christophe lavault

Christophe Lavault (Val-d’Isère) : « La promesse du bonheur et de la montagne »

Infrarouge a rencontré Christophe Lavault, le directeur général de l’office du tourisme de Val-d’Isère, afin de faire le point sur la saison.

Judith Spinoza

Val-d’Isère a ouvert le 2 décembre ses 300 kilomètres de pistes avec le Ski World Tour, un événement qui permet de tester gratuitement le nouveau matériel…

Christophe Lavault : Nous prévoyons 1,6 million de nuitées cet hiver, contre 1,4 million avant le Covid. Malgré les problématiques sociétales ou climatiques, c’est la preuve que la clientèle est au rendez-vous parce que Val-d’Isère, c’est la promesse du bonheur et de la montagne.

Parmi ces promesses, la première est digitale…

Nous lançons en effet cette saison l’appli mobile Val d’Isère Ski qui permet de réserver ou de recharger votre forfait en moins de trois minutes. Maintenant que l’ensemble du domaine est équipé de portillons pour suivre le flux des skieurs, nous avons aussi mis en place un forfait quatre heures, qu’on nous réclamait depuis plusieurs années.

Quelles sont les autres nouveautés ?

Le ValKids s’est doté d’une nouvelle piste ludique équipée de modules écoresponsables, comme un tunnel skiable habillé en gypaète ou une arche avec jeu à taper. Mais les classiques demeurent ! Le Village Perdu, tout en bois, érigé au sommet du domaine, avec ses cabanes suspendues reliées par des passerelles sécurisées, reste une expérience piétonne fabuleuse. Tout comme le glacier de Pisaillas, à 2 500 mètres.

Et le centre commercial de La Daille ?

Il a été totalement rénové. Rebaptisé Val Square, ce nouveau concept a été imaginé autour de l’expérience client pour proposer un parcours plus cohérent.

Quelle est la tendance du côté des hôtels ?

De plus en plus d’établissements développent des chalets ou des appartements privés bénéficiant du service hôtelier. Ainsi, l’hôtel Airelles a ouvert son chalet cinq étoiles de plus de 220 m2 alors que, de son côté, l’hôtel Le Val d’Isère a créé l’appartement Solaise.

Quels sont les gros projets à horizon 2025 ?

Il y en a deux. D’abord la reconversion complète de la télécabine du Vallon, c’est-à-dire la suppression de 30 pylônes. Ensuite, la réouverture de l’hôtel L’Aigle des Neiges, racheté par Experimental Group.

Depuis deux ans, Val-d’Isère est labellisé flocon vert. La transition écologique, est-ce un enjeu phare de la station ?

Nous avons l’ambition d’aller beaucoup plus loin que ce label. La commune a ainsi créé son propre laboratoire de développement durable pour avoir une vision à long terme. Car la question est : quel est l’avenir de Val-d’Isère après-demain ?

Et quel est justement cet avenir ? Vous avez dit que, malgré la baisse d’enneigement, on pourra encore skier à Val-d’Isère en 2100, mais pas dans les mêmes conditions…

En effet. Si la législation reste la même, nous pourrons toujours user de la neige artificielle. Néanmoins, notre stratégie consiste à développer les autres offres afin d’être moins dépendants du ski : par exemple, l’axe culturel (festival de musique classique Classicaval, festival international du film Aventure et Découverte) ou les activités du complexe sportif dans lequel ont été investis 2,5 millions d’euros (laser game, e-sport…).

L’offre d’été est-elle un autre axe important ?

Cette offre est essentielle pour nos développements futurs et un enjeu économique énorme. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les nuitées estivales avant le Covid s’élevaient à 115 000, contre 195 000 l’été dernier. D’ici là, La Folie Douce pour la fête et Le Refuge de Solaise pour la version lounge demeurent des incontournables de l’hiver.

valdisere.com


Lire aussi : Nos bonnes adresses à Val-d’Isère


Photo de Une : Christophe Lavault

Partager cet article

A lire aussi
soldeu

Pyrénées : Retour à Soldeu

Pour une vivifiante expérience pyrénéenne, versant Andorre, on prend ses marques à l’Hermitage Mountain Lodge, un chalet exclusif du Sport Hotel Hermitage, où l’authenticité règne en majesté. Sans oublier les bienfaits d’une pause au Spa Valmont.

jane de busset

Jane de Busset, la tradition a du bon

Pour redonner un coup de frais à votre visage, rendez-vous au centre d’esthétique Jane de Busset, rue Pasquiet dans le VIIIe arrondissement parisien. C’est le spot confidentiel des aficionados du grand ménage facial. La bonne adresse à se refiler entre copines.