Montres : Oris, moderne et patrimoniale

Dans un marché en pleine évolution, rien ne vaut une valeur sûre, une montre patrimoniale inscrite dans l’histoire, mais qui sait s’adapter aux citoyens du monde d’aujourd’hui.

Catherine Jazdzewski

The place to be dans le quartier Montorgueil, c’est au 71 de la rue d’Argout, l’adresse de l’enseigne Oris. Une boutique horlogère au concept home made qui reflète parfaitement les valeurs et l’histoire de cette maison suisse.

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Oris a été fondée en 1904 à Hölstein. Restée indépendante, hormis un bref passage au sein du Groupe Swatch, elle est toujours installée dans cette vallée de Waldenburg. Née de la passion d’horlogers pour la maîtrise du temps, la marque s’est développée dans un univers masculin où le dépassement de soi était une ligne de vie. Elle a toujours conçu des fonctionnalités qui permettent de remporter des challenges tout en designant des cadrans extrêmement bien carrossés.

Oris puise dans son patrimoine

Ainsi, la mythique Big Crown est inspirée d’un dessin de Le Corbusier, ami de la maison. Cette saison, cette montre au cadran surdimensionné, qui a été mise au point pour les aviateurs et qui doit son nom à ceux de l’US Army, a inspiré une édition limitée à 250 exemplaires seulement : la Hölstein Édition 2021.

Puiser dans son patrimoine et en adapter les codes pour répondre aux attentes contemporaines, mettre de l’émotion dans la technologie, c’est pour Rolf Studer, son chief executive officer, construire le futur. « Nous préférons fabriquer des montres pour les passionnés d’horlogerie plutôt que pour une poignée de privilégiés », explique-t-il.

Quand les montres d’hommes habillent le poignet des femmes

Ce que les collectionneurs retiendront… Cette Hölstein Édition 2021 présente un nouveau boîtier inspiré du modèle d’origine en acier inoxydable et elle est équipée du mouvement automatique Calibre 403 ; soit une réserve de marche de cinq jours et une protection des mouvements contre les champs magnétiques. Elle est aussi la première Big Crown à avoir un cadran 38 mm ; ce qui permettra aux femmes de la porter. Et on sait combien aujourd’hui les montres d’hommes filent habiller les poignets féminins… Son prix : 3 400 euros.

L’an passé, Oris avait présenté son révolutionnaire mouvement automatique sur l’Aquis Date. Il se décline désormais dans une série 41,5 mm en trois couleurs : bleu, vert et anthracite.

Lire aussi : Amanda Mille, à cent à l’heure

Partager cet article

A lire aussi
Olympiae 2024

On a testé pour vous Olympiae 2024

Pour fêter les Jeux olympiques qui se tiendront cet été à Paris, les clubs de sports s’amusent à imaginer des cours qui mixent plusieurs disciplines. On a testé Olympiae 2024 à L’Usine Saint-Lazare.

L’univers très arty de la Maison Glenfiddich

En donnant carte blanche au collectif Obvious, qui développe des algorithmes générateurs d’œuvres d’art, la Maison de whisky Glenfiddich met une nouvelle fois les artistes à l’honneur et nous propose un regard nouveau sur ses savoir-faire. Explication avec Lauriane Curci, Head of Marketing & Cultural Partnerships au sein de Glenfiddich France.

parfums printemps 2024

Parfums : quoi de neuf ce printemps 2024 ?

Le parfum devient historique, une Maison renaît, la génération Z veut être riche et on enfile les nouvelles créations comme des pulls sur une peau nue. C’est tentant, déboussolant, addictif. On aime.

bon marché tous fadas

Bon Marché : tous fadas sur la rive gauche !

On l’attend chaque année avec impatience : l’installation estivale du Bon Marché sera en place à partir du samedi 27 avril. Et cette fois, c’est dans la cité phocéenne qu’on est conviés à prendre nos quartiers d’été.