A changement climatique, changement de comportement ?

Infrarouge / Lifestyle  / Evasion  / A changement climatique, changement de comportement ?

A changement climatique, changement de comportement ?

Et si l’on ralentissait ? À l’heure où un jet vous transporte à l’autre bout du monde en une douzaine d’heures, de nombreux voyageurs préfèrent privilégier des modes de vacances plus cool, plus respectueux de l’environnement. Un retour à la nature en forme d’éloge de la lenteur.

 

Si la tendance est sensible, au sein de la population qui nie de moins en moins les effets de la pollution sur notre vie quotidienne, elle s’exprime désormais dans les choix des candidats au voyage. Dans un article récent, la revue scientifique Nature Climate Change soulignait que si le tourisme n’est pas anodin dans le changement climatique, les voyageurs ont de plus en plus conscience de leur rôle dans la partie. Ce qui se traduit par des changements de comportement chez les touristes, mais aussi chez les voyageurs fréquents, ceux qui sautent d’un avion dans l’autre pour leurs affaires. Parce qu’il est désormais prouvé que les émissions des avions représentent 3 % de l’émission de gaz à effet de serre pour l’Europe, certains décident carrément de ne plus emprunter ce moyen de transport. Un mouvement particulièrement suivi en Suède, où les consommateurs ont lancé le Flygskam (Flight Shame) destiné à inciter à limiter les voyages en avion. Résultat : 4 % de baisse des fréquentations aériennes dans le pays en quelques mois…

Face à de telles modifications du comportement, les professionnels réagissent. Toujours en pointe, le Club Med mène une politique RSE (responsabilité sociale des entreprises) très engagée, ainsi que l’explique Agnès Weil, la directrice du développement durable : « Tous nos projets sont axés sur la protection de l’environnement, des choix énergétiques économes et, d’ici 2021, l’intégralité de nos villages sera certifiée Green Globe. Nous supportons aussi l’agriculture locale et nos sites intégrés permettent de limiter les déplacements internes. De même, chaque fois que c’est possible, nous proposons à nos clients des modes de transports alternatifs. » En ouvrant ses villages de montagne pendant l’été, le Club Med entend également inciter les touristes à voyager moins loin, en utilisant le train plutôt que l’avion et en privilégiant les séjours plus longs. Du côté des activités, c’est évidemment le vert qui domine avec des offres de randonnées pédestres, de circuits à VTT, de découverte de la nature. Un mode de vacances qui séduit de plus en plus les Millennials, ces consommateurs qui font l’objet de toutes les attentions par les professionnels du tourisme. Le changement climatique, à lui seul,  justifie parfois des modifications de comportement. Quand il fait plus chaud chez soi, pourquoi aller chercher le soleil sous les Tropiques ?
C’est ce qui s’est produit l’été dernier en Grande-Bretagne. En raison d’une météo divine, les Anglais ont redécouvert leur île, délaissant les agences de voyage. Résultat, une chute de 10 % de l’action Thomas Cook à la Bourse de Londres… Et, puisqu’il faut toujours donner un nom à chaque phénomène, on vient de voir apparaître les Staycations (les vacances chez soi).

Particulièrement impliqué dans le respect de l’environnement, Jean-François Rial, le PDG de Voyageurs du Monde, a été le premier à agir pour que ses clients aient un impact carbone limité. « Nous agissons en ce sens depuis 15 ans. Au début, nous compensions 30 % de l’absorption carbone dans le cadre du protocole de Kyoto. Désormais, nous sommes à 100 %. Cette démarche est financée sur nos marges et est incluse dans nos prix. Ce qui représente quand même 2 millions d’euros par an… Depuis deux ans, nous remarquons une réelle sensibilisation des clients à l’environnement. Nous enregistrons d’ailleurs de plus en plus de demandes de voyage en train de la part de vacanciers. »

Les Suédois, qui sont manifestement très actifs, multiplient les initiatives et l’on voit fleurir, sur les réseaux sociaux, des groupes qui revendiquent leur rejet de l’avion : groupe #stayontheground sur Twitter, groupe @aningslosainfluencers (influenceurs désemparés) sur Instagram, groupe Tagsemester sur Facebook, dont les 80 000 membres échangent leurs photos de voyage en train…

Egypte

Paresser sur le pont d’un bateau

Une croisière sur le Nil reste sans doute le moyen le plus fascinant de découvrir les trésors de l’Égypte. Surtout si elle a lieu à bord du Steam Ship Sudan. Ce magnifique navire tout en bois construit à l’aube du XXe siècle pour la compagnie Thomas Cook & Son a été racheté par Voyageurs du Monde il y a quelques années. En rénovant entièrement le dernier bateau à vapeur encore en circulation sur le Nil, le voyagiste français propose aux passagers la possibilité de s’offrir un périple contemplatif et culturel dans une ambiance digne des romans d’Agatha Christie. C’est d’ailleurs en paressant sur le pont du Steam Ship Sudan que l’écrivaine anglaise a eu l’idée de son célèbre Mort sur le Nil. Au rythme lent des roues à aubes, vous regarderez défiler les plus majestueux édifices de l’Égypte ancienne : les temples de Louxor, Karnak, la ville sainte d’Abydos, le site de Dendérah, Assouan, aux portes de la Nubie… Une croisière tout en douceur, ponctuée par des séjours dans deux des hôtels les plus mythiques du pays, le Sofitel Winter Palace, à Louxor, et le Sofitel Legend Old Cataract, à Assouan.

À partir de 2 500 € au départ de Paris avec la croisière de 6 jours/5 nuits en pension complète. voyageursdumonde.fr

Sultanat d’Oman

Prendre rendez-vous avec le « marchand de sable »

Envie de ralentir le rythme, de recharger les batteries, de retrouver le calme ? Direction l’hôtel Six Senses Zighy Bay. Posé au pied d’une falaise sur la péninsule de Musandam, au nord du Sultanat d’Oman, l’établissement semble se fondre dans l’environnement minéral de la côte. Le lieu à lui seul est une invitation à déconnecter des réalités. Pour y accéder, on vous proposera même un vol en deltaplane (accompagné d’un pilote professionnel, bien sûr) depuis la paroi rocheuse qui surplombe le resort. Une fois sur place, vous pourrez profiter du programme Sleep with Six Senses conçu par le docteur Michael J. Breus, un expert du sommeil. Outre l’entretien personnalisé et les recommandations de votre Sleep Ambassador, vous apprécierez tout ce qui a été imaginé pour vous faciliter le repos : matelas, oreillers et couettes bio, soins spécifiques au Spa… Tout pour retrouver un équilibre avec, sous les yeux, le spectacle apaisant des boutres qui glissent sur les eaux bleu vert de la baie.

À partir de 2 159 € les 9 jours/7 nuits au départ de Paris avec Oovatu. oovatu.com, sixsenses.com.

Danemark

Favoriser la petite reine

Si, après la lecture des livres de Malene Rydahl, vous voulez comprendre comment on peut être « heureux comme un Danois » – pour reprendre le titre de son best-seller –, envolez-vous pour Copenhague et enfourchez un vélo. Au pays du hygge, cet art de vivre positif et bienheureux, tout est fait pour faciliter l’existence des amateurs de déplacements écolo. Sur ses 43 000 km2 de superficie (soit 14 fois moins que la France), le Danemark ne propose pas moins de 12 000 km de pistes cyclables. Ici, le deux-roues et un vrai mode de vie. Grâce à Chamina Voyages, vous êtes convié à une grande balade dans les rues de la capitale (le port de Nyhavn, les jardins de Tivoli…), puis vous filez le long de la côte pour flirter avec les plages de sable blanc, vous vous enfoncez dans les forêts profondes avant de goûter aux joies du kayak sur un lac placide. Ce voyage d’une semaine tout en douceur vous mènera même, si vous le souhaitez, jusqu’à Helsingborg, en Suède, l’une des plus anciennes cités du Nord. Il suffit pour cela de sauter dans un ferry, où les vélos sont évidemment les bienvenus.

À partir de 880 €, formule comprenant les nuits à l’hôtel et le transport des bagages. chamina-voyages.com

Maroc

Vivre comme un local

Depuis une douzaine d’années, l’agence de « voyages durables » Double Sens s’engage à proposer une aventure écoresponsable. « L’idée est de prendre le temps, en petits groupes (6 à 10 personnes maximum), de découvrir nos destinations au plus proche des populations locales, dans un esprit d’échange et de partage », explique Roxanne Sévigny. Ces initiatives conduisent les voyageurs « participatifs » au Maroc, dans le village de Timoulilt. Au pied du Moyen Atlas, les femmes du village se sont rassemblées en coopérative pour essayer de développer la production d’olives. Les candidats au périple passeront trois journées sur place, non seulement pour rencontrer les habitants, mais aussi pour œuvrer à l’action solidaire : préparer le terrain pour le potager, mettre en place la citerne pour l’irrigation et, selon la saison, planter ou entretenir les jardins existants, se joindre à la cueillette… Cette découverte d’un autre Maroc ne se limite pas au séjour à Timoulilt. En deux semaines, votre voyage vous conduira de Marrakech (où vous logerez chez une famille d’accueil) à l’oasis d’Ouarzazate en passant par le camp berbère de Merzouga, le village d’Aglou, au bord de l’Atlantique, ou encore à Agdz, sur l’ancienne route des caravanes. Chaque halte est ainsi l’occasion de rencontrer les habitants et de partager leurs activités. Afin d’aider encore mieux les communautés locales, Double Sens s’engage à leur reverser 5 % du prix de chaque voyage.

À partir de 1 990 € pour 16 jours au départ de Paris. doublesens.fr

Espagne

Pratiquer le yoga à Formentera

À 30 minutes de ferry des nuits chaudes d’Ibiza, Formentera a tout du refuge pour citadins stressés. Son ambiance décontractée et ses eaux aussi translucides que celles des Caraïbes ont fait sa réputation depuis longtemps. Ici, les footballeurs stars du Real Madrid et les people du monde entier la jouent profil bas. Cependant, si l’île a tout d’un petit paradis, elle compte très peu d’hôtels en bord de mer, ce qui fait tout l’attrait du Gecko Hotel Beach & Club. Sur la côte sud, il est quasiment le seul établissement à disposer d’une plage aussi belle que sauvage. Ses jardins noyés dans la verdure vous conduisent directement sur le sable fin. L’endroit idéal pour une retraite zen. Ça tombe bien, le professeur de yoga de l’hôtel, Yiannis Andritsos, vous propose de venir dérouler votre tapis à l’ombre d’un arbre majestueux, entre mer et piscine. Ces moments de réénergisation profonde seront combinés à des repas végétariens et à des balades au bord de l’eau. On se détend !

À partir de 695 € les 4 jours/3 nuits en chambre double.geckobeachclub.com

Thaïlande

Tous vos rêves ont une destination

Faites comme nous, pour s’inspirer et mieux préparer vos voyages, retrouvez toutes les bonnes adresses de plus de 110 destinations sur travelby.airfrance.com
et dans l’application gratuite Air France.

Toulouse

Plus verte que rose !

HomeToGo, le moteur de recherche pour locations de vacances qui permet à ses utilisateurs de comparer plus de 15 millions d’offres dans plus de 200 pays, vient de publier son classement des 10 villes françaises les plus « vertes ». Une étude menée selon cinq critères : surface d’espaces verts, nombre de jardins partagés, nombre de vélos en libre-service et nombre d’enseignes bio et de restaurants végans en rapport avec le nombre d’habitants.

C’est Toulouse, la ville rose, qui obtient la palme dela cité la plus verte… devant Paris, Lyon, Bordeaux, Nantes, Lille, Nice, Angers, Marseille et Montpellier.

À découvrir également