoyarde et pierrade.

refugeduplanmeribel.com

Le refuge, mode d'emploi

Avant de partir, appelez toujours pour réserver et vérifier les conditions météo. Ayez des vêtements chauds de rechange et une lampe frontale, car le soleil se couche tôt en altitude. Couettes, couvertures, oreillers sont fournis, mais pensez à emporter un drap de sac. On dort en dortoir, mais, comme celui-ci s’adapte de plus en plus aux besoins actuels, vous disposez de petites chambrées de deux à quatre personnes. Top en famille ! Attention, les portables ne passent pas forcément et les recharges d’appareil ne sont pas toujours possibles. C’est aussi cela qui fait le charme du refuge. On déconnecte totalement !

À découvrir également