La légende a le vent en poupe

En relançant le célèbre bureau Ozoo, Roche Bobois fait rimer « passé » avec « modernité ». Retour sur la légende Ozoo et les rééditions phares de l’année.

Audrey Poux

[vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Dessinés par le designer Marc Berthier en 1968, le célèbre bureau Ozoo et sa chaise retrouvent cette année une seconde jeunesse dans le catalogue Roche Bobois. Pièces emblématiques des Swinging Sixties, ce combo au chic plastique a fait des émules en son temps, avant de passer à la postérité en prenant place dans l’exposition « Mobi Boom » du musée des Arts décoratifs à Paris en 2010. Originellement destinée aux enfants, la collection Ozoo a rapidement fait un carton chez les adultes, qui s’approprient ces pièces pop et ultralégères aux lignes arrondies. Construit à la façon d’un monolithe en une seule pièce, le bureau fut fabriqué à grande échelle et distribué massivement. « Cette décision était en totale rupture avec les us et coutumes de la maison, déjà positionnée sur le haut de gamme », nous confie Gilles Bonan, président du directoire de Roche Bobois. Mais Berthier a été convaincant et son idée de rendre le design accessible nous a séduits. Pour réaliser son rêve, la technique du moule s’est imposée naturellement. « Dans le cas d’Ozoo, on peut affirmer que la révolution précède la production, tant le concept de Berthier était moderne pour l’époque »,
ajoute Gilles Bonan.

Une performance industrielle

Il s’agissait de la première ligne de mobilier à être fabriquée en France à partir de polyester et de fibre de verre. La résine était ensuite laquée dans des couleurs emblématiques des années 60. Pour rester fidèle à la production d’origine, Gilles Bonan explique « s’être servi d’un vieux bureau vintage pour refaire le moule à l’identique ». Côté couleurs, blanc, noir, jaune, rouge et taupe se fondent toujours à merveille dans les décors contemporains. À la veille du cinquantenaire de Mai 68,Roche Bobois reste dans le tempo en célébrant son icône maison. La révolution Ozoo est de nouveau en marche.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »11439″ img_size= »960×1440″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »50px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Quatre questions à Gilles Bonan,

président du directoire de Roche Bobois

[/vc_column_text][vc_empty_space height= »20px »][vc_single_image image= »11441″ img_size= »large »][vc_empty_space height= »30px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]

Quelle est l’histoire du nom « Ozoo » ?

En se rendant chez son fournisseur, qui habitait en face du zoo de Vincennes, Marc Berthier avait l’habitude de dire : « Je vais au Zoo ! »

Comment est venue l’idée de la réédition ?

Il y a sept ans, j’ai acheté un bureau Ozoo chez un antiquaire de Bruxelles et, en voyant ma fille s’en servir tous les jours, je l’ai regardé de plus près. J’ai vu que nous étions proches du cinquantenaire de ce bureau, alors j’ai appelé Marc Berthier…

Qu’est-ce qui rend cette pièce aussi moderne encore aujourd’hui ?

Son dessin intemporel et ses couleurs vivifiantes. Même le noir est lumineux et apporte de la lumière à n’importe quel intérieur.

Toutes les pièces sont-elles rééditables ?

Absolument pas ! Chez Roche Bobois, par principe, on ne prospère pas sur l’utilisation de notre patrimoine. Mais quand on le fait, c’est avec conviction.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »100px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Les rééditions

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »50px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11432″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Lampe Pausania, design Ettore Sottsass, 980 €. artemide.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11431″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Lampe Butterfly, design Sven I. Dysthe, 259 €. northern.no

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11427″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Fauteuil Tre Pezzi, design Franco Albini, Cassina Collection I Contemporanei, 6 020 €. cassina.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11426″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Chaise longue 522 Tokyo outdoor, design Charlotte Perriand, Cassina Collection, à partir de 4 650 €. cassina.com

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11459″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Banc Outdoor, design Paola Navone, Serax, 738 €. serax.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11435″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Corbeille ronde en laiton, design Ufficio Tecnico Alessi, 95 €. alessi.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11437″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Lounge Chair LLC04, design Maarten Van Severen, à partir de 5 383 €. depadova.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11436″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Sous-assiette en laiton, design Ufficio Tecnico Alessi, 70 €. alessi.com

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11438″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Low Chair LC03, design Maarten Van Severen/Fabian Schwaerzler, à partir de 1 618 €. depadova.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11434″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Tasse à moka, Bavero, design Achille Castiglioni, 50 € le set. alessi.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11430″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Applique Birdy, design Birger Dahl, 299 €. northern.no

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11429″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

auteuil Egg, design Arne Jacobsen, édition spéciale 60e anniversaire, 12 295 € et repose-pieds, 2 732 €. silvera.com

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_single_image image= »11428″ img_size= »3000×3000″][vc_column_text]

Fauteuil The Pot, design Arne Jacobsen, Fritz Hansen chez Silvera, 1 367 €. silvera.com

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row]

Partager cet article

A lire aussi
soldeu

Pyrénées : Retour à Soldeu

Pour une vivifiante expérience pyrénéenne, versant Andorre, on prend ses marques à l’Hermitage Mountain Lodge, un chalet exclusif du Sport Hotel Hermitage, où l’authenticité règne en majesté. Sans oublier les bienfaits d’une pause au Spa Valmont.