restaurants février 2024 paris

Les restaurants à tester en février 2024 à Paris

En ce mois de février, le froid persiste et nous incite à rentrer directement au chaud le soir. Voici ainsi six bonnes raisons d’affronter ce froid, six restaurants à découvrir sans plus attendre !

Clarisse Courtier

Pasta et panorama chez Vecchio

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par VECCHIO (@vecchio_paris)

Voilà un rendez-vous au sommet à ne pas manquer : la résidence italo-américaine au Perchoir Ménilmontant. Perché au 6e étage, ce restaurant aux airs de loft new-yorkais et éclairé à la bougie offre une atmosphère à la fois brute et intimiste. L’excitation monte, et pour cause : on découvre à la carte un arancino au cheddar bien dodu accompagné de sa sauce mayo, des meatballs plongées dans une sauce marinara dont on ne laissera pas une trace ou encore l’incontournable NYC pizza aux pepperonis et jalapeño.

Seule inquiétude, garder l’appétit pour les plats de pasta : les classiques fusilli alla vodka dont l’origine de la recette reste encore un mystère entre New-York et l’Italie, les bucatini au citron et à la poutargue et enfin, celles qu’on attendait le plus, les linguine Alfredo au romarin et déluge de truffe fraîche. Un sans faute pour le chef Gianmarco Gorni qui, accompagné de son acolyte Hubert Niveleau en salle, a posé ses casseroles en cuisine jusqu’à fin mars. Ne tardez plus à réserver votre table !

Carte : environ 50€

Vecchio, Le Perchoir Ménilmontant, 54 rue Crespin, 75011 Paris. leperchoir.fr

Le Petit Parc, petit restau, grande cuisine

Situé dans le XVIIe arrondissement, ce restaurant à la cuisine française se démarque des autres grâce à sa décoration exotique alliant raffinement et originalité. Murs au tissu léopard s’accordent donc avec les nappes blanches élégantes d’une brasserie.

À la carte, on retrouve les classiques de la cuisine française avec un goût prononcé pour la générosité et la gourmandise : assiettes de charcuterie à partager, camembert rôti au four, tartare de bœuf Aubrac ou encore l’incontournable crottin de chèvre chaud, entrée signature du restaurant.

Côté liquides, on découvre une belle sélection de vins français et cocktails créations qui ont, comme les assiettes, pour volonté de rester accessible et ainsi se faire plaisir sans casser la tirelire.

Carte : environ 50 €

Le Petit Parc, 14 rue de Thann, 75017 Paris. lepetitparc-paris-17.fr

Chez Minnà pour contrer le froid

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par PARIS | RESTAURANT CORSE (@chezminna)

Un vent du sud souffle dans le Xe arrondissement ! Chez Minnà, restaurant corse, accueille gourmands et gourmandes à la recherche de réconfort en ces temps froids. Fromages corses affinés accompagné de confiture de figue, beignets de courgettes à tremper dans une sauce au yaourt, cannelloni au fromage frais corse ou encore côte de cochon et polenta croustillante aux olives ; la générosité est de mise.

Tirées des livres de grands-mères corses, les recettes sont ensuite revisitées par le chef avec une présentation soignée alliée à une ambiance tamisée aux bougies le soir ; le lieu idéal pour un dîner en tête à tête.

Carte : environ 45 €

Chez Minnà, 20 rue d’Hauteville, 75010 Paris. chez-minna.com

Bonnard, sexy veggie

Une cuisine généreuse, gourmande et soucieuse de travailler des produits de saison issus de circuits courts : voici le pari de ce restaurant végétarien. Ce mois-ci, on déguste ainsi un velouté de topinambours à la vanille, une poêlée de chanterelles et crème de maïs, un risotto à la crème de courge fumée ou encore des généreux gnocchis de pomme de terre truffés et crème à la truffe.

On vous assure que vous ne ressortirez pas le ventre vide ! Mais si une petite faim se fait encore ressentir après les plats, optez alors pour le moelleux au café et aux noix. Pour accompagner le tout, une belle variété de vins français biologiques termine de mettre tout le monde d’accord.

Carte : environ 50 €

Bonnard, 18 rue des Gravilliers, 75003 Paris. bonnard-marais.com


Lire aussi : La grande gastronomie prend le tournant du végétal


Aller simple au Japon chez Zakuro

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Zakuro ざくろ (@zakuro.paris)

En février, direction le Japon ! Le pas de la porte à peine franchi, l’immersion est totale. Avec son comptoir central donnant sur la cuisine ouverte et ses quelques tables en bois supplémentaires, seulement 14 chanceux ont la chance de découvrir Zakuro à chaque service.

À la carte, pas de sushis mais plutôt une cuisine traditionnelle comme dans un véritable izakaya qui invite au partage : pomme de terre en tempura, Akami de thon mi-cuit aux deux sésames ou encore moelleux au matcha en dessert. Côté boissons, une belle carte de sakés complète ce voyage culinaire.

Carte : environ 40€

Zakuro, 4 rue de Port-Mahon, 75002 Paris. zakuro.fr

Ouverture imminente pour Hando

Après le succès de sa première adresse rue de Sèvres, Hando vient conquérir la rive gauche en dévoilant une seconde table à deux pas de la Place Vendôme. On y déguste les recettes de handrolls et autres assiettes de partage qui ont bâti la réputation du lieu comme la salade shiitake wakame ou le tartare Toro et nori ; mais aussi de nouvelles créations comme un handroll wagyu-oursin. Comme dans le premier établissement, on s’attable à un grand comptoir central afin d’admirer les chefs en action nous servir les assiettes une à une et profiter de la fraîcheur des ingrédients.

Carte : environ 30 €

Hando, 25-27 rue Danielle Casanova, 75001 Paris. hando-paris.com


Lire aussi : Les ouvertures de restaurants les plus attendues en 2024 à Paris


Photo de Une : Bonnard, crédit Anna Kaminova

Partager cet article

A lire aussi
jane de busset

Jane de Busset, la tradition a du bon

Pour redonner un coup de frais à votre visage, rendez-vous au centre d’esthétique Jane de Busset, rue Pasquiet dans le VIIIe arrondissement parisien. C’est le spot confidentiel des aficionados du grand ménage facial. La bonne adresse à se refiler entre copines.

road trip tarentaise

Road trip dans la Tarentaise, à la croisée des mondes d’excellence

Exigence, perfection, sensation. C’est dans le paysage blanc de la vallée de la Tarentaise, au volant d’une Mercedes-AMG GT 63 S E Performance, que cette trilogie d’excellence prend toute sa mesure. Un road trip à la rencontre des métiers d’art qui font la force des stations de Méribel, Courchevel et Saint-Martin-de-Belleville.