Le vrai-faux de l’écologie

Infrarouge / Lifestyle  / Société  / Le vrai-faux de l’écologie

Le vrai-faux de l’écologie

Puisque le vert est passé à toutes les sauces, comment s’y retrouver ? À défaut d’arrêter de produire du CO2, quatre vérités et contre-vérités sur nos usages quotidiens.

Les citadins polluent plus que les ruraux

FAUX

Même si l’on sait que les petits oiseaux et les grands arbres verts sont les amis de l’écologie, contrairement aux embouteillages pétaradants et aux usines noircies, la vérité est à tomber de sa chaise : les ruraux polluent plus que les citadins. Et, finalement, cela tient de la pure logique. Les habitants des grandes villes utilisent peu leur automobile (quand ils en ont une), leur préférant les transports en commun et/ou le vélo ; alors que ceux des campagnes l’empruntent quotidiennement pour des trajets plus longs.

Par ailleurs, les logements en ville sont plus petits, bouffent moins d’énergie et émettent donc moins de CO2. Cet écart se confirme entre les petites et les moyennes agglomérations. Selon l’Observatoire du bilan carbone des ménages, « le bilan carbone des foyers habitant dans les agglomérations de moins de 20 000 habitants est le plus élevé : 4352 kg de CO2, contre 3495 kg de CO2 pour celles comprises entre 100 000 et 199 999 habitants ». Et si on construisait les villes à la campagne ?

L’épargne pollue plus que les 4×4

VRAI

Vous n’y aviez peut-être jamais songé ; mais, en plus d’être la cause de certains emmerdements personnels, votre compte bancaire peut être une source de… pollution. « Alors que les six groupes bancaires français affichent depuis 2015 leur volonté de s’aligner avec les objectifs de l’accord de Paris, ces engagements en restent très largement au stade des promesses », dénonce l’ONG Oxfam France.

Le principal problème ? L’argent que les banques octroient au soutien et au développement de nouveaux projets de pétrole et de gaz. Toujours selon l’ONG, l’empreinte carbone des grandes banques françaises représenterait près de huit fois les émissions de gaz à effet de serre de la France entière ; et atteindrait plus de 3,3 milliards de tonnes équivalent CO2. La parade ? Oublier son 4×4 une bonne fois pour toutes ; mais, surtout, se pencher à deux fois sur l’empreinte de ses placements financiers.

Le nucléaire produit un max de CO2

FAUX

En 2019, une étude BVA pour Orano révélait que 69 % des Français pensaient que le nucléaire influait sur le réchauffement climatique. Or, si la question des déchets et des accidents est bien réelle, le nucléaire se révèle une source d’énergie « proprissime ». Elle se place même devant les éoliennes et les panneaux solaires en termes de production de CO2 nécessaire pour produire un kilowatt-heure.

La France est notamment la championne hors catégorie avec des centrales qui produisent seulement six grammes de CO2 par kWh ; contre 12 pour les éoliennes ; 50 pour les panneaux solaires ; et… 800 pour le charbon (chiffres ADEME, agence de la transition écologique).

Plus on est riche, plus on pollue

VRAI

« La quantité de CO2 est clairement croissante avec le niveau de vie, et plus spécifiquement avec la capacité à consommer des loisirs », explique l’Observatoire du bilan carbone des ménages. Le bilan carbone par individu est notablement plus élevé au sein des foyers des cadres supérieurs ; avec 8 580 kg de CO2 par individu contre 7 388 kg de CO2 pour l’ensemble.

La cause de cette injustice à l’envers ? Les transports avec de plus grosses voitures et l’usage de l’avion, gros responsable des émissions de CO2. Ainsi, 59 % des cadres supérieurs font au moins un voyage en avion au cours de l’année. L’avion pèse ainsi 38 % des émissions transport des cadres supérieurs. Les ménages les plus modestes (moins de 1 250 euros nets mensuels) sont, eux, les champions des bilans carbone les plus faibles. Ça ne les consolera pas, mais c’est toujours ça de pris.

Lire aussi : 1970 vs 2020 : quelles années polluent le moins ?

À découvrir également