Six garde-temps inoxydables pour hommes

Certains garde-temps iconiques accumulent les ans comme un patineur artistique les doubles axels. Le milieu horloger, plus que tout sensible au passé, à la tradition et à la transmission, glorifie ces carrières « à rallonge ». Retour sur six de ces « marathoniennes horlogères », qui caracolent en tête des ventes.

 

Nicolas Dembreville

[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Omega

Né en 1957, ce chronographe foule le sol lunaire en 1969. D’abord développée pour la course automobile, la Speedmaster devient alors un mythe horloger. Un petit pas pour l’homme… un grand pas pour Omega ! Pour fêter le 50e anniversaire de cet exploit, la marque réédite, à peine modifié, un modèle en or jaune sorti en 1969 et qui rendait déjà hommage en son temps à la mission Apollo 11.

Omega Speedmaster Moonwatch 50e Anniversaire d’Apollo 11,

32 000 €.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Rolex

Cela fait près de 75 ans que cette sportive chic arbore la même ligne générale. Classique, fiable et solide, la Datejust de 36 millimètres a pour credo l’élégance et l’intemporalité. Son fameux boîtier Oyster, étanche à 100 mètres, s’orne d’une assez spectaculaire lunette cannelée. Son cadran reçoit un guichet date, placé derrière une loupe Cyclope. Pratique !

Rolex Oyster Perpetual Datejust 36,

7 500 €.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Jaeger-LeCoultre

Avec elle, on a deux montres en une. Sur le recto de cette Reverso, le cadran indique l’heure et les minutes ainsi que la petite seconde à 6 heures. Sur le cadran du verso prennent place un second fuseau horaire et l’information jour/nuit. C’est sa faculté à pivoter sur elle-même, originalité horlogère imaginée dès 1931, qui donne à cette montre son caractère bicéphale.

Jaeger-LeCoultre Reverso Tribute Duoface,

10 500  €.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »80″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Panerai

Apparue en 1936, la Radiomir est l’une des premières montres de plongée au monde. Cette variante California en acier de 47 millimètres s’inspire d’une série utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale. Très dépouillé, son cadran ne reçoit aucune indication de marque, comme à l’époque. Cette version témoigne donc d’une grande cohérence historique.   

Panerai Radiomir California 47 mm,

8 500 €.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Cartier

Revisitée l’an passé dans le respect du dessin initial, la Santos revient dans une nouvelle mouture. Elle demeure néanmoins fidèle aux formes carrées et aux vis fonctionnelles de son illustre aïeule, lancée en 1904. Ce Grand Modèle en or rose est proposé avec deux bracelets, alligator et veau. Ils sont interchangeables au gré des envies, via le très pratique système QuickSwitch.

Cartier Santos Grand Modèle Or Rose,

18 000 €.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

Blancpain

Cette version contemporaine de la mythique plongeuse se rapproche du premier opus, lancé par Blancpain en 1953. À cette époque, la Fifty Fathoms (ou 50 brasses) est destinée aux militaires. Le commandant Cousteau la porte dans Le Monde du silence, documentaire de Louis Malle, palme d’or à Cannes en 1956. Ce rôle va la faire connaître du grand public et elle devient vite l’égérie des clubs de plongée dans les années 60-70.

Blancpain Fifty Fathoms,

14 670 €.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Partager cet article

A lire aussi
week-end en europe

Où partir en Europe le temps d’un week-end ?

Après une semaine harassante, rien de mieux que de partir pour mettre son cerveau en mode « repos » et « évasion ». Voici notre sélection de séjours en Europe, à quelques heures max de la capitale. Profitez bien !

Olympiae 2024

On a testé pour vous Olympiae 2024

Pour fêter les Jeux olympiques qui se tiendront cet été à Paris, les clubs de sports s’amusent à imaginer des cours qui mixent plusieurs disciplines. On a testé Olympiae 2024 à L’Usine Saint-Lazare.

L’univers très arty de la Maison Glenfiddich

En donnant carte blanche au collectif Obvious, qui développe des algorithmes générateurs d’œuvres d’art, la Maison de whisky Glenfiddich met une nouvelle fois les artistes à l’honneur et nous propose un regard nouveau sur ses savoir-faire. Explication avec Lauriane Curci, Head of Marketing & Cultural Partnerships au sein de Glenfiddich France.