Julien Blanchi (TBS) : «L’écoconception sera la norme de l’industrie du textile»

Infrarouge / Interviews  / Julien Blanchi (TBS) : «L’écoconception sera la norme de l’industrie du textile»

Julien Blanchi (TBS) : «L’écoconception sera la norme de l’industrie du textile»

Trois questions à Julien Blanchi, directeur général de TBS.

Quelle est votre plus belle innovation dans le domaine du respect de l’environnement ?

La Re-Source évidemment, une sneaker unisexe recyclée et recyclable à l’infini où aucun démantèlement, étape complexe et énergivore n’est nécessaire pour son recyclage. Une première mondiale ! Au travers du projet Change for Good, orientation stratégique et environnementale du Groupe ÉRAM, nos équipes développement ont pensé le produit dès sa conception pour répondre aux problématiques de recyclage. C’est de loin notre plus belle innovation, récompensée par le premier trophée de la mode circulaire en octobre 2020 !

Quel est le produit que vous avez créé et que les autres vous envient ?

Il y a presque 40 ans, nous avons créé une tennis femme fabriquée en France avec une bulle d’air. Ces chaussures iconiques viennent d’être revisitées grâce au modèle Bettyli. Au mois d’octobre, nous aurons le plaisir de vous présenter une version de ce modèle toujours plus respectueuse de l’environnement et issue d’une fabrication française artisanale. Toutes ces chaussures utilisent une laine française cardée en Bretagne. Elles seront produites dans notre usine de Jarzé (Maine-et-Loire), l’une des dernières du genre sur le territoire.

Comment imaginez-vous le textile dans dix ans ?

L’écoconception sera la norme de l’industrie du textile, les challenges et les innovations se porteront sur la santé et le bien-être procurés par les vêtements. L’innovation est un pilier de la stratégie de TBS. Cela fait 43 ans que nous innovons et nos ingénieurs recherchent quotidiennement les matières et les technologies de demain, toujours plus respectueuses de l’environnement, plus durables et répondant à notre raison d’être : le confort.

Lire aussi : François Gabart, en quête de défis

À découvrir également