Fragrances d’été, le temps des infidélités

À quoi bon jurer un amour exclusif à son parfum ? L’été n’est-il pas le temps délicieux des expérimentations, le moment idéal pour céder à la tentation d’un autre sillage qui nous suivrait comme notre ombre le temps d’une saison ?

 

Lionel Paillès

[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Des fleurs blanches, sinon rien !

Le parfum de ma vie : je n’aime que ces fleurs capiteuses à la pureté infinie, absolus de féminité. Dans l’ordre de mes préférences : jasmin (J’Adore, Dior), tubéreuse, muguet et lys (Baiser Volé, Cartier), en soliflore ou en bouquet, peu importe.

L’amour d’été : un bouquet de jasmin et de néroli rafraîchi d’écorce d’orange et de petit grain dans un esprit eaux fraîches. Paris-Riviera, Chanel, 112 € les 115 ml.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Et la lumière fut !

Le parfum de ma vie : plus que la fraîcheur, c’est bien la lumière qui jaillit d’un parfum que je recherche, celle de Cristalle (Chanel) ou de L’Eau d’Issey Pure (Issey Miyake).

L’amour d’été : La clarté éblouissante d’un soleil écrasant sur un bouquet de fleurs blanches. Osmanthus, Signatures of the Sun, Acqua di Parma, 205 € les 100 ml.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

La douceur du lait

Le parfum de ma vie : comme l’écho d’un souvenir d’enfance, j’adore la note lait, suave et chaleureuse, particulièrement dans Tome 1, la Pureté (Zadig & Voltaire), Lumière Blanche (Olfactive Studio) et Élixir des Merveilles (Hermès).

L’amour d’été : les effluves lactés de riz s’allègent d’un souffle frais et iodé de bergamote. Le Chant de Camargue, L’Artisan Parfumeur, 125 € les 100 ml.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »60″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Tea for two

Le parfum de ma vie : qu’elle soit florale et transparente (CK One, Calvin Klein) ou encore boisée et fumée (La Treizième Heure, Cartier), la note thé avec sa grande naturalité me transporte de plaisir.

L’amour d’été : belle infusion de « nouveau-thé » que cette Cologne intense qui irradie de bonté et de bonheur. Moon River, Huygens, 98 € les 100 ml.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

La note verte

Le parfum de ma vie : j’aime l’odeur gaie de la feuille froissée, de la tige coupée, le croquant de la note potagère qui rappelle le petit pois (L’Eau de Campagne, Sisley Paris), celle plus terreuse du galbanum qui se marie à l’élégance de l’iris (N°19, Chanel).

L’amour d’été : l’effluve herbacé flirte avec un léger effet mentholé qui fait penser à la pastille Vichy. L’Eau d’Armoise, Serge Lutens, 120 € les 100 ml.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Cocktail grisant d’agrumes

Le parfum de ma vie : hiver comme été, je suis boosté par la vivacité et la générosité de la bergamote, de la mandarine, de l’orange et du citron. Mes talismans olfactifs : l’Eau de Rochas et Voyage d’Hermès.

L’amour d’été : une vague d’agrumes (orange, bergamote et mandarine) et de gingembre pour un parfum unisexe. Afternoon Swim, Louis Vuitton, 210 €
les 100 ml.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Partager cet article

A lire aussi
Olympiae 2024

On a testé pour vous Olympiae 2024

Pour fêter les Jeux olympiques qui se tiendront cet été à Paris, les clubs de sports s’amusent à imaginer des cours qui mixent plusieurs disciplines. On a testé Olympiae 2024 à L’Usine Saint-Lazare.

L’univers très arty de la Maison Glenfiddich

En donnant carte blanche au collectif Obvious, qui développe des algorithmes générateurs d’œuvres d’art, la Maison de whisky Glenfiddich met une nouvelle fois les artistes à l’honneur et nous propose un regard nouveau sur ses savoir-faire. Explication avec Lauriane Curci, Head of Marketing & Cultural Partnerships au sein de Glenfiddich France.

parfums printemps 2024

Parfums : quoi de neuf ce printemps 2024 ?

Le parfum devient historique, une Maison renaît, la génération Z veut être riche et on enfile les nouvelles créations comme des pulls sur une peau nue. C’est tentant, déboussolant, addictif. On aime.

bon marché tous fadas

Bon Marché : tous fadas sur la rive gauche !

On l’attend chaque année avec impatience : l’installation estivale du Bon Marché sera en place à partir du samedi 27 avril. Et cette fois, c’est dans la cité phocéenne qu’on est conviés à prendre nos quartiers d’été.